HEINTZ JOSEF (1546-1609)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un architecte prénommé Daniel qui travailla à l'hôtel de ville (Rathaus) de Bâle et à la cathédrale de Berne, Joseph Heintz dit l'Ancien (pour le distinguer de son fils) s'initia probablement à la peinture chez le bâlois Hans Bock l'Ancien et subit d'abord l'influence d'Holbein (dessins d'après Holbein exécutés vers 1581-1583 et conservés à Bâle, Dessau et Berlin). Il s'arrache à son milieu germanique en se rendant à Rome en 1584, où il découvre Hans von Aachen qui parachève sa formation de peintre et lui apporte la révélation du maniérisme et d'une peinture souple et gracile aux effets décoratifs et virtuoses, aux élégances promptement irréalistes, au coloris chatoyant et arbitraire. Ce séjour romain, fondamental, dure jusqu'en 1587 (cf. des dessins signés et datés à l'Albertina, Vienne, à Darmstadt et dans le commerce munichois). En 1591 enfin, il devient peintre de cour auprès de l'empereur Rodolphe II à Prague, dans ce foyer alors si vivant du maniérisme où Spranger et Hans von Aachen déploient une féconde et célèbre activité.

En 1593, à la demande de l'empereur, il repart pour l'Italie afin d'y copier des antiques. La même année, à Rome, Egidius Sadeler grave une de ses œuvres (une Sainte Famille avec sainte Élisabeth et saint Jean). En 1598, il se marie à Augsbourg où il est cité à plusieurs reprises dans les archives, notamment en 1604 et en 1607. En 1603 et en 1604, il fait des voyages à Graz, à Innsbruck, pour le compte de l'empereur. Il travailla aussi, à côté de Rottenhammer, pour le prince Ernest de Schaumburg.

Typique représentant du maniérisme praguois, Heintz doit beaucoup à Hans von Aachen et à sa suavité colorée, nourrie des exemples de Parmesan et de Corrège. Van Mander note que Heintz était encore, à son arrivée à Rome, malhabile dans le maniement des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  HEINTZ JOSEF (1546-1609)  » est également traité dans :

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Domaines germanique et scandinave »  : […] Dans les pays germaniques, Dürer, que ses recherches apparentent à la Renaissance, et Holbein, qui ne l'a pas ignorée, échappent à l'emprise maniériste. À cause de ses compositions mythologiques, prétextes à des compositions érotiques froides et raffinées, Cranach l'ancien a été associé au maniérisme, mais le canon de ses nus et leur angularité rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_22272

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « HEINTZ JOSEF - (1546-1609) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-heintz/