CORRÈGE (1489 env.-1534)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Noli me tangere, Corrège

Noli me tangere, Corrège
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Jupiter et Io, Antonio Allegri, dit le  Corrège

Jupiter et Io, Antonio Allegri, dit le Corrège
Crédits : VCG Wilson/ Corbis/ Getty Images

photographie


Hautement apprécié de son vivant, l'Émilien Corrège mérite les éloges de l'historiographe toscan Giorgio Vasari, qui le place dans la succession immédiate de Léonard et de Giorgione. L'évolution fulgurante de son œuvre servit de modèle aux maniéristes émiliens ; ses figures « sans pesanteur » seront reprises par Primatice. Tous les grands coloristes des xviie et xviiie siècles « fréquentent son école » figurative – les Carrache aussi bien que Coypel, qui s'en inspire pour ses projets de coupoles. Mengs, dans ses Réflexions de 1782, dira de l'œuvre de Corrège qu'elle « a réalisé la plus parfaite dégradation de la couleur et a exprimé les formes les plus délicates et presque insensibles ».

Figure isolée, Corrège nous fournit, dans une œuvre mystérieusement sensuelle, une des meilleures démonstrations de l'indigence de la « perspective historique » dont l'évolutionnisme trop mathématique ne saurait rendre compte des artistes « en marge ». Le chemin très personnel parcouru en quinze ans seulement par Corrège nourrira deux siècles de peinture européenne. Son élève, Parmesan, en essayant d'institutionnaliser l'élégance indicible des coloris de Corrège, a démontré son impuissance à matérialiser en formules académiques un « moment poétique » qui reste le secret de cet « épicurien d'un art tout en nuages d'une atmosphère vibrante, pleine de parfums et de sourires » (Venturi).

Un peintre émilien

La vie du peintre émilien Antonio Allegri, dit le Corrège, né dans la ville qui lui donna son nom, n'est connue que par des témoignages indirects ; à l'incertitude de sa date de naissance s'ajoutent les informations imprécises au sujet de sa vie, de sa culture et de sa formation artistique. Seuls quelques contrats et documents d'archives fournissent les repères certains de l'évolution d'un des plus fascinants talents de la Renaissance italienne. Dans les Vies des plus célèbres peintres... (1550), Vasari trace le portrait trop simplifié d'un peintre solitaire, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORRÈGE (1489 env.-1534)  » est également traité dans :

CARRACHE LES

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 1 842 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'activité bolonaise »  : […] Au début de 1585 se place l'épisode capital du voyage d'Annibal et d'Augustin à Parme, où ils étudient l'œuvre de Corrège. Chez celui-ci, Annibal trouvait la trace des formes grandioses de Michel-Ange, découvrait le sens du pathétique, l'intensité du coloris, la douceur et la science du modelé qui marqueront ses œuvres, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-carrache/#i_14177

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 412 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Parme et Bologne »  : […] stendhalienne et du reflet des violettes. Pourtant c'est un peu dans le monde du rêve que nous transporte Corrège. L'admiration suscitée par Antonio Allegri, dit Corrège, a été presque un lieu commun depuis l'émotion d'Annibal Carrache devant la coupole de Parme jusqu'à l'émerveillement de Verdi, écho de celui du président de Brosses ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_14177

LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 2 240 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Signification de Lotto »  : […] autre qui prélude aux recherches du baroque. Dans l'Italie centrale et l'Italie du Nord, Corrège et Lotto illustrent remarquablement cette seconde tendance ; ils se côtoient, au point qu'on ne sait pas très bien lequel a pu précéder l'autre, ou si leurs affinités ne sont pas de simples rencontres. Cependant Corrège poursuit ses spéculations dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-lotto/#i_14177

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 203 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Parme »  : […] Corrège (1489-1534) joua à Parme un rôle analogue à celui d'Andrea del Sarto à Florence. Ses grandes décorations (camera di San Paolo, 1519 ; coupole de San Giovanni Evangelista, 1520-1523 ; coupole du Dôme, 1524-1530) inspirèrent par leur illusionnisme audacieux les décorateurs maniéristes bien avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_14177

PARMESAN (1503-1540)

  • Écrit par 
  • Augusta G. QUINTAVALLE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts de Parmesan »  : […] la chapelle Zangrandi, les portraits de saint Nicolas et de saint Hilaire de Poitiers traduisent l'admiration, prépondérante mais contrôlée, pour Corrège ; la chapelle suivante, avec ses deux diacres et saint Vital, se caractérise par une composition plus libre, plus hardie, plus mouvementée ; Parmesan s'est inspiré, notamment pour son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parmesan/#i_14177

VÉRONÈSE (1528-1588)

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 160 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] Parmesan et de Primatice, Véronèse entra ensuite en relation avec la peinture de Corrège et reçut de ces exemples de très fortes impressions, surtout en raison de leur correspondance avec sa propre conception originelle de la couleur, qu'il était porté à traiter en des tons froids s'accordant à travers dissonances et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veronese/#i_14177

Voir aussi

Pour citer l’article

Andréi NAKOV, « CORRÈGE (1489 env.-1534) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/correge/