KEPLER JOHANNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les sillons de l'espace où l'on navigue sans effort sont elliptiques. Qui ne le sait aujourd'hui ? Mais combien celui qui les découvrit est méconnu !

Il ne faut pas accuser trop vite l'ingratitude de l'histoire. Kepler écrivit la pièce maîtresse de son œuvre comme aucun créateur ne le fit jamais : il confia au livre imprimé les méandres de ses démarches. Il fut presque illisible. Le fruit qu'il donna à la science moderne naissante, à l'aube du xviie siècle, à savoir les admirables lois du mouvement des planètes, se détachait trop aisément, par sa communicabilité, de l'arbre touffu qui le produisait ; on garda le fruit et l'on méconnut celui à qui on le devait. Ce que Kepler légua d'autre part à la communauté savante, à la fin d'une vie de labeur acharné, n'intéressait que les techniciens de l'observation astronomique, un tout petit groupe, et il fallut longtemps pour que s'imposassent les tables numériques (Tables rudolphines) auxquelles il avait consacré tant de soin.

Johannes Kepler

Photographie : Johannes Kepler

Universellement connu pour les trois lois portant son nom et qui régissent les mouvements des planètes, l'astronome Johannes Kepler (1571-1630) a largement contribué à poser les fondements de la physique céleste. Ses travaux et découvertes ont permis de faire progresser les connaissances... 

Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY 4.0

Afficher

Sans doute, l'homme qui eut ce rôle décisif et qui marqua de son empreinte d'autres domaines de la physique fut-il reconnu par les plus grands promoteurs de la science rationnelle nouvelle, et c'est à lui que Descartes rapporte en particulier l'inspiration de sa Dioptrique. Mais il fut si bien de son temps que la mystique et la magie semblent s'être partagé son âme, pour la satisfaction de ceux qui le veulent somnambule comme pour la déception des esprits positifs.

On l'a dit, et c'est vrai : sans Kepler, le progrès de l'astronomie eût été retardé d'un siècle ; sans Kepler, il n'y aurait pas eu Newton. Ce n'est là, cependant, qu'une part de la vérité, la plus facile pour une histoire écrite à grands traits, celle, aussi, qui instruit moins. Kepler est venu dans un monde où, malgré des assauts vigoureux, la philosophie d'Aristote, appuyée sur une certaine métaphysique, conservait son autorité et où l'autonomie de la physique n'existait pas. Même pour un pionnier, si génial fût-il, l'itinéraire de dépassement d'une telle situation ne pouvait être que difficile et sinueux. Si Kepler a fini par concevoir que la géométrie et le calcul permettent beaucoup mieux que d'élaborer des images ou une représentation des apparences commodes pour la pratique et atteignent la structure, réelle, d'une véritable physique céleste, si Kepler est parvenu à la conviction que la physique céleste et la physique terrestre ne font pas deux physiques, mais une seule, c'est parce qu'il n'a pas cessé de faire de la métaphysique. Mettant à profit les suggestions de Copernic, il a substitué à l'opposition traditionnelle de la Terre aux Cieux, du corruptible à l'incorruptible, une division nouvelle du monde visible fondée sur l'opposition du mobile à l'immobile, et sa foi religieuse l'a aidé par l'idée d'une architecture divine, unique, régissant à la fois la Terre et les planètes, unies dans la mobilité.

Harmonie du monde, Johannes Kepler

Photographie : Harmonie du monde, Johannes Kepler

Illustration extraite de L'Harmonie du monde (1619), de Johannes Kepler. Les orbites des planètes occupent chacune une sphère circonscrite à un des cinq polyèdres réguliers (cube, tétraèdre, dodécaèdre, icosaèdre et octaèdre). 

Crédits : AKG-images

Afficher

Naissance d'une vocation d'astronome

Johannes Kepler est né à Weil der Stadt, dans le Wurtemberg, et c'est à l'université de Tübingen, où il fit ses études, qu'il prit le goût de l'astronomie sous l'influence d'un maître remarquable, Michael Maestlin. Il entendait cependant consacrer sa vie à la théologie et devenir pasteur. Le double poste de professeur à l'école protestante de Graz et de mathématicien des États de Styrie se trouvant vacant en 1594, il ne put le refuser et, dans cette nomination qui l'écarta en fait de la carrière ecclésiastique à laquelle il aspirait d'abord, il reconnut plus tard une intervention de la Providence.

À Graz, aucune des deux fonctions qu'il avait à remplir ne l'intéressait beaucoup, encore que sa charge de mathématicien des États l'amenait à tâter, non sans goût ni sans succès, de l'astrologie. Mais ces fonctions lui laissaient du temps et il sut en profiter. Dès 1595, il rédigea son premier ouvrage, le Mysterium cosmographicum, qu'il publia l'année suivante grâce au concours de Maestlin. Sa vocation d'astronome s'y révèle, en même temps que ses motivations profondes. Kepler le déclare expressément : au moment où il écrit, il y a six ans déjà qu'il est copernicien. Depuis lors, sa conviction n'a fait que croître, mais avec une pensée qui est nouvelle, à savoir qu'un système qui rend raison des phénomènes observés d'une manière au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Johannes Kepler

Johannes Kepler
Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY 4.0

photographie

Harmonie du monde, Johannes Kepler

Harmonie du monde, Johannes Kepler
Crédits : AKG-images

photographie

Tycho Brahe

Tycho Brahe
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Trajectoires képlériennes

Trajectoires képlériennes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KEPLER JOHANNES (1571-1630)  » est également traité dans :

KEPLER JOHANNES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 138 mots

27 décembre 1571 Johannes Kepler naît à Weil der Stadt, dans le Wurtemberg.1596 Publication du Mysterium cosmographicum.1609 Publication de l'Astronomia nova.1619 Publication de Harmonice mundi […] Lire la suite

EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Isabelle PANTIN
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

Sous un titre modeste, l’Epitomeastronomiaecopernicanae (« Résumé de l’astronomie copernicienne »), qui comporte sept volumes, est le dernier grand ouvrage de Johannes Kepler (1571-1630) où il a repensé et reformulé toutes ses découvertes. Sa publication s’est achevée en octobre 1621 avec la parutio […] Lire la suite

HARMONICES MUNDI (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Claire BOUYRE
  •  • 677 mots
  •  • 1 média

Dans la prestigieuse université de Tübingen, dans le Wurtemberg, les cours de Michael Maestlin, mathématicien réputé, ont permis au jeune Johannes Kepler (1571-1630) de découvrir l’astronomie et de se familiariser avec le système héliocentrique de Nicolas Copernic (1473-1543) dans lequel l’ensemble des […] Lire la suite

KEPLER LOIS DE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 246 mots
  •  • 1 média

Avec Galilée, Johannes Kepler peut être considéré comme le premier chercheur moderne : ils n'accordent de confiance qu'à l'observation ou à l'expérience, quitte à rejeter les dogmes établis. La confrontation des observations très précises de la position de Mars faites par so […] Lire la suite

NOVA STEREOMETRIA DOLIORUM VINARIORUM (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 710 mots
  •  • 1 média

Depuis 1611, Johannes Kepler (1571-1630) était à Linz l’astronome et astrologue de l’empereur du Saint-Empire Matthias de Habsbourg et sa charge principale était l’édition de tables astronomiques fondées sur les observations de l’astronome danois Tycho Brahe (1546-1601), dont il avait été l’assistant à Prag […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Les effets du progrès »  : […] Si l'astrologie a pu séduire divers interlocuteurs au cours de son histoire par la perspective d'une caution scientifique, elle a elle-même été tentée par quelques améliorations de ses outils, faisant ainsi cohabiter modernité et archaïsme. C'est ainsi que certaines recherches concernant le calcul des maisons – système de repérage qui, au départ, intéresse autant les astronomes que les astrologue […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La renaissance de l'astronomie »  : […] Au milieu du xiv e  siècle, la pensée grecque commence à éclairer à nouveau l'Occident. Totalement ignorée pendant de nombreux siècles, à l’exception d’Aristote, elle redevient à la mode parmi les intellectuels. On recherche et on traduit les textes anciens, principalement en Italie. La redécouverte de cette civilisation hellénique entraîne une renaissance non seulement des lettres et des arts, m […] Lire la suite

BRAHE TYCHO (1546-1601)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 740 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La correction des observations »  : […] Comme l'a dit Kepler, c'est à Tycho Brahe que l'astronomie nouvelle est redevable des fondements et du premier étage de son édifice. En le désignant comme le phénix des astronomes, Kepler précise le prix de son apport : des archives corrigées, une réforme importante des mouvements du Soleil et de la Lune. Ce sont là des notes justes et caractéristiques. Si Tycho Brahe a eu des réfractions atmosph […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 509 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Logarithmes et fonction logarithmique »  : […] Un autre problème qui a joué un grand rôle dans l'évolution des techniques infinitésimales est celui de l'introduction des logarithmes, du passage progressif de la table créée par Neper, en 1614, à la notion de fonction logarithmique et à l'étude des propriétés de celle-ci. Kepler, en 1604, à l'occasion de ses recherches optiques, et Neper, quelques années plus tard, lorsqu'il mit au point ce conc […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le principe de causalité dans la physique classique »  : […] Schématiquement, c'est la forme de la trajectoire des astres (planètes, Soleil, étoiles) qui est le premier objet de la physique mathématique. Cette description du déplacement des planètes culmine dans l'œuvre de Ptolémée et, quatorze siècles plus tard, de Copernic. L'astronomie ne formule pas d'hypothèse sur la nature des astres ni sur les causes de leur mouvement : elle en étudie la forme et la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « KEPLER JOHANNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-kepler/