Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

L'astronome polonais Nicolas Copernic doit être considéré comme l'un des plus grands génies de son époque. Il a conquis une gloire universelle grâce à sa théorie du mouvement de la Terre et des planètes. Dans son système héliocentrique (connu, depuis lors, sous le nom de système de Copernic), toutes les planètes tournent autour du Soleil, et la Terre n'est plus qu'une planète comme les autres, dont la rotation sur elle-même donne l'alternance du jour et de la nuit. Malgré la grande simplicité de son système, Copernic ne réussit pas à faire admettre ses idées à ses contemporains.

Nicolas Copernic - crédits :  Imagno/ Hulton Fine Art Collection/ Getty Images

Nicolas Copernic

Le système de Copernic - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Le système de Copernic

À côté de son intérêt astronomique, l'œuvre de Copernic eut une portée philosophique immense. Elle marqua l'un des tournants essentiels de la pensée, ébranlant la vision médiévale du monde, qui plaçait l'homme au centre d'un univers fait pour lui. Cela explique les réactions violentes qu'elle souleva pendant plus de deux siècles.

La vie et l'œuvre de Copernic

Le chanoine de Frombork

Nicolas Copernic est né le 19 février 1473 à Toruń, ville dont le nom dérive d'un mot polonais (tarn, et, plus tard, tarnina) qui désigne le prunellier, espèce abondante dans la région. Située à un point stratégique de la rive nord de la Vistule, la ville de Toruń avait été transformée en forteresse par les chevaliers de l'ordre Teutonique, qui l'appelèrent Thorn. Ils y avaient introduit des colons de langue allemande afin de fortifier leur emprise sur les terres qu'ils avaient arrachées de force aux précédents habitants. D'autres immigrés de même langue s'étaient installés pacifiquement en de nombreuses régions de la Pologne. Ce mouvement des Allemands vers l'est, en partie militaire, en partie pacifique, chassa les aïeux de Nicolas Copernic, aux environs de 1275, vers un petit village de Haute-Silésie nommé Kopernik. Lorsqu'un habitant d'un village s'installait dans une ville, il associait fréquemment à son nom de baptême, le seul nom couramment employé à l'époque, la désignation de son ancien lieu de résidence. Avec le temps, ce dernier nom devenait un nom de famille héréditaire, porté par plusieurs familles. C'est ce qui se produisit pour celle de Nicolas Copernic.

Vers 1400, un de ses ancêtres quitta la ville de Kopernik et alla à Cracovie, alors capitale du royaume de Pologne. Nicolas Copernic père était un important négociant de cette ville lorsque la guerre vint bouleverser le cours de sa vie. Les villes et la noblesse rurale supportaient de plus en plus mal la tyrannie de l'ordre Teutonique ; leur organisme représentatif, la Ligue prussienne, sollicita l'alliance avec le roi de Pologne par des négociations au cours desquelles le père de l'astronome servit d'émissaire et, le 4 février 1454, la guerre éclata entre l'ordre Teutonique et la Ligue prussienne alliée à la Pologne. Peu après, Copernic père déménagea de Cracovie à Toruń, l'un des principaux centres de l'insurrection.

C'est à Toruń, en 1464, qu'il épousa la fille d'un riche bourgeois, Barbara Watzenrode, dont il eut quatre enfants. Le cadet, Nicolas, qui allait devenir chanoine et astronome, n'avait que dix ans lorsque le père mourut, en 1483. Heureusement, le frère unique de Barbara, Lucas Watzenrode, qui poursuivait une brillante carrière ecclésiastique et jouissait des revenus de plusieurs bénéfices, était en mesure de venir en aide à sa sœur et à ses neveux. Devenu en 1489 évêque de Warmie, il fit entrer ses neveux, André et Nicolas, à l'université Jagellon de Cracovie, dont les archives ont gardé la trace de l'inscription du second pour le semestre d'hiver de 1491 : « Nicolas fils de Nicolas, de Toruń, a tout payé. » Les mathématiques et l'astronomie étaient alors enseignées à Cracovie par de bons[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Jean-Pierre VERDET. COPERNIC NICOLAS (1473-1543) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Nicolas Copernic - crédits :  Imagno/ Hulton Fine Art Collection/ Getty Images

Nicolas Copernic

Le système de Copernic - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Le système de Copernic

Excentriques et équants, déférents et épicycles - crédits : Encyclopædia Universalis France

Excentriques et équants, déférents et épicycles

Autres références

  • THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE DE COPERNIC

    • Écrit par
    • 297 mots
    • 2 médias

    Dans un manuscrit – De hypothesibus motuum caelestium a se constitutis commentariolus, plus connu sous le titre abrégé de Commentariolus – distribué discrètement à des amis sûrs en 1512 ou 1513 (en tout cas avant le 1er mai 1514), Nicolas Copernic formule les principes de sa théorie héliocentrique...

  • TERRE - Planète Terre

    • Écrit par et
    • 9 225 mots
    • 9 médias

    Avant d'être un concept, la Terre fut une donnée : d'abord, la Terre nourricière – autrement dit, la « terre végétale » –, puis, la Terre où l'homme vit, par opposition à la mer, c'est-à-dire les terres émergées. Tout naturellement, cette Terre, siège de l'humanité, était le centre du monde, qui s'ordonnait...

  • ASTRONOMIE

    • Écrit par
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    En astronomie, ce renouveau est principalement l'œuvre de Nicolas Copernic (1473-1543), bien que quelques précurseurs comme Nicolas de Cues (1401-1464), Georg von Peurbach (1423-1461), Regiomontanus (1436-1476) ou Celio Calcagnini (1479-1541) soient dignes d'être cités.
  • BRUNO GIORDANO (1548-1600)

    • Écrit par
    • 5 290 mots
    ...connaissance. Il a étendu sa réflexion sur les apories de la limitation locale aux dimensions de la cosmologie, en assimilant, semble-t-il, l'œuvre de Copernic à travers une lecture critique et peu orthodoxe d'« un tel savant, désigné par les dieux comme une aurore annonçant le retour du Soleil...
  • EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

    • Écrit par
    • 932 mots
    • 1 média
    L’Epitome est la première synthèse qui présente l’ensemble des aspects du monde héliocentrique – dont Nicolas Copernic (1473-1543) avait proposé, dans le De Revolutionibusorbiumcoelestium (paru l’année de sa mort), une première analyse géométrique. Kepler y examine toutes les questions...
  • Afficher les 16 références