ROTTMAYR JOHANN MICHAEL (1654-1730)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'histoire de la peinture autrichienne, Johann Michael Rottmayr vient à une époque et à une place qui en font une figure aussi importante que Fischer von Erlach. Les deux hommes sont à peu près contemporains. Ils sont originaires l'un et l'autre des environs de Salzbourg et appartiennent à cette première génération d'artistes, nés sur le sol germanique, qui affirment les caractères propres d'un art national, alors que pendant tout le xviie siècle les États des Habsbourg ont été en quelque sorte une colonie pour les peintres, les architectes et les sculpteurs italiens.

La formation de Rottmayr se fit en Italie, et plus particulièrement au cours d'un long séjour à Venise dans l'atelier de Carl Loth. Il y prit le sens de la grande manière décorative et, au cours d'une longue collaboration avec Fischer von Erlach, sa maîtrise ne cessa pas de s'affirmer. En 1696, il peint la coupole du grand salon au château de Vranov, en Moravie, élevé par Fischer quelques années plus tôt ; la percée illusionniste, où les figures tourbillonnent et semblent s'échapper du cadre pour descendre dans l'espace réel, atteste une remarquable compréhension de l'exemple donné par Baciccia à l'église du Gesù.

L'indépendance de Rottmayr à l'égard de ses modèles italiens ne cesse de s'accentuer tout au long de sa carrière. Le phénomène est particulièrement sensible dans le coloris, où Rottmayr élabore des harmonies étranges et nouvelles en mariant les bruns dorés et les violets. À Breslau en 1704-1706, à Melk en 1719, et surtout à la Karlskirche de Vienne en 1725, les plafonds peints par Rottmayr montrent une étonnante variété d'invention et une science consommée.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  ROTTMAYR JOHANN MICHAEL (1654-1730)  » est également traité dans :

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La quadrature »  : […] S'ils refusent l'ordre et la mesure du code spatial de la Renaissance, le maniérisme et le baroque suscitent un regain d'intérêt pour la perspective avec la mode de la quadrature, genre décoratif qui connut un grand succès en Europe entre le xvi e et le xviii e  siècle, et qui consiste dans la pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_28837

PRANDTAUER JAKOB (1660-1726)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 378 mots

Dans la génération d'architectes qui éclôt en Autriche à la fin du xvii e  siècle et vient affirmer la renaissance d'un art germanique, Jakob Prandtauer occupe une place aussi importante, par l'ampleur de ses réalisations comme par l'originalité de son talent, que Hildebrandt ou Fischer von Erlach. Il importe cependant de souligner une différence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-prandtauer/#i_28837

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'Europe centrale »  : […] Alors que les peintres français et italiens avaient derrière eux une tradition et des modèles, ceux de l'Europe centrale s'en trouvent dépourvus. Certes, des académies se fondent, à Vienne, à Augsbourg, après 1700, mais il faut attendre le deuxième quart du xviii e  siècle pour qu'elles commencent à fonctionner, et on ne cessera jamais de faire ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_28837

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « ROTTMAYR JOHANN MICHAEL - (1654-1730) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-michael-rottmayr/