Peintres européens, xviiie s.


APPIANI ANDREA (1754-1817)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 517 mots

Parmi les représentants majeurs du néo-classicisme, on doit à coup sûr compter Andrea Appiani. Aux côtés d'un Giani, plus tendu et brutal, d'un Camuccini, plus maniérisant, Appiani est en Italie dans la lignée de Mengs et d'Angelica Kauffmann le représentant d'un art où le retour à l'antique passe, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-appiani/#i_0

AVED JACQUES ANDRÉ JOSEPH (1702-1766)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 269 mots

Incomparablement moins célèbre que Chardin dont il fut l'ami fidèle, Jacques André Joseph Aved manifeste par la place de son œuvre dans la peinture française du xviiie siècle une tendance de goût comparable. Peintre de formation plus hollandaise que française, il resta un artiste bourgeois, dans sa clientèle et dans ses sujets, à l'écart des grandes c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-andre-joseph-aved/#i_0

BELLOTTO BERNARDO (1720-1780)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 035 mots
  •  • 5 médias

À l'époque où le jeune Bellotto commence son apprentissage chez son oncle Canaletto — vers 1735 —, la qualité de la vie artistique et intellectuelle à Venise, l'éclat des fêtes, l'activité des imprimeries et de la presse périodique assurent à la ville des doges un rayonnement qui atteint les principales capitales européennes. Madrid et Paris, Vienne et Dresde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardo-bellotto/#i_0

BELLUCCI ANTONIO (1654-1726)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 165 mots

Formé à Venise près des peintres d'orientation naturaliste initiés par Luca Giordano aux effets de lumière contrastés — l'Allemand C. Loth, le Padouan Zanchi — Bellucci peint notamment, à San Pietro di Castello, un Saint Laurent priant pour la fin de la peste, intéressant par l'animation de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-bellucci/#i_0

BIBIENA LES GALLI dits

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 324 mots

Pendant un siècle environ, la famille Galli Bibiena a régné avec une autorité incontestée sur les scènes de théâtre de toute l'Europe. Les Galli, dits Bibiena, sont originaires de la région de Bologne, et se présentent comme les dépositaires de cette grande tradition des Quadraturisti, les peintres spécialistes des architectures feintes qui étaient devenues une spécialité bolon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bibiena/#i_0

BLAKE WILLIAM (1757-1827)

  • Écrit par 
  • Claude DOUBINSKY, 
  • Régine LUSSAN
  •  • 5 483 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des livres qui sont autant de tableaux »  : […] L'artiste était en Blake indissolublement lié au poète. Il refusa toujours d'abandonner ses œuvres à l'anonymat de l'impression, préférant les graver et les illustrer une à une, plaque par plaque. On ne saurait donc vraiment lire Blake comme il voulait être lu sans regarder ses livres comme autant de tableaux, sans embrasser du regard l'entrelacs de branches, de nuages et de lettres que dessinent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blake-william-1757-1827/4-des-livres-qui-sont-autant-de-tableaux/

BOILLY LOUIS LÉOPOLD (1761-1845)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 437 mots
  •  • 1 média

L'œuvre de ce peintre s'étend sur plus de soixante-dix ans et compte plusieurs milliers de toiles, de dessins et de lithographies, précieux témoignages des mœurs de la société française du règne de Louis XVI à la monarchie de Juillet. Boilly a fait remarquer très jeune ses dons de portraitiste, qui excelle aussi dans les petits tableaux, voire dans la décoration des éventails. N'étant pas membre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-leopold-boilly/#i_0

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 753 mots
  •  • 1 média

« Phare » de la peinture du xviiie siècle, artisan talentueux, incarnation de l'art rocaille, « peintre des Grâces », ces qualificatifs et d'autres qui évoquent la mièvrerie et la répétition, ont été appliqués à Boucher, à plus ou moins juste titre, sans réussir à définir l'artiste. L'exposition qui lui avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-boucher/#i_0

CANALETTO ANTONIO CANAL dit (1697-1768)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 409 mots
  •  • 3 médias

C'est un peintre d'Udine, Luca Carlevarijs, et un Hollandais, Gaspar van Wittel, qui furent à Venise, au début du xviiie siècle, les initiateurs de la peinture de vedute dont Canaletto allait devenir le plus brillant représentant.Celui-ci avait commencé par travailler avec son père comme décor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canaletto/#i_0

CARLONE CARLO INNOCENZO (1686-1775)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 411 mots

Né à Sciara, près de Côme, Carlo Innocenzo Carlone appartient autant à l'Allemagne, où il fait la moitié de sa carrière, qu'à l'Italie dont il est originaire. La famille Carlone, ou Carloni, originaire de la région de Côme, comporte de nombreuses branches, et l'on trouve des artistes de ce nom, architectes, stucateurs et peintres, en Ligurie et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-innocenzo-carlone/#i_0

CARMONTELLE LOUIS CARROGIS dit (1717-1806)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 396 mots
  •  • 1 média

Si la réputation de Carmontelle a été grande de son temps et l'est restée encore de nos jours, c'est plus comme chroniqueur ou mémorialiste qu'on l'apprécie que comme artiste à proprement parler. Nul n'a mieux défini ce génie original que Grimm : « Il a le talent de saisir singulièrement l'air, le maintien, l'esprit de la figure. Il m'arrive chaque jour de reconnaître des gens que je n'ai vus qu'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carmontelle/#i_0

CARSTENS ASMUS JAKOB (1754-1798)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 388 mots

Peintre et dessinateur danois-allemand ; né dans un village qui se trouvait alors au Danemark, mais qui appartient aujourd'hui à l'Allemagne, Asmus Jakob Carstens est revendiqué par les deux pays. Il se forme dans le climat esthétique de l'académisme nordique, à Copenhague, où il est l'élève d'Abildgaard, puis il voyage en Italie (1783), en particulier à Mantoue, où il étudie l'œuvre de Jules Roma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asmus-jakob-carstens/#i_0

CASTIGLIONE GIUSEPPE (1688-1766)

  • Écrit par 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS
  •  • 1 004 mots

Originaire de Milan, Giuseppe Castiglione a sans doute reçu sa première formation de peintre avant son entrée au noviciat de Gênes en 1707. Se destinant à l'évangélisation en Chine, il est envoyé au Portugal en 1710 et termine son noviciat au couvent des jésuites de Coimbra, avant de s'embarquer, en 1714, à destinati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-castiglione/#i_0

CHARDIN JEAN-BAPTISTE SIMÉON (1699-1779)

  • Écrit par 
  • Philippe LEVANTAL
  •  • 2 796 mots
  •  • 3 médias

Chardin peint en dehors du temps, en marge de son temps et des vogues bruyantes. Tout le relief de sa vie exigeante et modeste est celui qu'il sait donner à un fruit, à un verre, à un humble pichet. Peu lui importe de n'être pas le peintre des grands genres ni, en vérité, le successeur d'aucun maître, pourvu qu'en ces pâtes denses et épaisses, qu'il accroche en couches successives sur la toile à g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-simeon-chardin/#i_0

COYPEL LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 455 mots
  •  • 2 médias

La dynastie des Coypel est peut-être la plus importante de toutes celles que l'on trouve dans l'histoire de l'art français aux xviie et xviiie siècles : quatre peintres célèbres, parmi lesquels un directeur de l'Académie de France à Rome (Noël Coypel, 1628-1707) et deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-coypel/#i_0

COZENS ALEXANDER (1717 env.-1786)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 259 mots

Dessinateur et peintre britannique d'origine russe, Alexander Cozens fut, avec son fils John Robert Cozens, l'un des principaux aquarellistes du xviiie siècle.Né vers 1717 à Saint-Pétersbourg, Alexander Cozens est le fils d'un constructeur naval au service du tsar de Russie. Après un séjour à Rome en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-cozens/#i_0

COZENS JOHN ROBERT (1752-1797)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 224 mots
  •  • 1 média

Dessinateur et peintre britannique, né en 1752 à Londres, mort en décembre 1797 à Londres.Fils de l'aquarelliste Alexander Cozens (1717-1786), John Robert Cozens expose pour la première fois des dessins en 1767 avec la Society of Artists. Les deux longs séjours qu'il fait sur le continent (1776-1779 et 1782-1783) jouent un rôle formateur décisif dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-robert-cozens/#i_0

DESPORTES FRANÇOIS (1661-1743)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 876 mots

Il semble que l'apprentissage de François Desportes chez le Flamand Nicasius Bernaerts — installé en France et chargé de décorer la ménagerie de Versailles — ait beaucoup compté. La leçon de son maître, un élève de Snyders, demeura présente tout au long de sa carrière de peintre animalier. Très tôt pourtant, il essaie de se faire un nom dans le genre plus noble du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-desportes/#i_0

DE TROY LES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 1 091 mots
  •  • 1 média

Famille de peintres français.François De Troy (1645-1730), issu d'une famille d'artistes languedociens, a été formé à Paris dans l'atelier de Claude Lefebvre qui lui apprend le métier de portraitiste. Cela explique la technique sûre et l'atmosphère grave de ses œuvres. De Troy est un héritier de la tradition française : son art est empreint de réalisme et de retenue. La mise en page sobre (le suje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-de-troy/#i_0

DROUAIS JEAN GERMAIN (1763-1788)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 386 mots
  •  • 1 média

Fils de François Hubert Drouais (1727-1775), dont les portraits d'enfants sont parmi les plus émouvants et les plus dignes témoignages de l'art du xviiie siècle, Jean Germain a une réputation sans commune mesure avec la minceur de son œuvre. Prix de Rome en 1784, il est l'élève préféré de David qui l'accompagnera à Rome en 1785 et le fera participer à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-germain-drouais/#i_0

ÉLISABETH LOUISE VIGÉE LE BRUN (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Josèphe BONNET
  •  • 1 038 mots

Consacrée presque exclusivement à Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1755-1842), l’exposition du Grand Palais (23 septembre 2015-11 janvier 2016) est un véritable événement. C’est la première fois depuis sa mort que l’institution muséale française présente plus de 150 de ses œuvres, venues des collections françaises, italiennes, russes, b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-louise-vigee-le-brun/#i_0

ELLE LES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 401 mots

Famille de peintres d'origine flamande. Ferdinand Elle l'Ancien (1585-1637) est né à Malines. Peintre et graveur, il travaille à Paris comme peintre de portraits à la cour de Louis XIII. Parmi les rares œuvres qui lui sont attribuées figure le Portrait de Henri de Lorraine, daté de 1631 (musée de Reims), œuvre pleine de concentration psy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-elle/#i_0

FRAGONARD JEAN HONORÉ (1732-1806)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 1 644 mots
  •  • 3 médias

Une trop grande célébrité peut nuire à la gloire véritable. En effet, le nom de Fragonard n'est pas de ceux que l'on doit tirer de l'oubli ; sa réputation a toujours été grande, mais faussée par des malentendus. Fragonard passe communément pour un peintre galant et virtuose, l'incarnation parfaite, avec Boucher, du xviiie siècle spirituel, léger et po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-honore-fragonard/#i_0

FÜSSLI JOHANN HEINRICH, FUSELI ou FUSELY HENRY (1741-1825)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 672 mots
  •  • 4 médias

Deux hommes ont coexisté en bonne intelligence dans la personnalité d'Heinrich Füssli. Descendant d'un graveur zurichois du xviie siècle qui avait imité avec succès Callot, fils d'un érudit qui pratiquait en amateur la peinture et entretint une longue correspondance avec Winckelmann, le jeune Füssli se brouilla cependant très vite avec sa famille. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fussli-fuseli-fusely/#i_0

GAINSBOROUGH THOMAS (1727-1788)

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 2 942 mots
  •  • 5 médias

Contemporain et rival de Reynolds, Gainsborough a connu le succès grâce à ses portraits. Son extraordinaire aptitude à saisir la ressemblance, sa virtuosité dans le rendu des étoffes et le traitement de l'arrière-plan, l'élégance formelle de la composition ont été vite appréciées à Bath, puis à Londres, et ont fait sa réputation depuis lors. Pourtant, le genre préféré de l'artiste a toujours été l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-gainsborough/#i_0

GILLOT CLAUDE (1673-1722)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 357 mots

Avoir été le maître d'un très grand artiste peut notablement desservir une réputation : tel est le cas de Claude Gillot que l'on ne connaît plus guère que pour son association avec Watteau. Gillot était né à Langres, dans une famille de peintres ; sa biographie est mal connue, et on ne sait pas à quelle date il s'installa à Paris. Il fut reçu à l'Académie en 1715 ; son morceau de réception est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-gillot/#i_0

GIRTIN THOMAS (1775-1802)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 499 mots

Formé auprès de l'aquarelliste Edward Dayes, dont l'œuvre est bien représentatif de l'agréable tradition topographique du xviiie siècle, le peintre anglais Thomas Girtin va révolutionner cette dernière. Vers la même époque, en copiant et en coloriant des gravures d'après Rubens, le Canaletto, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-girtin/#i_0

GOYA FRANCISCO (1746-1828)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 2 692 mots
  •  • 7 médias

Goya tient cette gageure de jouir d'une égale popularité à l'étranger et dans sa propre patrie. Qui plus est, cette faveur générale, acquise dès son vivant, ne s'est jamais démentie. Il s'agit d'un phénomène unique dans l'histoire de l'Espagne, qui tient à la situation du peintre, d'une part vis-à-vis de son peuple, mais aussi, d'autre part, par rapport à l'évolution générale du temps.L'Espagne a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-goya/#i_0

GRAN DANIEL (1694-1757)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 314 mots

Peintre autrichien, représentant le plus important, à Vienne, de la tendance académique et classicisante, tendance dont on pourrait trouver aussi l'expression en sculpture dans l'œuvre de Georg Raphael Donner. Le souci de clarté est apparent dans toutes les œuvres de Gran : les groupes de personnages, même dans les grandes compositions de plafond comme celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-gran/#i_0

GROS ANTOINE JEAN baron (1771-1835)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 110 mots
  •  • 1 média

Les parents de Gros étaient miniaturistes, et il fut grâce à eux introduit dans le milieu artistique parisien. Lui-même entra très jeune, en 1785, dans l'atelier de David, qui devait beaucoup plus tard, lors de son départ en exil, lui en confier la responsabilité. Après avoir concouru sans succès pour le grand prix de peinture (1792), il partit à ses frais pour l'Italie (1793) où il vécut plusieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-jean-gros/#i_0

GUARDI LES

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 558 mots
  •  • 2 médias

La collaboration de Gian Antonio, Francesco et Nicolò Guardi, les « frères Guardi », comme on les désigne dans le testament de Benedetto Giovannelli, en 1731, commença à la mort de leur père Domenico Guardi. Cette collaboration donna naissance à de nombreuses copies de tableaux anciens, à de petits retables exécutés pour de modestes églises de province, et à des décorations murales. Mais l'oubli d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-guardi/#i_0

GUÉRIN PIERRE NARCISSE baron (1774-1833)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 658 mots

Contemporain de la seconde génération des élèves de David, active à partir de l’extrême fin du xviiie siècle, Guérin, par ses peintures, est de ceux qui se sont le plus rapprochés de lui. Il n’étudia pourtant pas dans son atelier, mais dans ceux de ses rivaux Nicolas Guy Brenet et Jean-Baptiste Regnaul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-narcisse-guerin/#i_0

GÜNTHER MATTHÄUS (1705-1788)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 151 mots

Peintre d'Allemagne du Sud, spécialiste de la décoration à fresque. Élève de Cosmas Damian Asam, il s'installe à Augsbourg, où il obtient la maîtrise en 1731 et devient directeur de l'Académie en 1762, à la mort de Johann Georg Bergmüller. Sa manière reflète l'influence de son maître, celle de Johann E. Holzer, dont il acheta les dessins à la mort de celui-ci (1740) pour les utiliser dans la prépa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthaus-gunther/#i_0

HAMILTON GAVIN (1730-1797)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 510 mots

Peintre écossais dont la carrière presque entière se déroula à Rome. Hamilton ne contribua guère aux destinées de la peinture britannique et fut d'ailleurs mal connu de son vivant en Grande-Bretagne. En revanche, il occupe une place importante dans le mouvement néo-classique international de Rome. Outre ses tableaux, les fouilles qu'il dirigea, son activité dans le commerce d'art — de nombreuses s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gavin-hamilton/#i_0

HOGARTH WILLIAM (1697-1764)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 2 521 mots
  •  • 5 médias

Graveur de formation, William Hogarth se voulut avant tout un peintre dont l'ambition était d'égaler, voire de surpasser les modèles italiens et français, qui paraissaient inaccessibles, dans sa jeunesse, aux yeux de la plupart des artistes britanniques, une opinion partagée par un large public. Sa célébrité, depuis deux siècles, s'est pourtant essentiellement fondée sur ses estampes, dont la forc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-hogarth/#i_0

HUBERT ROBERT, 1733-1808. UN PEINTRE VISIONNAIRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Josèphe BONNET
  •  • 1 013 mots
  •  • 1 média

Avec Hubert Robert (1733-1808). Un peintre visionnaire, le musée du Louvre, associé à la National Gallery of Art de Washington, présentait du 9 mars au 30 mai 2016 la première exposition monographique du grand pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-robert-1733-1808-un-peintre-visionnaire/#i_0

JEAN-MARC NATTIER (exposition)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 1 091 mots

Les études sur les grands portraitistes du xviiie siècle étant rares, saluons la belle exposition consacrée, du 26 octobre 1999 au 30 janvier 2000, à Jean-Marc Nattier au château de Versailles. Xavier Salmon a rédigé l'important catalogue, véritable monographie sur l'artiste : la dernière remontait à 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marc-nattier/#i_0

JOUVENET JEAN (1644-1717)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 579 mots
  •  • 1 média

Jeune peintre rouennais installé à Paris, Jouvenet est remarqué par Charles Le Brun, qui l'intègre à l'équipe des décorateurs des résidences royales : Saint-Germain-en-Laye, Les Tuileries et Versailles, où il peint avec Audran et Houasse dans le pur esprit de Le Brun. Il se détache assez tard de cette influence et reste toute sa vie un admirateur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jouvenet/#i_0

KAUFFMANN ANGELICA (1741-1807)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 891 mots

L'œuvre abondante et diverse d'Angelica Kauffmann s'étend sur une demi-siècle, et intéresse une grande partie de l'Europe du xviiie siècle. Ce peintre, né en Suisse, vit à Rome, essaie de s'installer à Londres, travaille pour les cours d'Italie, d'Allemagne, de Russie, et fréquente une grande partie de l'élite inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angelica-kauffmann/#i_0

KNELLER sir GODFREY (1646 env.-1723)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 282 mots

Peintre anglais d'origine allemande né le 8 août 1646 à Lübeck (auj. en Allemagne), mort le 19 octobre 1723, à Londres.Gottfried Kniller – qui prendra plus tard le nom de Godfrey Kneller – étudie à Amsterdam auprès de Ferdinand Bol, l'un des élèves de Rembrandt, avant de partir pour l'Italie en 1672. Dans Elijah (Tate Gallery, Londres), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kneller-sir-godfrey/#i_0

LA FOSSE CHARLES DE (1636-1716)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 745 mots

Son époque, comme sa formation et son tempérament, ont mené Charles de La Fosse au cœur des transformations de l'esthétique picturale française, dans la seconde moitié du xviie siècle. Fils d'un orfèvre parisien, il est l'élève du puissant Charles Le Brun, qui l'emploie pour une décoration du séminaire S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-la-fosse/#i_0

LAGRENÉE LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 258 mots

Les deux frères Louis et Jean-Jacques Lagrenée, dits respectivement l'Aîné et le Jeune, n'occupent sans doute pas une place primordiale dans l'histoire de la peinture française du xviiie siècle. Ils n'en sont pas moins importants à considérer, car leur œuvre, surtout celle de Louis, le plus doué, illustre parfaitement les ambiguïtés de la fin de ce si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lagrenee/#i_0

LANCRET NICOLAS (1690-1743)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 871 mots
  •  • 2 médias

Une formation traditionnelle — apprentissage de la gravure, enseignement de d'Ulin, professeur à l'Académie, puis fréquentation de l'école de l'Académie, où il se fait suspendre pour indiscipline — aurait dû amener Lancret à devenir peintre d'histoire. Mais il découvre l'art de Watteau, peut-être à l'occasion de l'agrément de celui-ci à l'Académie en 1712, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-lancret/#i_0

LARGILLIÈRE NICOLAS DE (1656-1746)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 450 mots
  •  • 1 média

Avec Rigaud, Largillière (ou Largillierre) est le grand maître du portrait en France à la fin du règne de Louis XIV et au début de celui de Louis XV. On peut toutefois dire presque sans exagération que, bien qu'il soit né à Paris, ce n'est pas un peintre français. Sa formation se fit, en effet, d'abord à Anvers, puis surtout en Angleterre, où il séjourna si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-de-largilliere/#i_0

LA TOUR MAURICE QUENTIN DE (1704-1788)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 618 mots
  •  • 1 média

Ayant acquis quelques rudiments dans l'art du dessin, Maurice Quentin de La Tour part de Saint-Quentin, sa ville natale, pour Paris où il entre dans l'atelier d'un peintre ami de Watteau, Spoede. C'est au moment où la Vénitienne Rosalba Carriera transforme son passage à Paris (1720-1721) en véritable événement artistique, ses portraits au pastel très admirés ravivant le goût du Tout-Paris pour une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-quentin-de-la-tour/#i_0

LAWRENCE sir THOMAS (1769-1830)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 579 mots
  •  • 3 médias

Peintre anglais. Bien que Thomas Lawrence ait exécuté quelques peintures d'histoire au début de sa carrière (Homère récitant ses poèmes, exposé en 1791, coll. Kincaid-Lennox, Downton Castle), sa production presque entière se compose de portraits. Lawrence est, dans ce domaine, le successeur immédiat de Reynolds et de Gainsborough, et l'héritier de l'éclatante tradition inauguré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-sir-thomas/#i_0

LEMOYNE FRANÇOIS (1688-1737)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 480 mots

Peintre français. François Lemoyne se distingue immédiatement des autres peintres de sa génération par deux traits singuliers : aucune tradition artistique dans sa famille, son père est tout bonnement postillon ; une formation entièrement française ; il ne fera le voyage d'Italie que vers trente-cinq ans. Ses maîtres furent Galloche et Cazes, mais à vrai dire les collections royales étaient assez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-lemoyne/#i_0

LE PRINCE JEAN-BAPTISTE (1734-1781)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 1 002 mots

Jean-Baptiste Le Prince naquit le 17 septembre 1734 à Metz dans la famille d'un maître sculpteur doreur. Vers dix-sept ans, il obtint une pension du maréchal de Belle-Isle, gouverneur de Metz, et fit partie de sa suite quand ce dernier se rendit à Paris, où il devint bientôt l'élève de François Boucher. En 1752, il épousa Marie Guiton, qui avait deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-le-prince/#i_0

LIOTARD JEAN ÉTIENNE (1702-1789)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 362 mots
  •  • 2 médias

Pastelliste et miniaturiste suisse d'origine française (son père, joaillier de Montélimar, s'était réfugié à Genève pour échapper aux persécutions religieuses), Liotard se forme à Genève, puis à Paris, où il échoue au prix de Rome ; mais il se fait une réputation de portraitiste et s'attache au marquis de Puysieux, qui l'emmène en Italie (1736). À Rome, il compte dans sa clientèle le pape Clément  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-etienne-liotard/#i_0

LONGHI PIETRO FALCA dit PIETRO (1702-1785)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 163 mots

Comme Piazzetta, et vingt ans après lui, Pietro Longhi trouve sa voie à Bologne dans l'enseignement de Giuseppe Maria Crespi. Il y développe un sens de l'observation directe, une attention aux détails de matière et de texture qu'il exploitera avec bonheur dans une œuvre toute consacrée à la description de la vie quotidienne à Venise. Habile à décrire les intérieurs un peu guindés de la société bou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/longhi-pietro-falca-dit-pietro/#i_0

MAGNASCO ALESSANDRO, dit IL LISSANDRINO (1667-1749)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 379 mots

Né en Ligurie, Alessandro Magnasco reçoit sa première formation à Milan, d'un peintre vénitien, Filippo Abbiatti. À Gênes, durant son enfance, il a connu les batailles, les processions, les scènes de cabaret et les rixes de Bohémiens que peignaient les Flamands Cornelis et Luc van Wael. À Milan, dans le climat de terreur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alessandro-magnasco/#i_0

MARIESCHI MICHELE (1710 env.-1743)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 156 mots

Émule de Canaletto, Michele Marieschi commença par peindre des décors de théâtre, comme beaucoup de védutistes de son temps, puis des ports et des paysages dans le goût de Marco Ricci. On sait peu de choses de sa brève existence : après un séjour en Allemagne dont il revient en 1731, il se consacre aux vues de < […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michele-marieschi/#i_0

MAULBERTSCH FRANZ ANTON (1724-1796)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 486 mots
  •  • 1 média

En dehors de l'Allemagne et des pays d'Europe centrale, Franz Anton Maulbertsch n'est généralement pas reconnu comme l'un des maîtres majeurs de la peinture européenne, qu'il est pourtant. C'est qu'il est fort peu représenté dans les collections et que, ses œuvres les plus significatives étant de grands décors, on ne peut guère le connaître que sur place.Né à Langenargen, sur les bords du lac de C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-anton-maulbertsch/#i_0

MENGS ANTON RAPHAEL (1728-1779)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 637 mots
  •  • 1 média

À son époque, Anton Mengs passe pour le plus grand peintre d'Europe. Il semble catalyser les aspirations des premiers néo-classiques qui, à la suite de Winckelmann, prônent le retour à la « manière simple et noble du bel antique », au beau idéal, à la pureté de la statuaire grecque et au dessin de Raphaël. On le tient généralement pour le véritable réformateur de la peinture corrompue par le goût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-raphael-mengs/#i_0

MERCIER PHILIPPE (1689-1760)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 223 mots

C'est à peine si l'on peut considérer Philippe Mercier comme un peintre français. Né à Berlin, il s'y forme auprès d'Antoine Pesne, lequel, Français de naissance, a lui-même fait presque toute sa carrière en Allemagne. À une date incertaine (1711 selon les uns, 1716 pour d'autres), il se fixe à Londres et y passera le restant de son existence. On assure qu'il aurait rencontré Watteau au cours du s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-mercier/#i_0

MOREAU LOUIS GABRIEL, dit L'AÎNÉ (1740-1806) & JEAN-MICHEL, dit LE JEUNE (1741-1814)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 770 mots
  •  • 1 média

Les deux frères Louis Gabriel et Jean-Michel Moreau, dits respectivement l'Aîné et le Jeune, fils d'un perruquier de la rue de Bussy, à Paris, ont eu deux carrières bien différentes et nous intéressent aujourd'hui à des titres très divers. L'un, le Jeune, est en quelque sorte le Cochin du règne de Louis XVI : dessinateur et graveur de fêtes, d'illustrations (telles les remarquables vignettes dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moreau-louis-gabriel-dit-l-aine-et-jean-michel-dit-le-jeune/#i_0

NATOIRE CHARLES (1700-1777)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 472 mots
  •  • 1 média

Artiste savant et délicat qui ne bénéficie pas actuellement de toute la réputation qui pourrait être la sienne. La carrière de Charles Natoire, à en juger d'après les critères de la hiérarchie académique, fut un modèle : premier prix de peinture en 1721, séjour à Rome, entrée à l'Académie en 1734 ; s'il ne fut jamais premier peintre, il obtint en 1751 le poste de directeur de l'Académie de France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-natoire/#i_0

NATTIER JEAN-MARC (1685-1766)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 427 mots
  •  • 1 média

Fils de portraitiste et élève de Rigaud, Nattier débute dans la carrière de peintre d'histoire sous l'influence de Charles Le Brun et sous la tutelle de son parrain, Jean Jouvenet. Lors d'un séjour en Hollande, il est pressenti pour travailler pour le tsar Pierre le Grand. En 1718, il est reçu à l'Académie. Son style est alors celui de la grande tradit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nattier-jean-marc-1685-1766/#i_0

NICOLAS RÉGNIER, L'HOMME LIBRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 081 mots

Caravage et son influence suscitent un fort regain d’intérêt parmi les spécialistes du xviie siècle. Divers ouvrages et manifestations – rappelons Valentin de Boulogne au Louvre en 2016 – en témoignent. L’exposition Nicolas Régnier, l’homme libre, 1588-1667, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-regnier-l-homme-libre/#i_0

OUDRY JEAN-BAPTISTE (1686-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 384 mots

Le nom de Jean-Baptiste Oudry est resté assez célèbre comme celui du meilleur peintre d'animaux au xviiie siècle. Il convient pourtant de ne pas négliger les autres aspects de sa carrière. Oudry fut le disciple de Largillière, lequel lui aurait conseillé de se spécialiser dans la peinture des animaux. Les leçons de cet enseignement ont profondément ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-oudry/#i_0

PANNINI GIOVANNI PAOLO (1691-1765)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 291 mots
  •  • 2 médias

Initié par Ferdinando Bibiena, à Bologne, aux règles et aux artifices de la scénographie, des perspectives architecturales et du décor, Pannini complète son éducation à Rome, où il se rend en 1711, chez Benedetto Luti. La protection du cardinal de Polignac et son mariage avec la sœur de Nicolas Vleughels, directeur de l'Académie de France, le mettent en rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-paolo-pannini/#i_0

PATER JEAN-BAPTISTE (1695-1736)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 352 mots

Peintre français, le seul véritable élève que l'on connaisse à Watteau. La vie du maître et celle du disciple ne sont du reste pas sans ressemblance : Pater est comme Watteau un homme du Nord ; il naît à Valenciennes en 1695. Comme Watteau, il avait une santé délicate et il disparut prématurément. Travaillant délibérément dans ce genre de la « fête galante » que son maître avait mis à la mode, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-pater/#i_0

PELLEGRINI GIOVANNI ANTONIO (1675-1741)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 311 mots
  •  • 1 média

La carrière de Pellegrini commence par des voyages en Allemagne, en Moravie, en Autriche, avec son maître Paolo Pagani. En 1700, il est à Rome et découvre le baroque dans l'œuvre de Solimena et dans celle de Luca Giordano. L'évolution de son style se poursuit, sous l'influence de Sebastiano Ricci, à Venise. L'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-antonio-pellegrini/#i_0

PERRONNEAU JEAN-BAPTISTE (1715-1783)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 341 mots

La célébrité de Maurice Quentin de La Tour comme portraitiste au pastel a quelque peu éclipsé celle de Jean-Baptiste Perronneau. Une carrière moins exclusivement parisienne, une plus grande dispersion de l'œuvre, moins de brillant et de « chic » au premier abord expliquent sans la justifier cette relative méconnaissance.Né à Paris, formé a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-perronneau/#i_0

PEYRON JEAN FRANÇOIS PIERRE (1744-1814)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 528 mots

La réputation et le génie de David ont précipité dans des ténèbres, à peine dissipées aujourd'hui par la curiosité des historiens d'art, plusieurs peintres français, relevant du néo-classicisme ; Peyron est l'un d'eux. « Il m'a ouvert les yeux », devait pourtant dire David de celui qui, en 1773, obtint contre lui le prix de Rome et put passer pour un des grands maîtres de la nouvelle école, de cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-pierre-peyron/#i_0

PIAZZETTA GIOVANNI BATTISTA (1683-1754)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 377 mots
  •  • 1 média

Le déclin de la peinture vénitienne à la fin du xviie siècle explique le fait que Piazzetta soit allé faire son apprentissage à Bologne, chez Giuseppe Maria Crespi. Il y découvre, avec les échos d'un caravagisme tardif, le point de départ d'une manière très personnelle qui lui vaudra une place de premier plan dans le renouveau artistique accompli par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-battista-piazzetta/#i_0

PIERRE JEAN-BAPTISTE MARIE (1713-1789)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 326 mots

Il est de ces artistes dont l'importance se mesure peut-être mieux à leur rôle administratif qu'à leur œuvre proprement dite. Jean-Baptiste Marie Pierre vécut jusqu'en 1789, mais sa carrière de peintre se termine pratiquement en 1770, quand il succède à François Boucher comme premier peintre, à la mort de l'artiste. Autant son prédécesseur était peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-marie-pierre/#i_0

PILLEMENT JEAN-BAPTISTE (1728-1808)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 298 mots

La formule du paysage que l'on pourrait appeler préromantique eut un tel succès dans les trente dernières années de l'Ancien régime que l'on trouve toute une floraison de peintres adonnés à ce genre non seulement à Paris, mais dans beaucoup de centres provinciaux : Charles de Lacroix à Marseille, Jean-Baptiste Lallemand à Dijon. Jean-Baptiste Pillement, né et mort à Lyon, est parmi les plus remarq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-pillement/#i_0

POZZO ANDREA (1642-1709)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 1 996 mots
  •  • 1 média

L'importance de Pozzo dans l'histoire de la peinture a été reconnue très tardivement. Il a partagé le sort de tous les artistes qui se sont adonnés à la peinture de plafond. Pour la peinture moderne, les musées ont absorbé longtemps tout l'intérêt des historiens d'art, donnant ainsi une valeur exagérée aux tableaux de chevalet. La réhabilitation de l'art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-pozzo/#i_0

PRUD'HON PIERRE PAUL (1758-1823)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 639 mots
  •  • 2 médias

Celui que l’on surnommait le « Corrège français » est le seul artiste d’envergure de son temps à être resté en dehors de l’influence de David. Prud’hon ne s’est imposé que très progressivement, grâce aux amateurs friands de ses petits tableaux et surtout de ses dessins, un des meilleurs aspects de son œuvre. De son vivant même, il avait alterné périodes de réussite et d’insuccès. Le début de sa ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-paul-prud-hon/#i_0

QUELLIN LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 298 mots

Dynastie d'artistes anversois dont plusieurs membres ont tenu une place importante au xviie siècle, les Quellin comptent des peintres, des graveurs et des sculpteurs. Le représentant le plus notable de la famille est le peintre Erasmus Quellin (1607-1678). Élève de son père, sculpteur, qui portait le même prénom, Erasmus Quellin devint rapidement le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quellin/#i_0

RAEBURN HENRY (1756-1823)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 368 mots
  •  • 1 média

Appartenant à la génération qui suit celle de Reynolds, Henry Raeburn, peintre de portraits écossais, reste proche des types fixés par le fondateur de la Royal Academy. Il s'agit pourtant d'un artiste authentiquement « provincial », qui eut peu de contrats avec les ateliers londoniens. Sa formation fut celle d'un miniaturiste et il semble n'avoir connu, à ses débuts, l'œuvre de Reynolds et de Gain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-raeburn/#i_0

RAMSAY ALLAN (1713-1784)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 276 mots
  •  • 1 média

Peintre écossais dont la carrière se déroule pour l'essentiel en Angleterre. Fils du poète Allan Ramsay (1685-1758), il est avec Thomas Hudson, et mis à part Hogarth, le principal représentant de la génération de portraitistes anglais qui prépare l'époque classique de Reynolds et de Gainsborough. Il étudie successivement à Londres, avec le Suédois Hans Hysing, à Rome avec Francesco Fernandi Imperi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allan-ramsay/#i_0

REDOUTÉ PIERRE JOSEPH (1759-1840)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 978 mots
  •  • 1 média

Peintre de fleurs, aquarelliste, graveur, lithographe Pierre Joseph Redouté est né dans une famille de peintres. Son père Charles Joseph Redouté (1715-1776), peintre lui-même, eut en outre pour fils Antoine Ferdinand (1756-1809), peintre décorateur de théâtre, et Henri Joseph (1766-1852), qui fit partie des artistes et savants que Bonaparte s'adjoignit pour l'expédition d'Égypte et finit peintre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-joseph-redoute/#i_0

REGNAULT JEAN-BAPTISTE (1754-1829)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 527 mots

Par l'importance de son œuvre, la qualité de ses élèves (Guérin par exemple), les honneurs qu'il reçut (membre de l'Institut en 1795, décoré par Napoléon et anobli), Regnault a pu être considéré et s'est en tout cas voulu comme le rival et l'égal de David. Aussi bien, le règne et le génie davidiens ont-ils obscurci toute une famille de peintres néo-classiques, moins marqués par la passion de l'Ant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-regnault/#i_0

RESTOUT JEAN (1692-1768)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 384 mots

Il a fallu attendre 1970 et l'importante exposition organisée par le musée de Rouen pour que la personnalité de Jean Restout retrouve la place qu'elle méritait dans l'histoire de la peinture française du xviiie siècle. Voici en effet un artiste qui, dans un siècle que l'on répute trop facilement occupé de frivolités, a consacré toute sa carrière à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-restout/#i_0

REYNOLDS JOSHUA (1723-1792)

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 2 442 mots
  •  • 2 médias

Sir Joshua Reynolds, peintre de l'aristocratie, premier président de la Royal Academy et ami d'écrivains célèbres, a un statut particulier dans l'histoire de l'art anglais. Son œuvre abondante et variée de portraitiste représente un véritable saut qualitatif dans l'évolution de la peinture anglaise. Qu'il s'agisse des traditionnels portraits en pied d'aristocrates, des portraits plus familiers des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joshua-reynolds/#i_0

RICCI MARCO (1676-1729)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 256 mots

Parallèlement aux « védutistes » du xviiie siècle, Marco Ricci, neveu de Sebastiano, donne son autonomie au paysage vénitien. Il trouve une source d'inspiration à Venise, dans l'œuvre de Titien et dans les gravures de Campagnola, mais surtout hors de Venise, chez Micco Spada […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marco-ricci/#i_0

RIGAUD HYACINTHE (1659-1743)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 564 mots
  •  • 2 médias

L'œuvre de Hyacinthe Rigaud est considérée comme la galerie des portraits du Grand Siècle, bien que l'artiste n'ait commencé sa carrière de portraitiste à Paris que tard dans le règne de Louis XIV (1681). Ce Catalan s'est d'abord formé dans la France du Sud. Bien qu'ayant remporté le premier prix de peinture, il renonce au voyage romain et suit les conseils de Le Brun : il sera peintre de portrait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyacinthe-rigaud/#i_0

ROBERT HUBERT (1733-1808)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 462 mots
  •  • 1 média

Artiste qui est à coup sûr l'un des principaux protagonistes du renouveau général de la peinture de paysage qui marque en France la seconde moitié du xviiie siècle. Hubert Robert se forma au cours d'un long séjour en Italie (1754-1765). L'intérêt pour la peinture de Claude Lorrain, qui se manifestait déjà chez un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubert-robert/#i_0

ROMNEY GEORGE (1734-1802)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 777 mots
  •  • 1 média

Un peu plus jeune que Reynolds et que Gainsborough, auprès desquels il apparaît généralement comme un peintre anglais « mineur », George Romney est surtout connu pour son œuvre de portraitiste. Sa production dans ce domaine est abondante et ne présente pas de grandes innovations par rapport aux formules de ses illustres contemporains et à celles d'autres peintres de l'aristocratie anglaise comme A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-romney/#i_0

ROTTMAYR JOHANN MICHAEL (1654-1730)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 306 mots

Dans l'histoire de la peinture autrichienne, Johann Michael Rottmayr vient à une époque et à une place qui en font une figure aussi importante que Fischer von Erlach. Les deux hommes sont à peu près contemporains. Ils sont originaires l'un et l'autre des environs de Salzbourg et appartiennent à cette première génération d'artistes, nés sur le sol germanique, qui affirment les caractères propres d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-michael-rottmayr/#i_0

SAINT-AUBIN GABRIEL DE, dit L'AÎNÉ (1724-1780)

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 681 mots

« Un Monsieur de Saint-Aubin vient de mourir : c'était le plus fécond dessinateur qu'on ait peut-être jamais vu. On ne le rencontrait que le crayon à la main », écrivait un mémorialiste le 13 février 1780. Gabriel de Saint-Aubin, fils d'un brodeur du roi et le plus connu de quinze enfants, tous plus ou moins doués pour le dessin, fut un extravagant personnage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-de-saint-aubin/#i_0

SOLIMENA FRANCESCO (1657-1747)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 174 mots

Fils d'un peintre avec lequel il fait ses premières études, Solimena travaille ensuite chez Francesco de Maria mais se forme surtout au contact des œuvres de Lanfranco, de Matia Preti et de Luca Giordano. La verve décorative de celui-ci inspire sa manière tour à tour nuancée ou dramatique, tumultueuse ou délicate, qui reste très personnelle par la save […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-solimena/#i_0

STUART GILBERT (1755-1828)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 522 mots
  •  • 2 médias

Peintre américain, Stuart est formé auprès d'un maître écossais, le portraitiste Cosmo Alexander, qu'il accompagne en Écosse en 1772 ; il s'expatrie en Angleterre et en Irlande de 1775 à 1792. Si ses premiers portraits relèvent directement de la tradition archaïque des « primitifs » américains (Mrs. John Bannister et son fils, vers 1774, Redwood Library and Athenaeum, Newport, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-stuart/#i_0

STUBBS GEORGE (1724-1806)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 645 mots
  •  • 3 médias

Peintre et graveur anglais. L'étiquette de peintre animalier qu'on lui attribue généralement ne doit pas faire illusion sur l'originalité de la démarche et du talent de Stubbs. Son œuvre est précédée, en Angleterre, par une abondante production de sporting painting, dont les principaux représentants sont John Wootton, Peter Tillemans et James Seymour ; mais leurs tableaux sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-stubbs/#i_0

SUBLEYRAS PIERRE-HUBERT (1699-1749)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 1 036 mots

Étrange et paradoxale destinée que celle de Pierre-Hubert Subleyras, artiste français dont presque toute la carrière se déroule à Rome, à tel point qu'on le classe parfois dans l'école italienne et que Mariette le prénomme Pietro ; provincial rêvant de Paris, où il ne passe que deux ans ; « franc-tireur » de la peinture sans autre maître que Rivalz, quasiment sans élèves, mais dont l'œuvre est ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-hubert-subleyras/#i_0

TAILLASSON JEAN JOSEPH (1745-1809)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 704 mots

Peintre méconnu, Jean Joseph Taillasson acquit, du moins de son vivant, une notoriété honorable avant de sombrer dans l'oubli. Mais son grand mérite est d'être représentatif du courant néo-classique. Provincial, Taillasson quitte son milieu bordelais pour apprendre à Paris le métier de peintre d'histoire — le seul qui soit noble, qui permette de faire une carrière officielle, d'être confronté aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-joseph-taillasson/#i_0

THORNHILL sir JAMES (1675-1734)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 286 mots

Peintre anglais, né en 1675 à Melcombe Regis (Dorset), mort le 13 mai 1734 à Thornhill House, près de Stalbridge (Dorset).Premier grand peintre d'histoire britannique, Sir James Thornhill s'inscrit dans la tradition du baroque italien, comme peintre d'histoire et peintre décorateur des rois George Ier et George II. Nommé maître de la Painters' Company en 1720 et promu cheval […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thornhill-sir-james/#i_0

TIEPOLO LES

  • Écrit par 
  • Aldo RIZZI
  •  • 2 601 mots
  •  • 6 médias

Giambattista (1696-1770), Giandomenico (1727-1804) et Lorenzo Baldissera (1736-1776) sont les figures dominantes d'une famille vénitienne depeintres, de dessinateurs et de graveurs, les Tiepolo. Le père, Giambattista, surpasse les autres par l'ampleur de son génie.Chargé de découvrir un artiste pour décorer le Palais royal de Stockholm, le ministre suédois des Beaux-Arts, le comte Carl Gustav De T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-tiepolo/#i_0

TROGER PAUL (1698-1762)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 418 mots

Avec ce peintre apparaît la génération des artistes autrichiens qui, s'ils vont encore se former en Italie, sont néanmoins pleinement conscients de l'originalité de l'école qu'ils forment et qui n'ont plus, à proprement parler, à chercher leurs modèles en dehors des frontières de l'Empire. Comme beaucoup d'entre eux, Paul Troger est un Tyrolien, né dans une famille modeste, toute proche encore de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-troger/#i_0

VAN DE VELDE LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 194 mots

Dynastie de peintres hollandais.Né à Amsterdam, Esaias van de Velde (env. 1590-1630) était probablement le fils du peintre Anthony van de Velde et le cousin de Jan van de Velde le graveur. Dès 1610, on le trouve à Haarlem où il entre dans la gilde en 1612. En 1618, il est inscrit comme membre à la gilde de La Haye où il a été honoré des commandes des stadhouders Maurice et Frédéric-Henri. Selon Ho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-van-de-velde/#i_0

VAN LOO LES

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 521 mots

La famille Van Loo présente l'exemple d'une de ces dynasties d'artistes assez fréquentes au xviiie siècle. Son nom suffit à indiquer une origine flamande, mais ses membres les plus importants sont nés dans le Midi (Aix-en-Provence ou Nice). Les églises et les musées de la région conservent encore une part notable de leurs œuvres, en particulier le mus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-van-loo/#i_0

VAN MIERIS LES

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 239 mots

Famille de peintres néerlandais originaires de Leyde. Portraitiste et surtout peintre de genre, Frans van Mieris le Vieux (1635-1681) est, avec Gérard Dou, son maître, un des meilleurs représentants de la peinture « fine » qui, s'inspirant du clair-obscur et du rendu illusionniste introduits par Rembrandt en 1630, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-van-mieris/#i_0

VERNET ANTOINE CHARLES HORACE dit CARLE (1758-1836)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 433 mots

« Je ressemble au grand dauphin : fils de roi, père de roi, jamais roi. » Authentique ou non, ce mot de Carle Vernet donne assez bien la position d'un peintre, éminemment talentueux, comme on l'était dans cette famille, mais qui ne sut imposer sa prééminence dans aucune spécialité, comme Joseph, son père, dans le paysage, ou Horace, son fils, dans la peinture de batailles.La souplesse du talent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vernet-antoine-charles-horace-dit-carle/#i_0

VERNET JOSEPH (1714-1789)

  • Écrit par 
  • Viviane MARKHAM
  •  • 202 mots

Fils du peintre et décorateur Antoine Vernet, Joseph Vernet s'imposa rapidement comme peintre de marines. En 1734, il accomplit son premier voyage en Italie où il admire l'art ample et lumineux de Claude Lorrain et les œuvres dramatiques et pittoresques de Salvator Rosa. Après différents séjours à Rome et à Naples, il quitte définitivement l'Italie en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-vernet/#i_0

VIGÉE LE BRUN ÉLISABETH LOUISE (1755-1842)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire du goût français, Élisabeth Louise Vigée Le Brun tient la place du peintre des grâces, célèbre pour avoir mis à la mode une image flatteuse, au moral et au physique, de la société de la fin de l'Ancien Régime. L'« amie de la reine », comme l'ont appelée les historiens du xixe siècle, a pourtant survécu à la civilisation chère aux Gonco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-louise-vigee-lebrun/#i_0

WATTEAU ANTOINE (1684-1721)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 5 607 mots
  •  • 8 médias

Lorsque naît Watteau, sa ville, Valenciennes, n'est française que depuis six ans. Il meurt deux ans seulement avant le Régent, un an avant le sacre de Louis XV. Il incarne néanmoins le prototype du peintre français, l'initiateur de l'art Louis XV. Sa peinture se définit par le titre joyeux de fête (galante) ; pourtant on se plaît à en souligner la mélancolie. Peintre de femmes en élégants manteaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-watteau/#i_0

WATTEAU ET LA FÊTE GALANTE (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 999 mots

Une mémorable rétrospective au Grand Palais, à Paris, avait célébré, en 1984, le bicentenaire de la naissance d'Antoine Watteau (1684-1721). Nul anniversaire, nulle commémoration ne justifiaient Watteau et la fête galante, organisée par le musée des Beaux-Arts de Valenciennes et qui, en un peu plus de trois mois (5 mars-14 juin 20 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/watteau-et-la-fete-galante/#i_0

WEST BENJAMIN (1738-1820)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 847 mots
  •  • 2 médias

Peintre américain. Bien que West soit né en Amérique et qu'il y ait appris la « partie mécanique » (selon ses propres termes) de la peinture, son œuvre est entièrement étrangère au développement de l'art américain. Au contraire, elle occupe une position centrale et joue un rôle décisif dans l'histoire de la peinture européenne à la fin du xviiie siècl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benjamin-west/#i_0

WICAR JEAN-BAPTISTE (1762-1834)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 451 mots

Le collectionneur et donateur du musée de Lille a fait oublier le peintre. Pourtant, l'élève de David, appliqué, au néo-classicisme strict sinon scolaire, qui mène en Italie une carrière plus qu'honorable, est, de par ses limites mêmes, un bon témoin de la vie artistique de son temps. D'emblée, Wicar se révèle pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-wicar/#i_0

WILLIAM BLAKE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 040 mots

On a pu dire que le xviiie siècle avait autant été le siècle des Lumières que de l'illuminisme. Nul doute que William Blake (1757-1827) se situa du côté des illuminés, comme on le voit tout au long de l'exposition présentée au Petit Palais, en partenariat avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-blake/#i_0

WILSON RICHARD (1713/14-1782)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 806 mots
  •  • 2 médias

Seul grand peintre britannique qui soit originaire du pays de Galles. La carrière de Richard Wilson se déroula pour l'essentiel à Londres, et il joua un rôle de premier plan dans le développement du paysage anglais. On peut le comparer à celui de Reynolds dans le domaine du portrait, car il contribua éminemment à la diffusion de l'esthétique classique en An […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-wilson/#i_0

WRIGHT OF DERBY JOSEPH WRIGHT dit (1734-1797)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 830 mots
  •  • 3 médias

Peintre anglais, contemporain de Reynolds qui apporte à l'art de son époque une contribution extrêmement originale. Sa carrière se déroule presque entièrement dans son Derbyshire natal (d'où son surnom), loin de Londres, et, sauf exceptions rares et peu convaincantes (Mrs. Sacheverell Pole et son fils, 1771, coll. Chandos-Pole), il ne cherche guère à suivre l'exemple de Reynold […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wright-of-derby/#i_0

ZUCCARELLI FRANCESCO (1702-1788)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 282 mots
  •  • 2 médias

Peintre toscan. Francesco Zuccarelli, qui avait étudié les paysages romains de Claude Lorrain et ceux de Pannini, a fait toute sa carrière à Venise, où il s'était fixé vers 1730. Il est alors influencé par les paysages de Marco Ricci, mais transpose ses tempêtes et ses ciels tourmentés dans une atmosphère beaucoup p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-zuccarelli/#i_0