PRANDTAUER JAKOB (1660-1726)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la génération d'architectes qui éclôt en Autriche à la fin du xviie siècle et vient affirmer la renaissance d'un art germanique, Jakob Prandtauer occupe une place aussi importante, par l'ampleur de ses réalisations comme par l'originalité de son talent, que Hildebrandt ou Fischer von Erlach. Il importe cependant de souligner une différence notable entre ces derniers et Prandtauer : alors que Fischer et Hildebrandt sont des architectes de cour, formés en Italie, au courant des dernières modes et au service d'une clientèle brillante (l'empereur ou les grandes familles de Vienne), Prandtauer, Tyrolien de naissance et éduqué comme maître maçon, reste toute sa vie au service des communautés religieuses de la province autrichienne. Aussi contrôlait-il personnellement, et avec le plus grand scrupule, l'exécution des édifices qu'il avait la charge de bâtir, et ses œuvres valent autant par la qualité du détail que par les mérites de l'invention.

Le chef-d'œuvre de Prandtauer, et l'un des chefs-d'œuvre du baroque germanique, est l'abbaye de Melk, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Vienne, sur un piton rocheux dominant le Danube. La beauté naturelle du site est utilisée avec une habileté remarquable : la longue façade des bâtiments conventuels s'étend tout au long de l'éperon, terminée par l'église qui se dresse à l'extrémité, juste au-dessus du fleuve ; les deux clochers à bulbes, la coupole et les statues forment une silhouette pittoresque qui se reflète dans l'eau et contraste avec l'allure sévère du reste de la construction. L'intérieur, savamment distribué, est rehaussé par une splendide fresque de Rottmayr qui couvre tout le plafond de la nef.

Parmi les autres abbayes dont Prandtauer est l'auteur, il faut citer au moins Saint-Florian, tout près de Linz (début de la construction en 1706), et Dürnstein (commencée en 1717 et que mènera à bien son disciple Joseph Munggenast). Toutes témoignent du même mérite, avec cette saveur paysanne qui n'exclut pas les raffinements de composition et d'agencement et qui est le secret de Prandtauer.

—  Georges BRUNEL

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  PRANDTAUER JAKOB (1660-1726)  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 839 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Autriche et pays de la haute vallée du Danube »  : […] toujours et d'excellents : les architectes Aliprandi, Allio...) les maîtres étaient désormais des sujets de l'Empereur. Trois grands noms, ceux de J. B. Fischer von Erlach (1656-1723), de Hildebrandt (1668-1745) et de Prandtauer (1660-1726), celui-ci d'un génie peut-être plus sobre, plus provincial que les deux autres, mais non moins authentique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_4864

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 283 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Abbayes baroques en Autriche et en Allemagne du Sud »  : […] Vienne. À partir de 1701, au temps de l'abbé Berthold Dietmayr, l'architecte Jakob Prandtauer créa un nouvel ensemble baroque, bâti tout en longueur sur la crête. Pour accéder à l'église, il faut traverser la cour des prélats, vaste atrium avec une fontaine en son milieu. Les deux tours de façade dominent une petite cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-monastique/#i_4864

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, « PRANDTAUER JAKOB - (1660-1726) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-prandtauer/