GABIN JEAN (1904-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Mauvais garçon, le foulard autour du cou, le chapeau baissé sur les yeux, Jean Gabin occupe l'écran avec cette puissance, cette pesanteur, qui marqueront quarante ans de cinéma français. » C'est ainsi que Jean-Pierre Jeancolas évoque une des premières apparitions notables de l'acteur dans Cœur de Lilas d'Anatole Litvak (1931). Une silhouette s'esquisse ici, qui ne tardera pas, sous la direction de Julien Duvivier, Marcel Carné ou Jean Renoir, à s'étoffer jusqu'à incarner, en France, le héros typique des années 1930, chez qui le désir d'une impossible liberté vient se heurter au destin inflexible.

Le héros des années 1930

À l'inverse de bien des acteurs à qui leurs parents veulent interdire de « faire l'artiste », Jean Alexis Moncorgé, né à Paris, fut un comédien malgré lui. Sa mère se produisait dans les caf'conc'. Son père était chanteur d'opérette sous le pseudonyme de Gabin. Il connaît donc la rude formation du music-hall – aux Folies-Bergère et au Vaudeville – avant de s'imposer dans l'opérette aux Bouffes-Parisiens et de connaître ses premiers succès, aux côtés de Mistinguett, dans la revue du Moulin-Rouge. Le cinéma parlant naît en 1930 et, tout de suite, engage Gabin, « le gigolo chantant ». Quatre-vingt-treize rôles, quarante-six ans de carrière feront de Jean Gabin l'acteur français le plus célèbre de l'époque.

De 1930 à 1935, il tourne dix-huit films et gagne ses galons de vedette avec La Bandera (J. Duvivier, 1935). Tout Gabin, déjà, se révèle dans cette entreprise. Tout d'abord, son attachement aux textes : ainsi de La Bandera, nouvelle de Mac Orlan qu'avait publiée la Nouvelle Revue française ; plus tard, Gabin se battra pour imposer Jacques Prévert comme scénariste, avec la réussite que l'on sait. Toute sa vie il ne cessera de proclamer que « dans un film, une seule chose compte : le metteur en scène », et il dira son admiration et sa reconnaissance aux quatre grands qui l'ont dirigé : Julien Duvivier, Jean Renoir, Marcel Carné et Jean Grémillon. La découverte de son personnage, enfin : le héros de La Bandera a tué un homme, au hasard d'une bagarre de bistrot, et s'est réfugié dans la Légion étrangère espagnole, où un indicateur — et la mort — le rejoignent ; ici s'esquisse ce rôle de marginal poursuivi par le destin, rôle que Jean Gabin va tenir et qui fera de lui « le héros tragique par excellence du cinéma français d'avant guerre » (André Bazin).

Car la première, et la vraie, carrière de Jean Gabin ne dure que cinq – merveilleuses – années. Jusqu'en 1940, il tourne avec Duvivier La Belle Équipe (1936) et Pépé le Moko (1937) ; avec Renoir, Les Bas-Fonds (1937), La Grande Illusion (1937), La Bête humaine (1938) ; avec Marcel Carné, Le Quai des brumes (1938) et Le jour se lève (1939) ; avec Jean Grémillon, Gueule d'amour (1937) et Remorques (1940) : neuf films dont huit classiques du cinéma français. On ne sait ce qu'il faut le plus admirer en la circonstance : la perspicacité du comédien, le courage du professionnel qui impose des sujets rejetés par les producteurs, enfin, le talent prodigieux de l'interprète. Gabin savait, comme l'explique Jean Renoir, « être tragique au sens classique du mot, et cela en restant coiffé d'une casquette, vêtu d'un bleu de mécanicien et en parlant comme tout le monde ». Dans les années qui vont du Front populaire à la guerre, Gabin donne une dimension poétique à ce personnage authentiquement populaire, traqué par une société qui le rejette et un destin qui l'accable. À chaque instant, il fait triompher la vérité physique, la présence de son personnage. À la différence des autres monstres sacrés de l'époque : Louis Jouvet, Pierre Fresnay, Raimu, Michel Simon, Eric von Stroheim, tous acteurs baroques ou de composition, Gabin impose une qualité nouvelle : le « naturel », fruit d'une intense concentration.

Pépé le Moko, J. Duvivier

Photographie : Pépé le Moko, J. Duvivier

Jean Gabin (1904-1976) et Mireille Balin (1911-1968) jouent Pépé et Gaby dans Pépé le Moko de Julien Duvivier, l'histoire tragique d'un mauvais garçon dans la casbah d'Alger (1936). 

Crédits : General Photographic Agency/ Moviepix/ Getty Images

Afficher

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938

Photographie : La Bête humaine, de J. Renoir, 1938

Jean Gabin dans «La Bête humaine» (1938) de Jean Renoir, d'après Émile Zola. 

Crédits : Paris Film/ Album/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Pépé le Moko, J. Duvivier

Pépé le Moko, J. Duvivier
Crédits : General Photographic Agency/ Moviepix/ Getty Images

photographie

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938
Crédits : Paris Film/ Album/ AKG-images

photographie

Jean Gabin

Jean Gabin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GABIN JEAN (1904-1976)  » est également traité dans :

GRANGIER GILLES (1911-1996)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 690 mots

Auteur d'une abondante mais inégale filmographie, fortement critiqué lors de l'avènement de la nouvelle vague, Gilles Grangier a signé d'incontestables réussites dans le domaine du « polar » à la française ou des films d'atmosphère à la Simenon. Après avoir été assistant à la mise en scène, il commence sa carrière en 1943, en dirigeant Noël-Noël dans Adémaï bandit d'honneur . Suivront deux coméd […] Lire la suite

MORGAN MICHÈLE (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 932 mots
  •  • 2 médias

« Avec ces yeux-là, vous devez voyager beaucoup et en embarquer pas mal », lui aurait dit Jean Gabin après le bout d'essai exigé par Marcel Carné pour Le Quai des brumes (1938), prélude à la plus fameuse réplique du film et de l'histoire du cinéma : « T'as de beaux yeux, tu sais ! », due à Jacques Prévert. Sur le conseil de Gabin qui a remarqué « une môme bien dans un film avec Raimu », Denise Tu […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Essai de définition »  : […] Les grands acteurs de théâtre furent entourés d'un rituel spécifique dès l'époque préromantique et romantique. C'est là que fait son apparition la vedette, c'est-à-dire l' acteur placé comme « en sentinelle » (le mot est d'origine militaire) pour recueillir le maximum d'applaudissements. Au même moment, la principale danseuse d'un ballet reçoit, pour la première fois, le titre flatteur d' étoile […] Lire la suite

VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS (B. Tavernier)

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 162 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Becker à Sautet »  : […] Ce voyage conduit de Becker à Sautet. Si Bertrand Tavernier n’a pas connu le premier, auteur des Rendez-vous de juillet , le second, auteur de Classe tous risques , a été son ami et son conseiller. Becker et Sautet rendent l’essence d’une époque. Ils en sentent les contradictions et les transformations. Chez les deux cinéastes, souvent dédaignés, le travail se voit : stylistes dans Falbalas , pris […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BILLARD, « GABIN JEAN - (1904-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gabin/