GABIN JEAN (1904-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pépé le Moko, J. Duvivier

Pépé le Moko, J. Duvivier
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938
Crédits : Paris Film/ Album/ AKG

photographie

Jean Gabin

Jean Gabin
Crédits : Hulton Getty

photographie


« Mauvais garçon, le foulard autour du cou, le chapeau baissé sur les yeux, Jean Gabin occupe l'écran avec cette puissance, cette pesanteur, qui marqueront quarante ans de cinéma français. » C'est ainsi que Jean-Pierre Jeancolas évoque une des premières apparitions notables de l'acteur dans Cœur de Lilas d'Anatole Litvak (1931). Une silhouette s'esquisse ici, qui ne tardera pas, sous la direction de Julien Duvivier, Marcel Carné ou Jean Renoir, à s'étoffer jusqu'à incarner, en France, le héros typique des années 1930, chez qui le désir d'une impossible liberté vient se heurter au destin inflexible.

Le héros des années 1930

À l'inverse de bien des acteurs à qui leurs parents veulent interdire de « faire l'artiste », Jean Alexis Moncorgé, né à Paris, fut un comédien malgré lui. Sa mère se produisait dans les caf'conc'. Son père était chanteur d'opérette sous le pseudonyme de Gabin. Il connaît donc la rude formation du music-hall – aux Folies-Bergère et au Vaudeville – avant de s'imposer dans l'opérette aux Bouffes-Parisiens et de connaître ses premiers succès, aux côtés de Mistinguett, dans la revue du Moulin-Rouge. Le cinéma parlant naît en 1930 et, tout de suite, engage Gabin, « le gigolo chantant ». Quatre-vingt-treize rôles, quarante-six ans de carrière feront de Jean Gabin l'acteur français le plus célèbre de l'époque.

De 1930 à 1935, il tourne dix-huit films et gagne ses galons de vedette avec La Bandera (J. Duvivier, 1935). Tout Gabin, déjà, se révèle dans cette entreprise. Tout d'abord, son attachement aux textes : ainsi de La Bandera, nouvelle de Mac Orlan qu'avait publiée la Nouvelle Revue française ; plus tard, Gabin se battra pour imposer Jacques Prévert comme scénariste, avec la réussite que l'on sait. Toute sa vie il ne cessera de proclamer que « dans un film, une seule chose compte : le metteur en scène », et il dira son admiration et sa reconnaissance aux quatre grands qui l'ont dirigé : Julien Duvivier, Jean Renoir, Marcel Carné et Jean Grémillon. La découverte de son personnage, enfin : le héros de La Bandera a tué un homme, au hasard d'une bagarre de bistrot, et s'est [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GABIN JEAN (1904-1976)  » est également traité dans :

GRANGIER GILLES (1911-1996)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 690 mots

Gilles Grangier va atteindre le sommet de sa carrière en tournant durant la même décennie sept films avec Jean Gabin, dont La Vierge du Rhin (1953), Gas-Oil (1955), également avec Jeanne Moreau, Le Sang à la tête (1956), qui marque sa première rencontre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-grangier/#i_89406

MORGAN MICHÈLE (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 932 mots
  •  • 2 médias

« Avec ces yeux-là, vous devez voyager beaucoup et en embarquer pas mal », lui aurait dit Jean Gabin après le bout d'essai exigé par Marcel Carné pour Le Quai des brumes (1938), prélude à la plus fameuse réplique du film et de l'histoire du cinéma : « T'as de beaux yeux, tu sais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michele-morgan/#i_89406

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 603 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Essai de définition »  : […] sur lesquelles on peut « bâtir une affaire » à coup (presque) sûr, auront été masculines : Alain Delon, Jean-Paul Belmondo, Gérard Depardieu succèdent à Jean Gabin, Isabelle Adjani étant l'exception à la règle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_89406

VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS (B. Tavernier)

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 162 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Becker à Sautet »  : […] L’écho s’en retrouve avec le chapitre consacré à Jean Gabin. Il rapporte les propos tenus par l’acteur engagé contre Vichy sur Renoir, cinéaste de génie, mais homme peu courageux. Sous le Front populaire, Gabin incarne l’ouvrier. Mais dans l’après-guerre, il n’est pas devenu le bourgeois rangé qu’on imagine : il transgresse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voyage-a-travers-le-cinema-francais/#i_89406

Pour citer l’article

Pierre BILLARD, « GABIN JEAN - (1904-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gabin/