DEPARDIEU GÉRARD (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gérard Depardieu est un « phénomène » du cinéma français. Il met la même énergie à animer ses personnages et à passer d'un film à son exact opposé. Si l'ancienne génération d'acteurs tels que Pierre Blanchar, Charles Vanel, Charles Boyer, Pierre Fresnay ou Gérard Philipe était issue de la tradition théâtrale, pour laquelle la parole importait plus que le corps, la pose ou le geste appliqué et calculé sur l'énergie libérée, la « nouvelle vague » fut marquée par l'école américaine de l'Actor Studio, avec Marlon Brando, James Dean, Montgomery Clift... Un jeu fondé sur l'introspection et la décontraction, l'extériorisation physique des contradictions qui se jouent au fond de la conscience et de l'inconscient. Par son jeu d'abord physique, Gérard Depardieu se distingue totalement des deux écoles. C'est d'abord un corps imposant, musclé, parfois massif, toujours agile, et doté de la plus extrême sensibilité. Il incarne parfaitement un mot galvaudé pour qualifier un acteur : la « présence ». Que ce soit dans le rôle d'un voyou ou d'un flic, ou attablé, au cours de longs plans-séquences immobiles avec Marguerite Duras dont il déploie avec toutes les nuances possibles le texte éminemment littéraire...

« Je suis d'abord un acteur de théâtre »

Né à Châteauroux (Indre) le 27 décembre 1948, Gérard Depardieu appartient à une très modeste famille de six enfants. Sa jeunesse est tumultueuse. Il fréquente la base militaire américaine voisine et les GI, fasciné par la musique d'Elvis Presley, Eddie Cochran ou Dean Martin, l'alcool et les trafics divers. Il y côtoie des voyous de quelques années plus âgés que lui, frise la délinquance. Rien n'indique chez lui une quelconque aptitude pour le cinéma, encore moins pour le théâtre, même s'il apprécie le cinéma populaire et est émerveillé par une représentation du Dom Juan de Molière. Il quitte l'école à treize ans, s'adonne un peu à la boxe, bégaye et s'exprime par onomatopées, incapable de finir une phrase...

À seize ans, sur un coup de tête, il monte à Paris rejoindre un ami qui cherche à devenir acteur. Il aborde un nouvel univers en suivant les cours de Jean-Laurent Cochet. Ce dernier le pousse à faire soigner ses problèmes d'élocution par un thérapeute spécialiste des troubles du langage, le docteur Tomatis. Le jeune Gérard est bientôt fasciné par les mots, la langue. Il interprète le rôle d’un beatnik dans un court-métrage de Roger Leenhardt, Le Beatnik et le minet (1967), et rencontre la troupe du Café de la Gare.

Après quelques rôles dans des « dramatiques » à la télévision, il débute au théâtre en 1968 dans la pièce de René Fauchois, Boudu sauvé des eaux, mise en scène par Jean-Laurent Cochet. Le théâtre restera longtemps son activité préférée : « Je suis d'abord un acteur de théâtre parce que c'est là qu'on a la sensation de pouvoir commencer quelque chose et de pouvoir le terminer dans la même soirée. » Au cours des années 1970, il travaille aussi bien dans le théâtre de boulevard, comme Une fille dans ma soupe, de Terence Frisdy, mis en scène par Pierre Mondy, que dans des pièces plus ambitieuses et plus littéraires sous la direction de Claude Régy (Saved, d'Edward Bond, 1973 ; Home, de David Storey, adaptation de Marguerite Duras, 1973 ; Isma, de Nathalie Sarraute, 1972 ; La Chevauchée sur le lac de Constance et Les gens déraisonnables sont en voie de disparition, de Peter Handke, 1973 et 1978...) En 1984, il portera à l'écran Tartuffe, de Molière, qu'il avait joué l'année précédente sous la direction de Jacques Lassalle.

Parallèlement, Gérard Depardieu devient un second rôle très demandé du cinéma français – voyou, truand ou homme de main –, sous la direction de cinéastes aussi divers que Michel Audiard (Le Cri du cormoran, le soir au-dessus des jonques, 1970), Jacques Deray (Un peu de soleil dans l'eau froide, 1971), Pierre Tchernia (Le Viager, 1972), J [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  DEPARDIEU GÉRARD (1948- )  » est également traité dans :

BARBARA (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nouvelle donne »  : […] Barbara s’installe en 1973 à Précy-sur-Marne, à l’est de Paris, dans une maison qu’elle ne quittera plus. Vedette consacrée, adulée en France et à l’étranger, toujours auteure de chansons nouvelles (« Les Insomnies », « Cet enfant-là »…), elle est peut-être à l’apogée de sa carrière. Elle est invitée au « Grand Échiquier » de Jacques Chancel, d’autres émissions lui sont entièrement consacrées. La […] Lire la suite

PIALAT MAURICE (1925-2003)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 748 mots

Dans le chapitre « Quand vient la fin »  : […] L'histoire d'amour de Nous ne vieillirons pas ensemble (1972) commence au moment où cette histoire même est déjà finie entre Jean (Jean Yanne) et Colette (Marlène Jobert). Comme François, Jean mêle tentatives de « recoller les morceaux » et comportements odieux, provoquant l'irréversible. Par la suite, Loulou (1980), À nos amours (1983), Police (1985) donneront à voir des personnages en situat […] Lire la suite

SOUS LE SOLEIL DE SATAN, film de Maurice Pialat

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 990 mots

Dans le chapitre « Une foi vécue physiquement »  : […] Admirablement servi par l'image de Willy Kurant, qui utilise la lumière pâle de l'Artois et capte de magnifiques paysages vallonnés sous des ciels immenses, Pialat situe discrètement le film dans une France d'hier, mais qui paraît proche, sans automobile, sans radio, en même temps qu'il fuit tout pittoresque d'époque. Une France qu'on voit rarement au cinéma, celle des champs, où le langage des pe […] Lire la suite

LES VALSEUSES, film de Bertrand Blier

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 929 mots

Dans le chapitre « De fil en aiguille »  : […] Le film reprend la structure classique du récit picaresque. Un couple de copains au physique complémentaire, le gros Jean-Claude et le frêle Pierrot multiplient les rencontres à chaque fois qu'ils volent une nouvelle voiture, à la manière de Michel Poiccard dans le film de Godard ( À bout de souffle , 1959). Ces rencontres sont avant tout sexuelles et les deux voyous font face à tous les visages […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « DEPARDIEU GÉRARD (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-depardieu/