DUVIVIER JULIEN (1896-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinéaste français né le 8 octobre 1896 à Lille, mort le 29 octobre 1967 à Paris, Julien Duvivier s'impose comme l'un des « cinq grands » du cinéma français des années 1930. Il atteint une renommée internationale en participant à l'esthétique du réalisme poétique, qui caractérise une partie des films de cette période.

Après des études dans un collège jésuite et une brève carrière de comédien au théâtre, Duvivier commence sa carrière au cinéma comme assistant, notamment de Marcel L'Herbier et Louis Feuillade, et scénariste à l'occasion. Il ne remporte guère de succès avec son premier film, Haceldama ou le prix du sang (1919), ni avec les autres vingt longs-métrages qu'il tourne dans les années 1920. En 1929, Duvivier réalise Au Bonheur des dames, le premier d'une série de films qui vont faire sa réputation : Poil de carotte (1932), Maria Chapdelaine (1934), Pépé le Moko (1936) et ce qui est sans doute son film le plus célèbre, La Belle Équipe (1936), puis Un Carnet de bal (1937). En 1938, Duvivier est invité à Hollywood pour réaliser The Great Waltz (Toute la ville danse), une superproduction sur la vie de Johann Strauss.

Duvivier retourne aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Il réalise The Tales of Manhattan (1942, Six Destins), Flesh and Fantasy (1943, Obsessions) et The Impostor (1944, L'Imposteur). De retour en Europe à la fin de la guerre, Duvivier tourne des films à succès comme Anna Karénine (1948), Sous le ciel de Paris (1950), Le Petit Monde de Don Camillo (1951) et Diaboliquement vôtre (1967).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  DUVIVIER JULIEN (1896-1967)  » est également traité dans :

BAUR HARRY (1880-1943)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 630 mots

Harry Baur est né, Henri-Marie Rodolphe Baur, le 12 avril 1880 à Montrouge. Il fait ses études secondaires à Marseille où ses parents se sont installés. Bien que poussé par les siens vers une carrière d'officier de la marine marchande, il s'oriente vers le théâtre. Après sa formation et ses débuts dans la cité phocéenne, il « monte » à Paris où, ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harry-baur/#i_17229

GABIN JEAN (1904-1976)

  • Écrit par 
  • Pierre BILLARD, 
  • Universalis
  •  • 1 012 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le héros des années 1930 »  : […] À l'inverse de bien des acteurs à qui leurs parents veulent interdire de « faire l'artiste », Jean Alexis Moncorgé, né à Paris, fut un comédien malgré lui. Sa mère se produisait dans les caf'conc'. Son père était chanteur d'opérette sous le pseudonyme de Gabin. Il connaît donc la rude formation du music-hall – aux Folies-Bergère et au Vaudeville – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gabin/#i_17229

RÉALISME POÉTIQUE, cinéma français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 758 mots
  •  • 2 médias

En 1936, Julien Duvivier réalise un film demeuré célèbre : La Belle Équipe . L'anecdote était simple : des chômeurs montent une entreprise coopérative (une guinguette dans la banlieue parisienne) et se heurtent à de nombreuses difficultés. Le dénouement était différent selon l'une ou l'autre version : dans la version projetée sur les Champs-Élysées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-poetique-cinema-francais/#i_17229

Pour citer l’article

« DUVIVIER JULIEN - (1896-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-duvivier/