JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On voit souvent dans saint Jean Damascène l'auteur de la première Somme théologique. Certes la Source de la connaissance a servi de manuel en Orient pendant le Moyen Âge byzantin, cependant que, trois fois traduite en latin du xie au xiiie siècle, elle facilitait, par son usage du vocabulaire aristotélicien et son ébauche de systématisation, la tâche des grands scolastiques. Toutefois, tandis qu'en Occident le Damascène était lu dans la perspective d'une théologie des concepts, en Orient son œuvre marquait le passage de l'investigation intellectuelle à l'expérience ecclésiale. Elle s'inscrit entre l'adoration du Dieu inconnaissable, aux premières pages de l'« Exposé de la foi », et la célébration du Dieu participable par la beauté de l'hymne et de l'icône et par une spiritualité de transfiguration.

Un Arabe chrétien

Le destin du Damascène incarne celui de l'orthodoxie arabe, humiliée par l'Islam, contrainte à s'intérioriser – par là même capable de défendre l'essentiel de la foi contre les prétentions césaro-papistes des empereurs byzantins iconoclastes. Né à Damas vers 650, Jean portait aussi le nom arabe de Mansour comme son grand-père qui, haut fonctionnaire impérial, avait signé en 635 la capitulation de la ville devant l'envahisseur musulman. Le calife ayant laissé en place l'appareil d'État byzantin, Jean devint responsable de l'administration locale des finances, et donc le protecteur de ses coreligionnaires dotés d'une véritable autonomie interne comme « nation chrétienne » (millet), mais soumis au tribut.

Cet administrateur est également un savant et un poète qui, bilingue, prend en grec la défense de l'art chrétien, menacé à la fois par l'exemple de l'Islam et le premier iconoclasme byzantin, et compose des hymnes liturgiques vigoureusement trinitaires, courageux témoignage face au strict monothéisme du conquérant.

Bientôt un nouveau calife, ‘Abd el-Malik, amorce l'islamisation du corps des fonctionna [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750)  » est également traité dans :

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De la possibilité de représenter le divin  »  : […] La division entre Occident et Orient dans le monde chrétien s'est établie, pour une part importante, à partir de la question de l'image, en premier lieu de l'image du Fils de Dieu. Issu du judaïsme pour lequel toute image est interdite, parce que susceptible de provoquer l'idolâtrie, mais évoluant dans le monde gréco-romain où il y a une profusion de représentations de dieux et de demi-dieux, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_4149

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-damascene/