JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la théologie à l'expérience ecclésiale

Dans son Homélie sur la Transfiguration qui annonce la spiritualité du Moyen Âge byzantin, le Damascène souligne que l'homme est appelé à une déification intégrale par la participation au Christ transfiguré, dont « le corps terrestre rayonne de la splendeur divine », dont « le corps mortel verse la gloire de la divinité ».

Cette transfiguration s'offre à tous dans l'expérience liturgique. L'icône fait partie intégrante de celle-ci et Jean de Damas a écrit trois traités pour défendre les images sacrées. L'icône des icônes – celle du Christ – est justifiée par l'Incarnation, où l'Invisible « devient visible pour nous en participant à la chair et au sang » et qui fait rayonner les énergies divines dans la profondeur de la matière : « Je ne vénère pas la matière, mais je vénère le Créateur de la matière, qui pour moi est devenu matière [...] et qui me sauve par la matière. » D'autre part, Jean montre que le Christ, bien qu'il assume, dans son hypostase divine, l'humanité tout entière, a aussi une individualité humaine représentable. Ainsi s'amorce, face aux iconoclastes, la reprise par la théologie orthodoxe de la pensée antiochienne, centrée sur l'humanité historique de Jésus.

Jean Damascène, enfin, a assuré l'inscription dans le chant liturgique de la théologie des Pères grecs, dont il dégage le mouvement profond de célébration. L'alliance contre l'iconoclasme des moines de Saint-Sabbas et de ceux de Stoudion, à Constantinople, a fait connaître ces compositions dans la capitale, de sorte qu'elles sont devenues un élément constitutif de la liturgie dite byzantine. Il s'agit surtout des « canons », hymnes métriques et rythmiques comportant chacune neuf odes (dont les grandes odes scripturaires sont le point de départ) et dégageant, aux vigiles d'une fête, la signification spirituelle de celle-ci. Le plus célèbre est le canon pascal, véritable chant de triomphe : « Peuple, rayonnons de joie – Pâque du Seigneur, Pâque [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750)  » est également traité dans :

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De la possibilité de représenter le divin  »  : […] La division entre Occident et Orient dans le monde chrétien s'est établie, pour une part importante, à partir de la question de l'image, en premier lieu de l'image du Fils de Dieu. Issu du judaïsme pour lequel toute image est interdite, parce que susceptible de provoquer l'idolâtrie, mais évoluant dans le monde gréco-romain où il y a une profusion de représentations de dieux et de demi-dieux, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_4149

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-damascene/