BROWN JAMES (1928 ou 1933-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mr. Dynamite

L'étonnante capacité de Brown à « hurler » en chantant juste, à interpréter des ballades lentes mélancoliques aussi bien que des airs au rythme enlevé, à sonder les possibilités rythmiques de la voix humaine et de l'accompagnement instrumental, le génie dont il a fait preuve en mêlant les styles vocaux du blues, du gospel, du jazz et de la country music ont fait de lui l'un des chanteurs les plus influents du xxe siècle. Ses extraordinaires numéros de danse, ses sauts acrobatiques, ses atterrissages brutaux sur les genoux, ses schémas rythmiques complexes, ses entrées dramatiques et ses sorties mélodramatiques ont créé de nouveaux canons pour les concerts de musique pop et inspiré maints imitateurs (Michael Jackson n'est pas le moindre). L'attention scrupuleuse qu'il apportait à tous les aspects de ses spectacles, de l'arrangement des chansons à la supervision des instrumentistes, de la négociation des cachets au choix des costumes, ont établi de nouveaux standards de qualité.

Le nom de James Brown reste indissociable d'un éventail exceptionnel de chansons mémorables, de pas de danse, de tendances de mode et même de questions sociales importantes. Danseur et chanteur consommé, doté d'un remarquable sens du tempo, Brown a joué un rôle majeur dans l'art de placer le rythme au premier plan de la musique populaire. Tout en jouant la mélodie et les ornements, les bois et cuivres de ses orchestres constituaient une section rythmique (ils devaient penser comme des batteurs) et les musiciens qui ont travaillé avec lui (le guitariste Jimmy Nolen, la chanteuse Marva Whitney, le bassiste et chanteur William « Bootsy » Collins, le tromboniste Fred Wesley, le saxophone alto Maceo Parker...) ont joué un rôle important dans la création du vocabulaire et de la grammaire de base de la musique funk.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'ethnologie à l'université de Californie à San Diego

Classification

Autres références

«  BROWN JAMES (1928 ou 1933-2006)  » est également traité dans :

KING RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 336 mots

Propriétaire d'un magasin de disques, Syd Nathan fonde King Records à Cincinnati (Ohio) en 1943 et implante ses bureaux au bord de la rivière Ohio. Le studio de Syd Nathan se spécialise dans les artistes de country qui viennent en ville pour se produire dans le programme Midwestern Hayride sur les ondes de la station WLW ainsi que dans les chanteurs et groupes noirs itinérants qui font escale dan […] Lire la suite

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 696 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La pop music américaine »  : […] Le public noir américain ne se sent pas concerné par l'agitation pop. Il réclame sa propre musique, la soul music (« musique de l'âme » ; aux États-Unis, soul est un adjectif passe-partout, la nourriture peut en être qualifiée : soul food ). Deux marques de disques, avec deux « sons » ( sound ) très différents, enregistrent cette soul music. Atlantic crée quelques labels destinés aux Noirs : Sta […] Lire la suite

PRODUCTEUR DE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Florent MAZZOLENI
  •  • 7 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Syd Nathan et King Records »  : […] Hypocondriaque et juif dans une Amérique blanche, pleine d’allant et protestante, le producteur Syd Nathan (1904-1968) a toujours su vaincre l’adversité. Cet ancien vendeur de meubles et quelques autres entrepreneurs indépendants ont favorisé l’émergence du rhythm and blues, juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Originellement consacré à la musique « country, folk et bluegrass », le l […] Lire la suite

SOUL

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 535 mots
  •  • 1 média

Issue du gospel, du blues et du rhythm and blues, la soul music fait connaître les grandes voix de la communauté noire américaine, comme Ray Charles , Otis Redding et Aretha Franklin. C'est à l'église que la plupart des chanteurs noirs de l'après-Seconde Guerre mondiale ont appris les rudiments de la technique vocale. Les racines de la soul music sont les ring* shouts, les negro spirituals et les […] Lire la suite

SOUL MUSIC

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 1 719 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Diffusion et diversités »  : […] Après des précurseurs audacieux comme Sam Cooke et, principalement, Ray Charles, les nouveaux prédicateurs de l'âme noire, les grandes vedettes de la soul de l'Amérique post-ségrégationniste sont Otis Redding, Wilson Pickett et, surtout, James Brown, qui, dès 1955 – et au même moment que Ray Charles et de son I Got a Woman  – plaque des paroles profanes sur un thème de Gospel ( Please, Please, Ple […] Lire la suite

That's life, BROWN (James)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 461 mots

Figure emblématique de la musique populaire et symbole de la fierté des Afro-Américains, James Brown (né, selon ses dires, en 1933, mais, selon certains de ses biographes, en 1928 et mort en 2006) peut se targuer d'avoir traversé les différentes phases de la musique électrique noire en les marquant du sceau de son génie. Naissant musicalement dans le gospel des années 1950 puis passant du rhythm a […] Lire la suite

Pour citer l’article

George LIPSITZ, « BROWN JAMES (1928 ou 1933-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-brown/