WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Au piano, J. A. Whistler

Au piano, J. A. Whistler
Crédits : AKG

photographie

Symphonie en blanc, III, J. A. Whistler

Symphonie en blanc, III, J. A. Whistler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vue de Battersea depuis les maisons de Lindsey, J. A. Whistler

Vue de Battersea depuis les maisons de Lindsey, J. A. Whistler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Nocturne en bleu et or : Valparaiso, J. A. Whistler

Nocturne en bleu et or : Valparaiso, J. A. Whistler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Américain par la naissance, français par la formation, britannique surtout par la carrière, Whistler est un des grands artistes cosmopolites du xixe siècle. Il compte également parmi ses plus fortes personnalités, et ses plus originales : sa vie ne manque ni de femmes, ni d'aventures (on a la preuve, aujourd'hui, qu'il fut trafiquant d'armes lors du conflit de 1866 entre l'Espagne et le Chili), ni de rencontres avec les écrivains et les artistes les plus renommés de son temps, de Swinburne et Rossetti à Mallarmé, de Courbet et Manet à Millais et à Sickert, sans oublier le monde de l'aristocratie parisienne ou celui de la grande industrie britannique. Il est surtout un artiste particulièrement séduisant : ses peintures, ses dessins, ses estampes témoignent d'une ambition esthétique poursuivie sans relâche, au service de laquelle il multiplia les recherches et les expérimentations techniques. Incomprise de la plupart pendant la majeure partie de la vie de l'artiste, son œuvre est désormais unanimement admirée, tant en Angleterre, où elle est pleinement intégrée à l'histoire de l'art victorien, que, plus paradoxalement, aux États-Unis : ceux-ci le revendiquent en effet alors même que sa peinture, par ses sujets ou sa matérialité, se sépare complètement du naturalisme et de la réflexion sur le paysage qui fondent alors, en grande partie, l'école américaine. Il n'est pas jusqu'à la France qui puisse réclamer une part de Whistler, très proche à ses débuts des réalistes. Il y habita pendant longtemps, y termina pratiquement sa vie, et y trouva admirateurs, critiques et parfois acheteurs. Lui-même laissait planer sur tous ces points une certaine ambiguïté : son internationalisme n'est peut-être qu'une forme différente de son individualisme.

Les années françaises (1855-1859)

Whistler est né en 1834 à Lowell, Massachusetts. Fils de militaire, il fut d'abord tenté par une carrière dans les armes. Aussi étudia-t-il, sans aucun succès sauf dans les cours de dessin, à l'United States Military Ac [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_15636

BEAUTÉ, MORALE ET VOLUPTÉ DANS L'ANGLETERRE D'OSCAR WILDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Après le Victoria and Albert Museum de Londres (2 avril-17 juillet 2011), le musée d'Orsay (12 septembre 2011-15 janvier 2012), puis le Legion of Honor San Francisco (18 février-17 juin 2012), l'exposition consacrée à l' Aesthetic Movement a permis de mettre en lumière un mouvement artistique peu connu en France. Cette nouvelle esthétique, qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaute-morale-et-volupte-dans-l-angleterre-d-oscar-wilde-exposition/#i_15636

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 474 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le portrait, genre américain par excellence »  : […] L'Amérique préindustrielle, pauvre en grande peinture, connut une certaine floraison dans deux domaines plus populaires et historiquement liés, l'art décoratif et le portrait. Dans la Nouvelle-Angleterre, en Pennsylvanie ou en Virginie, ce sont souvent les mêmes illustrateurs, appelés limners (étymologiquement « enlumineurs »), qui répondaient a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15636

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Situation de l'impressionnisme dans l'histoire de l'art moderne »  : […] Que l'impressionnisme ait été suivi d'autres révolutions de sens contraire ne fait que témoigner de l'énergie de la création artistique dans cette période qui va du milieu du xix e  siècle au milieu du xx e et, par conséquent, souligne, dans cette suite de géniales contradictions, l'importance de l'impressionnisme. Celui-ci occupe donc une place d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_15636

Voir aussi

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL - (1834-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-abbott-whistler/