GLEYRE CHARLES (1806-1874)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre d'origine suisse. De caractère difficile sinon hypocondriaque, travaillant lentement et peu, Gleyre n'a pratiquement laissé que le souvenir d'un tableau : Les Illusions perdues (Salon de 1843, Louvre), qui le fait assimiler actuellement à tort à un pompier. Un effort de réhabilitation ou de clarification est donc nécessaire.

Le peintre n'est pas négligeable, et d'abord parce que, prenant à la fin de 1843 la succession de Delaroche, son atelier parisien a été fréquenté en trente ans par plus de cinq cents élèves, dont quelques disciples favoris comme Gérôme, Hamon, Picou, mais aussi Monet, Renoir, Sisley, Bazille. Il incarnera ainsi pour la postérité, et malgré le libéralisme de son enseignement, les forces de réaction dont la peinture moderne allait se libérer. Gleyre, s'il s'inscrit dans la tradition académique, apporte par son goût du symbolisme, par le purisme de sa manière et surtout par la mélancolie originale de sa vision quelque chose de différent de la tradition ingresque plus claire, sensuelle et colorée. Ce parnassien gris a sûrement sa place dans l'art du milieu du xixe siècle. Son long séjour en Orient (Égypte et Liban) de 1834 à 1837, dont il revint mourant, n'est pas l'épisode le moins étrange de sa carrière. Il aurait dû devenir un orientaliste si sa correspondance ne témoignait surtout de son ennui et de son aversion pour la vie de ces pays. Et pourtant, une toile comme le Cavalier arabe poursuivi par des Turcs (Lausanne) montre un sens de la couleur dense et du mouvement, qui ne le met pas loin de Decamps. Le Soir, ou les Illusions perdues (1843, Louvre) vont en tout cas à rebours. Le tableau plut par ses intentions poétiques : un homme mûr voit s'éloigner du rivage la barque qui porte les figures de ses rêves. Par la transparence du modelé, la retenue du coloris, Gleyre prenait ses distances avec Ingres et par là même paraissait original. La Séparation des apôtres (Salon de 1845, église de Montargis) montre de quelle tension appliquée peut être capable Gleyre, tandis que des toiles comme Hercule aux pieds d'Omphale (1863, musée de Neufchât [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GLEYRE CHARLES (1806-1874)  » est également traité dans :

LAUSANNE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 382 mots

Installé dans l'imposant palais de Rumine qui de sa façade néo-renaissance florentine large de 131 mètres surplombe la place de la Riponne, le musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne a été inauguré le 17 juillet 1906. Construit de 1898 à 1906 sur les plans de l'architecte français Gaspard André (1840-1896) grâce au legs de 1,5 million de francs s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-des-beaux-arts-de-lausanne/#i_18178

MONET CLAUDE (1840-1926)

  • Écrit par 
  • Françoise CACHIN
  •  • 2 113 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un nouvel art du paysage »  : […] Claude Monet, bien que né à Paris, passe sa jeunesse et son enfance au Havre où ses parents tiennent une épicerie. Il manifeste très tôt de grand dons pour le dessin, en particulier pour la caricature. C'est Eugène Boudin qui encourage le jeune homme à peindre et l'emmène « sur le motif », en plein air (« Ce fut tout à coup comme un voile qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-monet/#i_18178

WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 208 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les années françaises (1855-1859) »  : […] Whistler est né en 1834 à Lowell, Massachusetts. Fils de militaire, il fut d'abord tenté par une carrière dans les armes. Aussi étudia-t-il, sans aucun succès sauf dans les cours de dessin, à l'United States Military Academy at West Point. Il avait déjà, dans son enfance et sa jeunesse, reçu un début de formation artistique, d'abord à Saint-Pétersb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-abbott-whistler/#i_18178

Pour citer l’article

Bruno FOUCART, « GLEYRE CHARLES - (1806-1874) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-gleyre/