WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Au piano, J. A. Whistler

Au piano, J. A. Whistler
Crédits : AKG

photographie

Symphonie en blanc, III, J. A. Whistler

Symphonie en blanc, III, J. A. Whistler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vue de Battersea depuis les maisons de Lindsey, J. A. Whistler

Vue de Battersea depuis les maisons de Lindsey, J. A. Whistler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Nocturne en bleu et or : Valparaiso, J. A. Whistler

Nocturne en bleu et or : Valparaiso, J. A. Whistler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Venise, Paris, Londres (1879-1903)

Whistler et Venise

Ce séjour italien, qui marque un nouveau tournant dans sa production, était motivé par une commande de marchands de la Fine Art Society, qui lui avaient demandé une suite de douze eaux-fortes sur des sujets vénitiens. Whistler resta plus d'un an à Venise, en donnant une vision très neuve au travers de cinquante eaux-fortes, cent pastels et moins d'une dizaine de peintures. Il n'hésite pas à s'aventurer sur les canaux ou dans les cours inconnus, à décrire la lagune de nuit et non sous le soleil. Il montre aussi une ville vivante, avec ses habitants et son activité quotidienne.

Ces œuvres, exposées à Londres, reçurent encore un accueil mitigé. Mais Whistler, instruit par le précédent ruskinien, développa alors une offensive multiforme pour imposer ses idées, par le biais de conférences (Ten O'Clock, 1885), d'articles, d'opuscules, de préfaces, sans compter la correspondance. Membre puis président de la Society of British Artists en 1886-1887, il combattit, avec un certain succès, mais en étant néanmoins, finalement, mis en minorité, les préjugés défendus au sein de la Royal Academy. En même temps il se préoccupait à nouveau d'acquérir une stature européenne, envoyant des tableaux au Salon de Paris (il avait cessé de le faire en 1867), aux expositions des XX, à Bruxelles, mais aussi à Dublin, à Munich ou à Amsterdam. Différentes collections publiques acquièrent ses peintures, Glasgow, en 1890, Philadelphie, en 1895, et surtout le musée du Luxembourg, à Paris, en 1891, à l'instigation du critique Théodore Duret, mais également de Mallarmé et de Monet.

Un artiste parisien

Aussi Whistler, marié en 1888, vient-il habiter Paris en 1892 pour dix ans (il fermera son atelier parisien et vendra sa maison de la rue du Bac en 1901). Mais la société qu'il fréquente a peu à voir avec le milieu qui était le sien trente ans auparavant. Intime de Mallarmé, il est par lui en relation avec la mouvance symboliste. Grâce au comte Robert de Montesquiou-Fezensac, il est introduit dans le monde de l'aristocratie fortunée et cultivée. Duret ( [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Du réalisme académique au colorisme préraphaélite (1830-1914) »  : […] La peinture victorienne, il faut en convenir, offre le plus souvent le spectacle de l' académisme le plus figé. Le réalisme minutieux de la plupart des peintres les plus appréciés à l'époque est mis au service d'un moralisme conventionnel ou d'un pittoresque de pacotille. Les panoramas bibliques de John Martin (1789-1854) tiennent du grand guignol, et les scènes de foule de William Powell Frith ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_15636

BEAUTÉ, MORALE ET VOLUPTÉ DANS L'ANGLETERRE D'OSCAR WILDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Après le Victoria and Albert Museum de Londres (2 avril-17 juillet 2011), le musée d'Orsay (12 septembre 2011-15 janvier 2012), puis le Legion of Honor San Francisco (18 février-17 juin 2012), l'exposition consacrée à l' Aesthetic Movement a permis de mettre en lumière un mouvement artistique peu connu en France. Cette nouvelle esthétique, qui se développa de 1860 à 1900 da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaute-morale-et-volupte-dans-l-angleterre-d-oscar-wilde-exposition/#i_15636

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le portrait, genre américain par excellence »  : […] L'Amérique préindustrielle, pauvre en grande peinture, connut une certaine floraison dans deux domaines plus populaires et historiquement liés, l'art décoratif et le portrait. Dans la Nouvelle-Angleterre, en Pennsylvanie ou en Virginie, ce sont souvent les mêmes illustrateurs, appelés limners (étymologiquement « enlumineurs »), qui répondaient aux commandes des familles ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15636

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Situation de l'impressionnisme dans l'histoire de l'art moderne »  : […] Que l'impressionnisme ait été suivi d'autres révolutions de sens contraire ne fait que témoigner de l'énergie de la création artistique dans cette période qui va du milieu du xix e  siècle au milieu du xx e et, par conséquent, souligne, dans cette suite de géniales contradictions, l'importance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_15636

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL - (1834-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-abbott-whistler/