CASSATT MARY (1844-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’artiste américaine Mary Cassatt, connue pour ses tableaux et ses gravures, fit partie du groupe des impressionnistes et travailla à Paris et dans ses environs. Elle prit pour sujet presque exclusivement des femmes et des enfants.

Fille d’un banquier, elle naît le 22 mai 1844 à Allegheny City (aujourd’hui Pittsburgh), en Pennsylvanie. Elle passe cinq années de son enfance en Europe, puis commence sa formation artistique en suivant des cours particuliers à Philadelphie avant d’entrer à l’Académie des beaux-arts de Pennsylvanie (1861-1865). Cependant, attirée par une approche moins classique, elle se rend en Europe en 1866 pour y étudier auprès de peintres européens tels que Jean-Léon Gérôme et Thomas Couture. Le Salon de Paris de 1872 lui fournit une première grande occasion de montrer son travail ; elle y exposera cinq années de suite.

En 1874, Mary Cassatt élit domicile à Paris, où elle installe son atelier. Elle partage avec les impressionnistes un goût de l’expérimentation et des couleurs brillantes inspiré par la peinture en extérieur. Elle devient l’amie d’Edgar Degas, dont le style l’influence, ainsi que celui de Gustave Courbet. Degas ne cache pas son admiration pour ses dessins en particulier et l’invite à exposer avec les impressionnistes en 1879 ; elle se joindra de nouveau à eux en 1880, 1881 et 1886. Comme Degas, Cassatt fait preuve d’une grande maîtrise du dessin et tous deux manifestent une préférence pour les compositions asymétriques et non posées. Cassatt se révèle également innovante et inventive dans son utilisation du pastel.

Portrait de Lydia Cassatt, M. Cassatt

Photographie : Portrait de Lydia Cassatt, M. Cassatt

Mary Cassatt, «Portrait de Lydia Cassatt, sœur de l'artiste», 1880. Huile sur toile, 93 cm × 65,5 cm. Musée du Petit-Palais, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher

Jeune Fille au banjo, M. Cassatt

Photographie : Jeune Fille au banjo, M. Cassatt

Mary Cassatt, «Jeune Fille au banjo», 1894. Pastel sur papier sur toile, 60 cm × 73 cm. 

Crédits : Sotheby's/ AKG-images

Afficher

Au début, elle peint surtout des amies ou des femmes de sa famille accompagnées de leurs enfants. Après la grande exposition d’estampes japonaises organisée à Paris en 1890, elle produit une série de dix gravures en couleur (notamment La Toilette et La Coiffure) qui laisse transparaître l’influence des maîtres japonais Utamaro et Toyokuni. Dans ces eaux-fortes, combinant aquatinte, pointe sèche et vernis mou, sa technique de gravure atteint la perfection. Le centre de son attention se déplace de la forme à la ligne et au dessin. Le motif principal de sa maturité (peut-être sa période la plus connue) est la maternité, comme dans La Toilette de l’enfant (vers 1892), Femmes admirant un enfant (1897) et Mère et enfant (1899). En 1894, elle achète le château de Beaufresne au Mesnil-Théribus et, par la suite, partage son temps entre Paris et sa résidence à la campagne. De graves problèmes de vue, qui commencent à se manifester peu après 1900, l’amènent à cesser de peindre en 1914. Elle meurt le 14 juin 1926 au Mesnil-Théribus.

Femmes admirant un enfant, M. Cassatt

Photographie : Femmes admirant un enfant, M. Cassatt

Mary Cassatt, Femmes admirant un enfant, 1897. Pastel sur papier, 66 cm × 81,3 cm. The Detroit Institute of Arts, États-Unis. 

Crédits : Don de Edward Chandler Walker, Bridgeman Images

Afficher

Outre son œuvre personnelle, c’est en incitant ses riches amis et parents américains à acheter des toiles impressionnistes que Mary Cassatt exerça une influence durable sur le goût outre-Atlantique. Elle est en grande partie à l’origine du choix des œuvres qui forment la collection Havemeyer du Metropolitan Museum of Art de New York.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Portrait de Lydia Cassatt, M. Cassatt

Portrait de Lydia Cassatt, M. Cassatt
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Jeune Fille au banjo, M. Cassatt

Jeune Fille au banjo, M. Cassatt
Crédits : Sotheby's/ AKG-images

photographie

Femmes admirant un enfant, M. Cassatt

Femmes admirant un enfant, M. Cassatt
Crédits : Don de Edward Chandler Walker, Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Classification

Autres références

«  CASSATT MARY (1844-1926)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le portrait, genre américain par excellence »  : […] L'Amérique préindustrielle, pauvre en grande peinture, connut une certaine floraison dans deux domaines plus populaires et historiquement liés, l'art décoratif et le portrait. Dans la Nouvelle-Angleterre, en Pennsylvanie ou en Virginie, ce sont souvent les mêmes illustrateurs, appelés limners (étymologiquement « enlumineurs »), qui répondaient aux commandes des familles aisées en peignant des […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 470 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Situation de l'impressionnisme dans l'histoire de l'art moderne »  : […] Que l'impressionnisme ait été suivi d'autres révolutions de sens contraire ne fait que témoigner de l'énergie de la création artistique dans cette période qui va du milieu du xix e  siècle au milieu du xx e et, par conséquent, souligne, dans cette suite de géniales contradictions, l'importance de l'impressionnisme. Celui-ci occupe donc une place des plus considérables dans l'histoire de l'esprit […] Lire la suite

Pour citer l’article

« CASSATT MARY - (1844-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-cassatt/