VILLON JACQUES (1875-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cubisme et la Section d'Or : 1910-1914

Le petit groupe du Bateau-Lavoir, défendu par Kahnweiller, n'emportait pas les suffrages de tous les jeunes peintres parisiens qui y voyaient un goût étranger dont le statisme et les couleurs ternes leur semblaient compromettre les riches possibilités géométriques du cubisme. C'est dans cette réaction que naquit, baptisée par Jacques Villon, la Section d'or qui groupait, autour des frères Duchamp lors des « dimanches » de Puteaux, la pléiade d'artistes qui souhaitaient donner des assises théoriques au cubisme pour mieux l'exploiter : Albert Gleizes, Jean Metzinger, Roger de La Fresnaye, Fernand Léger, Robert Delaunay, Francis Picabia, avec des critiques, tels Guillaume Apollinaire et Walter Pach. Leur première exposition eut lieu en 1912 à la galerie La Boétie. Un nouveau cubisme naissait, cinq ans environ après les Demoiselles d'Avignon, moins spontané que l'autre, presque cartésien, préoccupé des proportions issues du fameux « nombre d'or » et des théories de Léonard de Vinci sur la vision, appliquées tant aux compositions qu'aux couleurs. Le but avoué était de faire éclater le cubisme en une explosion colorée et dynamique. Après le Portrait de Raymond (1911), c'est un dessin représentant des Soldats en marche qui marque l'« entrée en cubisme » de Villon. En même temps, Raymond Duchamp sculptait son Torse d'athlète aux volumes stylisés et rythmés. Mais l'œuvre majeure de l'hiver 1911-1912 devait être le Nu descendant un escalier que le plus jeune des frères Duchamp, Marcel, peignit après plusieurs études de composition « simultanées » sur le thème significatif des Joueurs d'échecs. Le Nu de Marcel Duchamp surclassait d'emblée non seulement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification


Autres références

«  VILLON JACQUES (1875-1963)  » est également traité dans :

POINTE-SÈCHE

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 608 mots

Outil dont se servent les artistes pour graver une plaque de métal ; par extension, le terme désigne le procédé qui découle de l'utilisation de la pointe ou même l'épreuve imprimée qui en résulte. Les premiers graveurs en taille douce utilisaient un burin, qui demeura l'instrument de prédilection de la gravure classique et académique. Le burin creuse le métal plus ou moins profondément en enlevant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pointe-seche/#i_43101

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les XIXe et XXe siècles »  : […] Vers le milieu du xviii e  siècle apparaissent les premiers collectionneurs de vitraux anciens, en Angleterre tout d'abord (Horace Walpole). L'intérêt pour cet art se réveille, comme en témoigne le livre de Pierre Le Vieil (1774). Après la Révolution et les guerres qui ont provoqué de très nombreuses destructions, des tentatives sont faites en Fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_43101

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MELOT, « VILLON JACQUES - (1875-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-villon/