ARMORY SHOW, exposition d'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à l'ancienne salle d'armes du 69e régiment d'infanterie des États-Unis, à New York, que la plus célèbre exposition de peinture du xxe siècle a dû son nom. Quand elle s'ouvre, le 17 février 1913, nul n'ignore le but de ses inspirateurs, Alfred Stieglitz et ses amis de la Secession Camera. Il s'agit de ruiner le mélange de provincialisme et de prétention qui caractérise alors la peinture américaine, en montrant tout ce que l'art européen a produit de plus audacieux. Les organisateurs, sous l'impulsion du critique Arthur Davies, obtiennent des prêts exceptionnels de la plupart des musées d'Europe. Le catalogue est somptueux : 1 112 titres, dont une bonne centaine de dessins et de sculptures. Une « mise en place » historique (Ingres, Delacroix, Courbet, Manet...) conduit à la découverte de la « trinité » fondatrice : Cézanne, Van Gogh, Gauguin. Postimpressionnistes, fauves et nabis sont largement représentés (Odilon Redon, Seurat, Matisse, Kandinsky), précédant les cubistes (dont curieusement les toiles de Picasso sont séparées) et les derniers venus, Picabia, dont sont exposées deux toiles « orphiques » (Danse à la source et surtout Procession à Séville), et Marcel Duchamp. Le scandale est énorme : au bout de quelques jours, 300 000 visiteurs, pour la plupart exaspérés, qui menacent de détruire le Nu descendant un escalier de Duchamp, qu'un critique rebaptise « Explosion dans une fabrique de tuiles », et qu'un caricaturiste redessine sous le titre : « L'Homme obscène à l'heure de la ruée dans le métro. » Dans un article, l'ex-président des États-Unis, le bouillant Theodore Roosevelt, « exécute » l'Armory Show au nom de « l'art ». Au bout d'un mois, l'exposition se transporta à Philadelphie, puis à Boston (où elle fut accueillie avec indifférence). La fièvre tombée, on put constater que d'avisés collectionneurs avaient acheté près de 250 peintures, dont plusieurs formeront, trente ou quarante ans après, les noyaux des musées d'art contemporain américains. Devant le succès, Walter Pach, un ami de Duchamp, invitera celui-ci à s'installer à New York alors que la guerre vient d'éclater. De cet événement date non seulement la célébrité de Duchamp (et, à certains égards, celle de Picabia), mais un « choc en retour » sur l'Europe, qui a marqué tout le cours de l'art (et du commerce de l'art) à notre époque.

—  Gérard LEGRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARMORY SHOW, exposition d'art  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La place de la France dans les manifestations artistiques internationales »  : […] Le marché de l'art apparaît désormais résolument international, du moins pour sa production la plus reconnue. Quel que soit leur pays d'appartenance, tous les acteurs du monde de l'art contemporain – galeristes, grands collectionneurs, conservateurs de musée et directeurs de centres d'art, critiques et journalistes... – fréquentent les mêmes lieux sans aucun souci des frontières géographiques. Fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-le-marche-de-l-art/#i_15638

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Collectionner les avant-gardes »  : […] Le voyage à Paris, la visite des galeries Durand-Ruel, Vollard, Bernheim Jeune, les conseils des artistes et des critiques constituent une formation indispensable pour les collectionneurs de l'avant-garde. Sergei Chtchoukine et Ivan Morozov, issus de familles de collectionneurs russes, se lancent ainsi dans l'art moderne. Morozov suit les choix des marchands ; Chtchoukine a une attitude plus origi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collectionnisme/#i_15638

DAVIS STUART (1894-1964)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 464 mots

Peintre américain né le 7 décembre 1894 à Philadelphie (Pennsylvanie), mort le 24 juin 1964 à New York. Stuart Davis grandit dans un milieu artistique. Son père, artiste graphique et directeur artistique d'un journal de Philadelphie, travaille avec William Glackens, George Luks, John Sloan et Everett Shinn, qui feront partie des peintres de l'Ashcan School. Encouragé dans sa vocation artistique p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stuart-davis/#i_15638

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le passage du « rétinien » à la pensée »  : […] Ayant bénéficié à ses débuts des chances que lui a accordées son père, Eugène Duchamp, notaire à Blainville, qui l'a aidé financièrement, de même que ses deux frères aînés : Gaston Duchamp, alias Jacques Villon, peintre, Raymond-Duchamp-Villon, sculpteur, et sa sœur cadette, Suzanne Duchamp, Marcel Duchamp a commencé à peindre à l'âge de quinze ans, en 1902. En 1907, il a marqué sa prédilection p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-duchamp/#i_15638

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le premier modernisme »  : […] De ce point de vue, l'introduction du modèle avant-gardiste du modernisme à partir des premières expositions américaines des impressionnistes français, au milieu des années 1880, va avoir un effet paradoxal, quoique déterminant. Il impose en effet, comme condition de reconnaissance internationale, l'affirmation des spécificités – aussi bien celle du médium que celle de l'individualité du créateur, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15638

SCHAPIRO MEYER (1904-1996)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 2 010 mots

Dans le chapitre « Une double carrière »  : […] En 1924, Meyer Schapiro obtint un bachelor en histoire de l'art et en philosophie à Columbia et, cinq années plus tard, il soutint brillamment un doctorat sur le cloître et le portail de l'abbaye Saint-Pierre de Moissac, qu'il livra sous forme d'article à la revue Art Bulletin en 1931, intitulé « The Romanesque Sculpture of Moissac » (traduit en franç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meyer-schapiro/#i_15638

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « ARMORY SHOW, exposition d'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/armory-show-exposition-d-art/