RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Tempête, J. van Ruisdael

La Tempête, J. van Ruisdael
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Vue d'Amsterdam, J. van Ruisdael

Vue d'Amsterdam, J. van Ruisdael
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Salomon van Ruysdael et surtout son neveu Jacob van Ruisdael, l'un des plus célèbres paysagistes du xviie siècle, comptent parmi les plus illustres représentants d'un genre qui occupe une place toute particulière dans la peinture hollandaise.

La Tempête, J. van Ruisdael

La Tempête, J. van Ruisdael

Photographie

Jacob van Ruisdael (1628 env.-1682), La Tempête, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

En 1604 parut à Haarlem le Schilderboeck de Karel van Mander, manuel que tout peintre hollandais du xviie siècle se devait de posséder. Chacun y empruntait largement vues théoriques et connaissances pratiques sur la peinture. Van Mander s'était inspiré de traités des théoriciens italiens du xvie siècle, mais, étant avant tout hollandais, il a consacré un chapitre au paysage ; comme il était non seulement théoricien, mais aussi peintre, il savait qu'on ne pouvait plus faire abstraction du paysage comme genre particulier dans l'art hollandais. Dans son traité, Van Mander organise les activités du paysagiste. Quand il fait beau, celui-ci doit quitter la ville dès que les portes en sont ouvertes, pour observer l'éveil de la nature. La description de la nature qu'il donne alors est une des plus belles de la littérature hollandaise de la Renaissance ; elle nous apprend que l'auteur a dû suivre plusieurs fois ses propres instructions. Cependant, plus Van Mander stimule ses lecteurs à représenter des sujets empruntés à la nature, plus sa description ressemble aux compositions que ses contemporains peignaient dans leurs ateliers, et dans lesquelles les détails observés à l'extérieur sont intégrés à un ensemble complètement inventé.

Les fondateurs

Ce ne fut que la génération d'artistes postérieure à Van Mander qui réussit à rendre avec un certain degré de vraisemblance le réel dans la peinture. C'est précisément cette apparence de réalité qui a attiré toujours tant de spectateurs devant leurs tableaux. Les maîtres de cette génération furent Esaias van de Velde (1590 env.-1630), Jan van Goyen (1596-1656) et Salomon van Ruysdael. (Salomon Jacobsz. van Ruysdael est né à Naarden vers 1600 ; en 1626, il devient membre de la Guilde des peintres à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut d'histoire de l'art de l'université de Groningue, Pays-Bas

Classification


Autres références

«  RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)  » est également traité dans :

HOBBEMA MEINDERT (1638-1709)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 328 mots

Seul paysagiste hollandais du xvii e  siècle à pouvoir soutenir la comparaison avec Ruisdael, Meindert Hobbema doit sa redécouverte aux amateurs anglais du xix e  siècle. Son existence est très peu documentée. Né à Amsterdam, Meindert Lubbertsz adopta le surnom d'Hobbema et fut l'élève de Ruisdael vers 1660. En 1668, épousant une domestique du bour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meindert-hobbema/#i_30808

LA JETÉE DE CALAIS (J. M. W. Turner)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 229 mots

Joseph Mallord William Turner (1775-1851), dès qu'il en eut la possibilité matérielle, fut un voyageur insatiable, d'abord en Grande-Bretagne même, puis sur tout le continent européen. La Jetée de Calais, avec des « poissards » français se préparant à appareiller : arrivée d'un paquebot anglais (National Gallery, Londres) – pour lui donner le titr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-jetee-de-calais/#i_30808

MARINE, genre pictural

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine-genre-pictural/#i_30808

VERMEER ou VAN DER MEER JAN (1628-1691)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 356 mots

Né et mort à Haarlem, ville où il passa toute sa vie, Jan Vermeer le Vieux est membre d'une dynastie de peintres qui comprend essentiellement ses propres fils, Jan et Isaack, paysagistes comme lui, et le peintre de natures mortes Barent Vermeer. La personnalité du peintre a été clairement distinguée à l'issue de travaux récents : on l'a longtemps c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vermeer-van-der-meer/#i_30808

Voir aussi

Pour citer l’article

Lyckle DE VRIES, « RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-van-ruisdael/