RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « romantisme » de Jacob van Ruisdael

Le plaisir de contempler les créations de Ruisdael est souvent accru si l'on sait situer ce peintre à sa vraie place parmi ses contemporains. Pour l'apprécier à sa juste valeur, il est en effet nécessaire de préciser ce que nous entendons par le mot « romantique » quand nous tenons Ruisdael pour un peintre romantique. Les paysages hollandais du xviie siècle ont eu une grande influence sur les paysages du xixe siècle, ère du romantisme. Et le romantisme a interprété l'art du xviie siècle d'une façon qui détermine encore sensiblement la manière dont nous voyons Ruisdael et ses contemporains. L'essai de Goethe sur Le Cimetière juif, tableau qui se trouve au musée de Dresde, a pour ainsi dire créé un nouveau Ruisdael. Mais, chose remarquable, Le Cimetière juif est justement la seule allégorie baroque qu'on puisse désigner dans son œuvre (une autre version se trouve à Detroit). Ruisdael avait dessiné avec exactitude ce cimetière inculte, selon la coutume juive. L'artiste a interprété ce motif comme une allégorie de la fragilité de la vie terrestre. Ainsi, il a adapté ce tableau à une tradition très répandue aux Pays-Bas, suivant laquelle on représente une allégorie de la Vanité sous une forme empruntée à la vie de tous les jours. Les ruines soulignent cette signification et la nature s'y adapte. Le temps qui détruit tout, qui efface même la mémoire, n'est pas un vieillard portant une faux, mais une rivière qui érode, qui sape les monuments des générations antérieures. Que la nature elle-même soit soumise aux lois du temps et de la mort, les arbres morts et brisés du premier plan l'attestent clairement. Les nuages et la lumière s'adaptent au motif central, mais la mort, omniprésente, est vaincue ; l'arc-en-ciel, clavis interpretandi de ce tableau, renvoie à cette vérité de foi.

Les hommes du xviie siècle étaient certainement capables de reconnaître (ou de projeter) dans l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

La Tempête, J. van Ruisdael

La Tempête, J. van Ruisdael
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Vue d'Amsterdam, J. van Ruisdael

Vue d'Amsterdam, J. van Ruisdael
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut d'histoire de l'art de l'université de Groningue, Pays-Bas

Classification

Autres références

«  RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)  » est également traité dans :

HOBBEMA MEINDERT (1638-1709)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 328 mots

Seul paysagiste hollandais du xvii e  siècle à pouvoir soutenir la comparaison avec Ruisdael, Meindert Hobbema doit sa redécouverte aux amateurs anglais du xix e  siècle. Son existence est très peu documentée. Né à Amsterdam, Meindert Lubbertsz adopta le surnom d'Hobbema et fut l'élève de Ruisdael vers 1660. En 1668, épousant une domestique du bourgmestre d'Amsterdam, il devient jaugeur des alcool […] Lire la suite

LA JETÉE DE CALAIS (J. M. W. Turner)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 229 mots

Joseph Mallord William Turner (1775-1851), dès qu'il en eut la possibilité matérielle, fut un voyageur insatiable, d'abord en Grande-Bretagne même, puis sur tout le continent européen. La Jetée de Calais, avec des « poissards » français se préparant à appareiller : arrivée d'un paquebot anglais (National Gallery, Londres) – pour lui donner le titre exact choisi par le peintre –, commémore à sa ma […] Lire la suite

MARINE, genre pictural

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facteurs spécifiques, de caractères historique, social […] Lire la suite

VERMEER ou VAN DER MEER JAN (1628-1691)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 356 mots

Né et mort à Haarlem, ville où il passa toute sa vie, Jan Vermeer le Vieux est membre d'une dynastie de peintres qui comprend essentiellement ses propres fils, Jan et Isaack, paysagistes comme lui, et le peintre de natures mortes Barent Vermeer. La personnalité du peintre a été clairement distinguée à l'issue de travaux récents : on l'a longtemps confondu avec Vermeer de Delft et avec son propre p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lyckle DE VRIES, « RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-van-ruisdael/