RUYSDAEL SALOMON VAN (1600 env.-1670)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oncle de Jacob van Ruisdael et père de Jacob Salomonsz van Ruisdael, né à Naarden, membre de la gilde de Haarlem en 1626, mort dans la même ville en 1670, Salomon van Ruysdael est, avec son contemporain le Leydois Jan van Goyen dont l'œuvre présente un développement parallèle, un des premiers grands peintres de paysages et de marines hollandais. Comme Van Goyen lors de son passage à Haarlem, Ruysdael fut très probablement l'élève d'Esaias van de Velde, dont il va amplifier et porter à une plus grande maîtrise les trouvailles. Celles-ci élèvent le paysage au niveau d'un genre — et d'un genre spécifiquement hollandais — en le débarrassant de son contenu historique et symbolique, en s'éloignant de la tradition maniériste flamande du paysage construit, ou même de celle, pourtant naturaliste, pratiquée à la fin du siècle précédent par les Carrache, en recherchant la simplicité du motif (paysages rustiques et grands espaces qui sont ceux de la Hollande) et l'unité de la vision, réalisée par la lumière. Ruysdael a laissé une production abondante de tableaux presque toujours signés et souvent datés, et quelques dessins. Parmi ses premières œuvres datées (1627), des paysages d'hiver rappellent, avec plus de liberté, ceux d'Esaias van de Velde : déjà les éléments anecdotiques — joueurs de hockey, personnages en traîneau, etc. —, hérités de Bruegel à travers l'œuvre d'Avercamp, y sont soumis à l'expression du paysage et au rendu de l'atmosphère. Un peu plus tard, en 1629, avec notamment La Ferme et les pourceaux (autrefois coll. Jansson à Bruxelles), Ruysdael se rapproche des paysages de dunes de Pieter Molyn et de Pieter van Santvoort, un des thèmes de prédilection de cette première époque du paysage hollandais avec les panoramas et les vues de cours d'eau. Dès 1631 il affirme la maîtrise de son style ; ses paysages présentent alors toutes les caractéristiques que l'on retrouve à la même époque chez les peintres de natures mortes et d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RUYSDAEL SALOMON VAN (1600 env.-1670)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le deuxième quart du XVIIe siècle »  : […] Le deuxième quart du siècle donne moins l'impression de succession rapide et changeante. Il faut cependant signaler un fait nouveau. Parmi les artistes qui avaient parfait leur formation par un séjour en Italie, beaucoup en étaient revenus fervents admirateurs de Caravage, de son clair-obscur et de son goût pour des types populaires. On retrouve ce même goût dans les grands tableaux d'histoire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26872

RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 2 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les fondateurs »  : […] Ce ne fut que la génération d'artistes postérieure à Van Mander qui réussit à rendre avec un certain degré de vraisemblance le réel dans la peinture. C'est précisément cette apparence de réalité qui a attiré toujours tant de spectateurs devant leurs tableaux. Les maîtres de cette génération furent Esaias van de Velde (1590 env.-1630), Jan van Goyen (1596-1656) et Salomon van Ruysdael. (Salomon Ja […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-van-ruisdael/#i_26872

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « RUYSDAEL SALOMON VAN (1600 env.-1670) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-van-ruysdael/