HOBBEMA MEINDERT (1638-1709)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Seul paysagiste hollandais du xviie siècle à pouvoir soutenir la comparaison avec Ruisdael, Meindert Hobbema doit sa redécouverte aux amateurs anglais du xixe siècle.

Son existence est très peu documentée. Né à Amsterdam, Meindert Lubbertsz adopta le surnom d'Hobbema et fut l'élève de Ruisdael vers 1660. En 1668, épousant une domestique du bourgmestre d'Amsterdam, il devient jaugeur des alcools à l'octroi municipal, modeste fonction qu'il occupa jusqu'à sa mort, en 1709, apparemment au détriment de son activité artistique.

Son œuvre est limitée à une sorte de répertoire spécialisé, des paysages touffus, qui n'ont ni le sens de la vision panoramique, ni la diversité de ceux de son maître Ruisdael, excepté dans un tableau de 1689, L'Allée de Middelharnis (National Gallery, Londres). Cette profonde perspective, traitée en teintes sourdes, impose un sentiment d'infini et de solitude qui la font considérer comme l'œuvre majeure de l'artiste.

Mais, si ses tableaux de jeunesse, essentiellement des paysages de bord de l'eau, et son thème favori, les moulins à eau (Londres, Amsterdam, Toledo, musée du Louvre) reprennent étroitement des compositions de Ruisdael, la couleur et l'organisation spatiale se diversifient peu à peu à l'intérieur de cette fidélité au maître. Jeux de contrastes lumineux, exécution attentive des reflets argentés sur l'écorce des arbres, choix de coloris plus chauds, facture plus libre caractérisent alors ses paysages. Les personnages, souvent maladroitement exécutés, sont fréquemment l'œuvre d'autres artistes comme A. van de Velde, N. Berchem, B. Gael ou J. Lingelbach.

Bien que sans disciples, il fut imité par des peintres tels que Jan van Kessel ou Balthasar van Veen, et leurs œuvres prêtent à confusion ; en outre, de multiples faux sont attribués à Hobbema.

—  Jean-Marie MARQUIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOBBEMA MEINDERT (1638-1709)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le troisième quart du XVIIe siècle »  : […] Le troisième quart du siècle est l'époque où les spécialistes deviennent des « géants », tandis que les « artistes universels », tel Rubens, font défaut. Pour cette raison, on est obligé ici de donner plus de place à l'art hollandais qu'à l'art flamand. On a déjà montré quelle fut l'importance des peintres restés dans la tradition de Van Dyck et de Rubens dans le Sud. Elle y était maintenue plutôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26694

RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 2 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « romantisme » de Jacob van Ruisdael »  : […] Le plaisir de contempler les créations de Ruisdael est souvent accru si l'on sait situer ce peintre à sa vraie place parmi ses contemporains. Pour l'apprécier à sa juste valeur, il est en effet nécessaire de préciser ce que nous entendons par le mot « romantique » quand nous tenons Ruisdael pour un peintre romantique. Les paysages hollandais du xvii e  siècle ont eu une grande influence sur les pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-van-ruisdael/#i_26694

Pour citer l’article

Jean-Marie MARQUIS, « HOBBEMA MEINDERT - (1638-1709) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/meindert-hobbema/