Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IVOIRE

Les centres commerciaux

Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, l'ivoire africain parvenait en Europe surtout par Alexandrie. Au haut Moyen Âge, Venise devint le plus grand centre européen d'importation, mais les ateliers parisiens recevaient leur ivoire par Dieppe et Rouen. Dans le Grand Nord, le Groenland payait ses impôts à la Norvège sous forme de défenses de morse, et cette matière était pour les Norvégiens un article d'exportation très précieux. Alors que la Chine, fournie en ivoire par la Russie, pouvait assurer son importation par terre, les autres pays devaient emprunter la voie maritime. Les Arabes ayant rendu dangereuses les eaux de la Méditerranée, le trafic diminua, et l'ivoire se raréfia à partir du début du ixe siècle, mais au xviie siècle, le phénomène inverse se produisit. Grâce à l'accroissement des relations commerciales, la matière première afflua dans les ports ; Livourne en Italie, Hambourg en Allemagne, Anvers et Amsterdam aux Pays-Bas devinrent d'importants centres commerciaux. De ces ports, l'ivoire était réparti dans des villes où il était travaillé, Nuremberg par exemple, dont la production était énorme. Ensuite, au xixe siècle, Londres joua un rôle considérable dans le commerce de l'ivoire.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Eugen von PHILIPPOVICH. IVOIRE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Narval - crédits : Time Life Pictures/ Mansell/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

Narval

Diptyque consulaire, art romain - crédits : Peter Willi/  Bridgeman Images

Diptyque consulaire, art romain

Diptyque des Lampadii - crédits : The Art Archive/ Musée chrétien/ Dagli Orti/ Picture Desk

Diptyque des Lampadii

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

    • Écrit par
    • 6 862 mots
    • 6 médias
    L'ivoire a surtout servi à faire des bijoux (bracelets, pendentifs), des objets mobiliers (boîtes, gobelets), des trompes d'apparat et quelquefois de petites statuettes. C'est un matériau noble, recherché, difficile à sculpter mais qui acquiert une très belle patine rougeâtre. Les pièces les plus...
  • ARTISANAT

    • Écrit par , et
    • 7 105 mots
    Les métiers de la joaillerie, de la bijouterie et de la sculpture.Le sculpteur sur ivoire, Francis Migeon (né en 1927) a succédé dans ce métier à son père, et son propre fils reprend à son tour une longue tradition familiale. À la fois créateur et restaurateur, il a notamment refait les boutons en...
  • BEGRĀM

    • Écrit par
    • 987 mots
    Mais à côté de ce magnifique ensemble, d'origine ou d'inspiration occidentale, celui des ivoires et des os sculptés, lui aussi, offre un intérêt exceptionnel : provenant à n'en pas douter de l'Inde, il atteste à la fois la réalité du commerce de l'ivoire et la virtuosité des ivoiriers indiens que...
  • BÉNIN ROYAUME DU

    • Écrit par
    • 2 906 mots
    • 3 médias
    ...d'argent et d'or ; cette technique était connue ailleurs en Afrique, mais c'est au Bénin – et au Dahomey – qu'elle a été le plus remarquablement employée. L' ivoire était aussi travaillé d'éblouissante façon : défenses d'éléphant tout entières sculptées ou gravées, soit de motifs de vannerie ou de nattage, soit...
  • Afficher les 31 références