ARI THORGILSSON INN FRÓDHI (1067/68-1148)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il ne suffit pas de dire que Ari est le père de l'histoire islandaise, il faut préciser que, sans lui, probablement, toute la littérature de sagas n'aurait pu voir le jour et qu'il possède, avec plusieurs siècles d'avance, contre tous ses contemporains, les qualités que nous exigeons d'un véritable historien.

Il est né dans l'ouest de l'Islande, d'une famille noble qui descendait peut-être des rois de Norvège. Selon la coutume, il est élevé, non par les siens, mais, au sein de la grande famille de Haukadalr, par Teitr, fils du premier évêque de l'île, Ísleifr : détail d'une importance capitale, car Ari a bénéficié de la sorte d'une ouverture sur l'Occident et sur la littérature contemporaine, latine et religieuse surtout, dont la marque se retrouve sans peine dans son œuvre. Puis sa vie, qui est mal connue, se confondra avec celle de la république islandaise, à laquelle il se trouve intimement mêlé en tant que gódhi, chef mi-laïque, mi-religieux.

Un seul livre, d'une minceur extrême, écrit vers 1120, suffit à assurer sa gloire, encore qu'il ait dû en composer d'autres, des généalogies et des vies des rois, norvégiens en particulier, dont ses compatriotes se sont amplement servis à l'époque mais qui sont irrémédiablement perdus. Ce livre, c'est l'Íslendingabók ou Libellus Islandorum (Livre des Islandais). L'Église d'Islande venait de se donner un nouveau Code ecclésiastique et il est probable qu'on a demandé à Ari d'écrire une sorte d'introduction historique à ce texte. En tout état de cause, la version que nous possédons n'est pas la première, qui est perdue, mais une refonte, postérieure de quelques années.

Dans un style d'une concision lapidaire, très proche du latin de la grande époque, Ari rapporte d'abord les principaux événements de l'histoire islandaise : l'établissement des premiers colonisateurs, puis l'institution de la première législation, la fondation de l'Althing, ou Parlement, la mise en place de l'administration, la découverte du Groen [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ARI THORGILSSON INN FRÓDHI (1067/68-1148)  » est également traité dans :

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 476 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ère de la grandeur »  : […] Les Islandais n'ayant appris à écrire, aux divers sens du mot, qu'après la christianisation de leur île (999) et selon les enseignements de l'Église, il n'existe pas d'œuvre de leur main antérieure à 1100 approximativement. Et leurs premiers écrits accusent fortement l'influence de la littérature hagiographique, du style clérical dit style savant ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islande/#i_12396

Pour citer l’article

Régis BOYER, « ARI THORGILSSON INN FRÓDHI (1067/68-1148) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ari/