SNORRI STURLUSON (1179-1241)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis huit siècles qu'elle existe, la littérature islandaise n'a jamais compté d'écrivain comparable à Snorri, fils de Sturla de Hvammr. Mythologue, sagnamadr (compositeur de sagas), poète, pédagogue, historien hors pair, il domine de sa puissante stature non seulement ses compatriotes, mais, on peut oser le dire malgré l'ignorance où l'on reste de son œuvre en France, le xiiie siècle européen. Intelligent et équilibré, il détonne sur son temps d'excès et de passions violentes, car il a la trempe d'un génie classique : le seul véritable classique, peut-être, que le Nord ait connu.

Un aventurier

La vie de Snorri Sturluson est déjà une subtile saga. Il descend par sa mère, Gudný Bödvarsdóttir, du grand scalde Egill Skallagrímsson ; fils d'un arriviste célèbre, Sturla Þórðarson, établi dans l'ouest de l'île, à Hvammr, et lui-même rejeton d'un des prestigieux colonisateurs de l'île, Snorri le Godi (héros de l'Eyrbyggja Saga), Snorri eut la chance d'être élevé par Jón Loftsson qui avait dans les veines du sang des rois de Norvège et entretenait, à Oddi, dans le sud de l'Islande, le centre intellectuel le plus vivant de l'époque. À vingt ans, il épouse la riche Herdís, de Borg, ancien fief du scalde Egill. Il s'installe ensuite à Reykjaholt (aujourd'hui Reykholt) où il aménage une résidence somptueuse.

L'homme est difficile à comprendre. Ambitieux et fluctuant, intelligent à l'excès mais paralysé par un redoutable sens critique, avare et frivole, capable de pingrerie sordide comme de générosité, à la fois loyal et inconstant, sa passion, avec la littérature, était la politique qu'il mena en manœuvrier retors. Il aurait aimé s'imposer comme le grand chef de son époque, mais n'y réussit pas. Ses menées tortueuses, qui le dressèrent par moments contre ses frères et ses gendres eux-mêmes, finirent par le desservir.

Il fut pourtant promu à la plus haute dignité du pays en devenant lögsögumadr (sorte de président du Parlement et de la Cour suprême) de 1214 à 1218, et de 1222 à 1226. En 1218, il entre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  SNORRI STURLUSON (1179-1241)  » est également traité dans :

ALFES ou ELFES

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 607 mots

Malgré leur allure énigmatique, qui tient certainement à leur grande antiquité, les alfes ( álfar ) constituent un intéressant sujet d'étude pour l'historien de la religion germano-nordique ancienne. Les grands poèmes de l' Edda les mettent sur le même plan que les ases, et le dieu Vane Freyr est réputé habiter leur univers (Álfheimr). Il s'agit donc d'entités certainement fondamentales, ne serai […] Lire la suite

ASES

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 978 mots
  •  • 1 média

Dans la mythologie du Nord, on appelle Ases les membres d'une des deux grandes familles de dieux ( godh ou gudh ), l'autre étant celle des Vanes, tous ces dieux s'opposant aux géants, nains, elfes et autres créatures surnaturelles. À l'exception de Njördhr, Freyr et Freyja, toutes les grandes divinités nordiques, notamment Odhinn, Tyr, Thórr et Heimdallr sont réputées Ases (masculin singulier á […] Lire la suite

EDDAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 951 mots

Dans le chapitre « « Edda » et « Eddas » »  : […] Il faut d'abord s'interroger sur la signification du mot edda  : les savants n'ont pu s'accorder sur ce point. Le mot peut provenir du substantif ódr ( furor poétique) et signifier tout simplement la « poétique ». Mais il est plus tentant de voir en lui un cas oblique du substantif Oddi , nom du plus brillant centre culturel d'Islande aux xii e  et xiii e  siècles ; il faudrait considérer alors […] Lire la suite

EDDAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 855 mots

Dans le chapitre « L'Edda en prose : un art poétique »  : […] Très différent, mais relevant du même esprit, l'ouvrage dû à Snorri Sturluson (1178-1241), grand chef islandais qui demeure l'un des maîtres écrivains de notre Moyen Âge, également auteur des sagas royales de la Heimskringla , est dit Edda de Snorri ou, assez improprement puisqu'il cite d'abondance les poèmes du recueil précédent, Edda en prose (composée vers 1225). Snorri entendait rédiger une […] Lire la suite

EGILL SKALLAGRÍMSSON (910 env.-990)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 316 mots

Poète islandais né vers 910 à Borg, mort en 990 à Mosfell. Egill Skallagrímsson est l'un des plus grands scaldes (poètes) islandais. Sa vie mouvementée et son œuvre poétique sont rapportées dans La Saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve (vers 1220), attribuée à Snorri Sturluson. Egill y est décrit comme ayant une nature double, héritée de sa double ascendance : d'un côté le caractère franc et ou […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 474 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La poésie eddique »  : […] La découverte, au xvii e  siècle, d'un manuscrit datant du xiii e  siècle, le Codex regius , dont le contenu est incontestablement bien antérieur, a confirmé l'existence, chez les Islandais, d'un grand nombre de traditions remontant au paganisme pangermanique. Ces textes, anonymes, divers par l'origine (Norvège et Islande surtout) et la date (échelonnés peut-être du vii e au xiii e  siècle), retr […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « De la Réforme au romantisme »  : […] La Réforme n'aura d'abord que peu d'effets sur la Norvège : venue du Danemark, elle ne faisait que renforcer le joug étranger. Le xvi e  siècle s'intéresse certes à l'humanisme, dans la mesure en particulier où il affectionne les inventaires de connaissances scientifiques, historiques ou géographiques, mais il se préoccupe beaucoup plus de nationalisme. Om Norges rige (1567, Du royaume de Norvèg […] Lire la suite

SAGAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 700 mots

Dans le chapitre « Évolution du genre »  : […] Nous pouvons maintenant suivre plus précisément le mouvement qui mènera le genre à sa perfection, puis à sa décadence. Les premiers écrits islandais conservés sont purement historiques. L' Íslendingabók (Livre des Islandais) d'Ari  orgilsson le Savant (1067 ?-1148) et une œuvre du même ordre de Saemundr Sigfússon le Savant (1056-1133), aujourd'hui perdue mais rédigée en latin, sont déjà remarquab […] Lire la suite

SAGAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 950 mots

Dans le chapitre « Genèse et diversité des sagas »  : […] Parce qu'ils avaient la passion de l'Histoire et une fois dotés (après l'an mille) d'une écriture apportée par l'Église, parce qu'ils entendaient aussi célébrer le culte de la famille et de la loi, deux valeurs sacrées, les Islandais entreprirent de composer des manières de biographies qu'ils appelèrent sögur (au singulier saga ) : ce sont des textes en prose, éventuellement agrémentés de strophe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « SNORRI STURLUSON (1179-1241) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/snorri-sturluson/