ISIDORE DE SÉVILLE (560 env.-636)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tardivement proclamé docteur de l'Église universelle en 1722, mais vénéré de ses contemporains comme « l'image même du savoir antique », Isidore de Séville fut tour à tour l'écrivain latin le plus souvent recopié et lu par le Moyen Âge, et l'un des plus outrageusement décriés par l'hypercritique moderne. En appréciant de manière moins suffisante et plus respectueuse la civilisation du haut Moyen Âge européen, les historiens actuels s'efforcent de comprendre plus équitablement le rôle primordial qu'Isidore n'a cessé de jouer dans la culture du millénaire qui l'a suivi.

L'Espagne wisigothique en mutation

La figure d'Isidore de Séville ne peut s'expliquer hors de la conjoncture historique dans laquelle il s'est formé. Sous l'impulsion du frère aîné d'Isidore, Léandre, avant lui évêque de Séville, le roi wisigoth Reccarède se convertit en 587 de l'arianisme au catholicisme. L'unité de foi renforce ainsi l'unité politique de la péninsule, réalisée par les campagnes de son père Liuvigild, dernier roi wisigoth arien. La reconquête byzantine du Sud est définitivement arrêtée : en 624, Isidore célébrera en Suinthila « le premier monarque à régner sur l'Espagne tout entière » après en avoir chassé les derniers occupants byzantins. Cet accord nouveau, non sans risques, entre l'Église catholique hispano-romaine et le royaume wisigothique converti à la suite de son prince, crée les conditions d'une civilisation nouvelle où peut se réaliser le rêve ancien du roi Athaulf au début du ve siècle : revigorer par la force des Goths la tradition romaine. Ainsi se définissent les attaches historiques et l'intention profonde d'une œuvre littéraire engagée à résoudre les problèmes de son pays et de son temps, après deux siècles d'invasions, de destructions et d'insécurité. Devenu, à la suite de son frère, évêque et conseiller des princes, Isidore contribue, par son action et par ses œuvres, à l'affermissement de la royauté wisigothique, à la pacification des esprits dans l'unité nationale, à la réorganisation de l'Église d'Espagne (en particulier au [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur titulaire à l'université de Paris-IV-Sorbonne, président de l'Institut des études augustiniennes

Classification


Autres références

«  ISIDORE DE SÉVILLE (560 env.-636)  » est également traité dans :

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La symbolique traditionnelle du « Physiologus » »  : […] Pendant des siècles, les écrivains d'Europe occidentale ont cru devoir soumettre, dans leurs œuvres encyclopédiques, la description des animaux à une tradition fantastique dérivant d'une vieille compilation alexandrine. Au milieu du xiii e  siècle, Barthélemy l'Anglais, Vincent de Beauvais et Brunetto Latini répètent encore les fables recueillies p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_25989

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 699 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le christianisme »  : […] Un profond changement intellectuel s'exprime de manière synthétique avec Augustin (354-430), qui explicite dans le De doctrina christiana un programme d'esprit encyclopédique, Boèce (480-524) et Cassiodore (env. 485-env. 580), ministre du roi goth Théodoric, mort vers 584, et auteur d'un vaste recueil historique et anthologique. Au siècle suivant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/#i_25989

ÉTYMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 5 463 mots

Dans le chapitre « Un art ou une science ? »  : […] D'origine probablement stoïcienne, le grec ἐτυμολογία fut formé, à partir de l'adjectif ἔτυμος (vrai), pour désigner un genre de spéculations déjà traditionnel au ii e  siècle avant notre ère. Le sens propre du mot est « recherche du vrai », ajoutons dans et par les mots : cette précision indique le but et le moyen de ce qui est moins alors un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etymologie/#i_25989

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « La tradition antique détruite et sauvée (VIe-Xe s.) »  : […] Il fallait d'abord survivre à la barbarie. Dès le vii e siècle, la plupart des écoles latines allaient être fermées. Mais on disposait de plusieurs messages, qui venaient d'Augustin, Martianus Capella, Boèce et Cassiodore. Ils disaient que la culture antique, représentée surtout par Virgile, Cicéron, Platon et Aristote, pouvait s'accorder à la tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_25989

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 836 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le mot et son histoire »  : […] Le substantif français « prose » dérive de l’adjectif latin prorsus , proversus , dont le sens principal indique un mouvement vers l’avant ou une position avancée. Le mot est employé comme synonyme ou pour gloser l’expression oratio soluta , qui désigne un discours dépourvu de structure métrique. Les définitions médiévales remontent dans la plup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_25989

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques FONTAINE, « ISIDORE DE SÉVILLE (560 env.-636) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isidore-de-seville/