IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire d'Asie Mineure, Irénée avait passé sa jeunesse à Smyrne où il avait été en relations avec l'évêque de cette ville, Polycarpe, lequel avait reçu l'enseignement de Jean « qui avait vu le Seigneur ». Devenu évêque de Vienne et de Lyon en Gaule, vers 175, il fut mêlé à certaines controverses ecclésiastiques entre Églises orientales et Églises occidentales sous les papes Éleuthère et Victor (175-199). Son œuvre, dirigée en grande partie contre le gnosticisme, contient des formules qui ont trouvé beaucoup d'écho dans la pensée catholique du xxe siècle : on a parfois considéré Irénée comme le premier théologien de l'histoire, et même comme un précurseur de Teilhard de Chardin. En fait, il est avant tout un homme de tradition qui reproduit des enseignements transmis dans l'Église bien avant lui. Il est par là un précieux témoin, à la fois des systèmes gnostiques qu'il combat et des traditions chrétiennes archaïques qu'il utilise contre le gnosticisme. Ses formules « évolutionnistes » demeurent encore à expliquer : elles proviennent peut-être d'une source philosophique ; en tout cas, elles sont assez isolées dans l'ensemble de son œuvre.

Traditions gnostiques et tradition apostolique

La Pseudo-Gnose démasquée et réfutée, tel est le titre de l'ouvrage en cinq livres (écrit vers 180-185) dans lequel Irénée réfute le gnosticisme. Appelé traditionnellement Adversus haereses, il ne nous est parvenu que dans des traductions latine et arménienne. Le premier intérêt de cette œuvre est de conserver des documents gnostiques authentiques, cités scrupuleusement, comme on peut s'en rendre compte en comparant la notice qu'Irénée consacre aux barbélo-gnostiques avec les quatre textes coptes qu'on connaît de l'Apocryphon de Jean (et dont trois ont été retrouvés en 1945 à Nag Hammadi en Haute-Égypte). Grâce à Irénée, on possède donc de précieuses informations sur différents systèmes gnostiques, notamment ceux de Ptolémée, de Marc le Mage, des barbélognostiques et des ophites. Pour lui, présenter avec exa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)  » est également traité dans :

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 766 mots

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] Selon saint Irénée (fin du iie s.), Adam a été créé dans un état d'imperfection relative, analogue à celui des enfants, c'est-à-dire de développement incomplet des facultés spirituelles. Pour saint Grégoire de Nysse (seconde moitié du ive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam/#i_12660

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 992 mots

Dans le chapitre « Les apocryphes de l'Ancien Testament »  : […] Dans l'Église des premiers siècles, apokrypha apparut pour la première fois, dans son sens spécifique, au temps d'Irénée de Lyon (seconde moitié du iie siècle), à propos du conflit qui opposait l'Église aux hérétiques, les gnostiques principalement. Les découvertes de Nag Hammadi ont bien montré que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_12660

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Écoles et chefs d'écoles »  : […] Mais c'est surtout le iie siècle qui est le siècle du gnosticisme. Lorsque Irénée de Lyon écrit sa Réfutation des systèmes gnostiques en 180, presque toutes les écoles gnostiques se sont manifestées et développées. Antioche, Alexandrie et Rome sont les grands centres du mouvement. À Antioche, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_12660

HÉRÉSIE

  • Écrit par 
  • Alain LE BOULLUEC
  •  • 2 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] sur ce point une influence. Ces composantes de la notion d'hérésie sont développées et complétées par Irénée en 180 environ. Il accentue l'altérité des « sectes » en dénonçant des liens avec le paganisme ou l'hellénisme, ébauchant un motif appelé à un grand avenir, celui de la philosophie comme pourvoyeuse des hérésies. On trouve chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heresie/#i_12660

JUDAS ÉVANGILE DE

  • Écrit par 
  • Simon MIMOUNI
  •  • 959 mots

siècle. Dans son traité Contre les hérésies écrit vers l'an 180, Irénée de Lyon mentionne en effet l'existence d'un évangile attribué à Judas qui circule dans un groupe dit « caïnite », tenant Caïn en grande estime. Telle qu'elle apparaît dans cet évangile, la figure de Judas est à l'opposé de celle qu'on trouve dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangile-de-judas/#i_12660

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Déification de l'humanité et de l'Univers »  : […] Présent dès le iie siècle chez Irénée de Lyon, le vocabulaire de la déification (les substantifs θ́εωσις et θεοποίησις, les verbes θεο̃υν et θεοποιειν) se précise au ive siècle à Alexandrie et en Cappadoce, et se différencie de la problématique néo-platonicienne en opposant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_12660

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 927 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Saint Irénée »  : […] Saint Irénée conçoit le salut comme une « récapitulation » d'Adam par le Christ : récapitulation, c'est-à-dire recommencement ou restauration et, d'autre part, accomplissement ou couronnement. Adam avait été « créé à l'image et à la ressemblance de Dieu ». Séduit par le démon tentateur, il a péché et perdu la ressemblance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_12660

SAINT-ESPRIT

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Richard GOULET
  •  • 3 976 mots

Dans le chapitre « L'Esprit saint dans la théologie patristique »  : […] un pneuma d'origine transcendante permettant à l'homme de vivre une vie nouvelle, Irénée et Tertullien présentent l'Esprit comme un élément divin, principe de salut, donné à l'homme et s'ajoutant en quelque sorte au corps et à l'âme. Si l'Esprit conserve les fonctions caractéristiques reconnues par le Nouveau Testament […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-esprit/#i_12660

TRADITION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 6 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Nouveau Testament »  : […] recueil original ; c'est la tradition qui écarte l'inauthentique, et définit ainsi ce que l'on appelle la canonicité de l'Écriture ; comme le dit Irénée de Lyon dans son VIe fragment conservé en arménien : « Seul est vrai l'Évangile tel qu'il a été transmis par les apôtres et conservé depuis eux, celui qui ne contient ni plus ni moins que ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition/#i_12660

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irenee-de-lyon/