PAGANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Païen, paganisme sont des mots de chrétien, des étiquettes que la religion montante attache aux religions déclinantes. Les chrétiens ont appelé paganisme le polythéisme antique, auquel les gens des campagnes (latin, pagani) restèrent longtemps fidèles. Par extension, les théologiens ont réputé païennes toutes les formes religieuses qui ne sont ni juives ni chrétiennes ; il y a hésitation pour l'islam, troisième religion du Livre : le Moyen Âge a parfois traité de païens les musulmans. Certains phénoménologues des religions ont essayé de définir le paganisme avec d'autres critères que ceux de l'histoire ou de la géographie et, bien entendu, ils ont retiré du mot toute pointe polémique. Selon eux, le paganisme est un mode d'appréhension du sacré (ou du divin) à travers des médiations purement naturelles : celles de la nature matérielle, de la nature vivante ou de la nature psychologique de l'homme (représentations des dieux sous formes cosmique, végétale, animale, humaine). À l'opposé, le judaïsme et, par dérivation, le christianisme seraient la visée d'un dieu sans figure (donc surclassant toute représentation), à travers une médiation active, volontaire, historique : le vouloir de ce dieu coïncide avec le vouloir effectif et efficient de ses témoins, de la communauté qui se consacre à lui et qui s'intitule « peuple de Dieu ». Le paganisme en serait resté à une religion d'imagination, de représentation, tandis que le judéo-christianisme se serait élevé à une religion d'action, de révélation par et dans l'action d'un groupe qui fait l'histoire. Propagé dans des milieux syncrétiques, le christianisme a intégré néanmoins maints éléments païens ; sa complexité actuelle renvoie à des sources hétérogènes (le judaïsme lui-même déborde mosaïsme et prophétisme).

Le lexique païen, paganisme, paganiser, n'appartenant qu'à la sphère d'influence du christianisme historique, il y a lieu, quand il s'agit d'autres religions, notamment celles du Moyen-Orient, de l'Orient, de l'Extrême-Orient, soit d'employer un autre vocabulaire (on prendra de préférence le leur), soit de signaler que le recours à une terminologie occidentale n'est qu'une concession à l'usage, non un critère absolu (il serait entaché d'ethnocentrisme).

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PAGANISME  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

La question des rapports entre le christianisme primitif et l'Antiquité classique appelle un double travail de réflexion : on rencontre d'abord un problème préjudiciel et théorique, qui est de décider dans quel sens l'on peut envisager l'hypothèse d'une influence exercée sur les croyances et les pratiques chrétiennes par le paganisme contemporain ; une fois résolue cette difficulté initiale, il r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-christianisme-primitif/#i_5517

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité païenne et chrétienne  »  : […] L'hostilité aux juifs n'avait pas de caractère systématique dans les empires de l'Antiquité, qui étendaient leur domination sur de multiples peuples aux cultes les plus divers. En Perse, en Grèce ou à Rome, les tensions ne procédaient pas principalement d'une mise en accusation de la religion juive ni d'une volonté de la société dominante de démontrer les erreurs des juifs par rapport à ses propre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisemitisme/#i_5517

APOLLONIUS DE TYANE (fin Ier s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 358 mots

Du personnage historique, un magicien ou thaumaturge de la fin du i er  siècle, on sait finalement peu de chose. Mais le personnage mythique joua un très grand rôle dans la lutte antichrétienne à la fin de l'Antiquité. Lorsque l'écrivain Philostrate, à la demande de l'impératrice Julia Domna, écrivit, au début du iii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apollonius-de-tyane/#i_5517

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 181 mots
  •  • 1 média

Le carnaval fait partie de ces manifestations festives qui reviennent chaque année aux côtés des fêtes calendaires religieuses telles que Noël ou Pâques. Reliée aux rythmes de la nature et de ses cycles, cette fête aux caractères archaïques tient un rôle important dans l'organisation symbolique du temps social. Le carnaval remonterait à la nuit des temps, et les peintures rupestres représentant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carnaval/#i_5517

CHUVIN PIERRE (1943-2016)

  • Écrit par 
  • Maurice SARTRE
  •  • 961 mots

Helléniste de l’Antiquité tardive et spécialiste du monde turcophone, Pierre Chuvin est né le 18 juillet 1943 à Saint-Angel (Allier) et décédé le 26 décembre 2016. Agrégé de lettres classiques en 1966, il est recruté comme assistant de grec à l’université de Clermont-Ferrand où il a étudié. Il choisit, grâce à l’helléniste Francis Vian dont il a suivi les cours, de consacrer sa thèse à la monument […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-chuvin/#i_5517

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une voix, un corps »  : […] Apparaissant à l'écart et dans l'ombre de la figure divine que la peinture et la tragédie mettent au premier plan, la Pythie ne nous est pas révélée dans le détail de son service divinatoire. Hérodote, qui fait intervenir les oracles pythiques à chaque tournant de ses histoires, n'a qu'un mot sur leur énonciation. Quand il évoque la population guerrière des Satres, les seuls Thraces à n'avoir jama […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delphes/#i_5517

D'UN MONDE À L'AUTRE, NAISSANCE D'UNE CHRÉTIENTÉ EN PROVENCE (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude SINTES
  •  • 963 mots

En 1986 s'était tenue à Lyon une exposition intitulée Les Premiers Temps chrétiens en Gaule méridionale . Puis les fouilles effectuées sur plusieurs grands sites provençaux et les recherches concernant les iii e - vi e  siècles avaient amené une perception plus fine de ces an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/d-un-monde-a-l-autre-naissance-d-une-chretiente-en-provence-exposition/#i_5517

ETHNOCIDE

  • Écrit par 
  • Pierre CLASTRES
  •  • 4 680 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ethnocide et christianisme »  : […] Qui sont, d'autre part, les praticiens de l'ethnocide ? Qui s'attaque à l'âme des peuples ? Apparaissent au premier rang, en Amérique du Sud mais aussi en bien d'autres régions, les missionnaires. Propagateurs militants de la foi chrétienne, ils s'efforcent de substituer aux croyances barbares des païens la religion de l'Occident. La démarche évangélisatrice implique deux certitudes : d'abord que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocide/#i_5517

HISTOIRE APOLOGÉTIQUE SOMMAIRE, Bartolomé de Las Casas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nestor CAPDEVILA
  •  • 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inégalité au plan de la foi »  : […] La prédominance de la question religieuse, qui exprime le théocentrisme de l'anthropologie chrétienne, s'explique aussi par la pertinence des justifications de la conquête fondées sur la lutte contre l'idolâtrie et le sacrifice humain. C'est sur ce point que la singularité de la démarche de Las Casas est la plus visible. Il contrecarre l'interprétation démonologique de l'idolâtrie et des sacrifi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-apologetique-sommaire/#i_5517

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contexte religieux »  : […] La religion dominante alors en Arabie était un paganisme, qui nous est connu par divers témoignages, avec ses idoles, ses lieux de culte, ses pèlerinages. Les païens admettaient à cette époque un dieu créateur supérieur auquel un certain nombre de divinités secondaires étaient « associées ». En s'insurgeant contre le polythéisme, l'islam s'en prendra tout particulièrement au péché d'associer ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-fondements/#i_5517

JULIEN L'APOSTAT, en bref

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 216 mots

Julien naquit à Constantinople vers 331. En 337, la mort de son oncle Constantin fut suivie du massacre d'une partie de la famille impériale. Julien fut exilé, avec son frère aîné, Gallus, en Asie Mineure. Placés sous étroite surveillance, ils reçurent une bonne éducation de la part de maîtres chrétiens et païens et furent baptisés. Le retour définitif en grâce survint lorsque Constance II associa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-l-apostat-en-bref/#i_5517

JULIEN L'APOSTAT

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 242 mots

Dans le chapitre « La jeunesse »  : […] Julien était le neveu de Constantin, le fils de son demi-frère. À la mort de l'empereur (337), ses trois fils firent massacrer tous les membres de cette branche de leur famille, à l'exception de Julien et de son frère Gallus, qui durent leur salut à leur jeunesse. Julien avait six ans et cette tuerie, qui eut lieu sous ses yeux, devait le marquer profondément. Il fut élevé loin de la cour de Const […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-l-apostat/#i_5517

LES AVEUX DE LA CHAIR (M. Foucault) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 1 108 mots

Dans le chapitre « L’invention chrétienne de la libido »  : […] De manière générale, il s’agit d’abord pour Foucault de remettre en question l’idée selon laquelle le christianisme représenterait l’âge de la répression, de la censure et de l’interdit sexuels, alors que le paganisme se serait montré tolérant et ouvert aux plaisirs du corps. Les grands codes d’austérité (sexualité frugale et monogamique, réticence face aux amours homosexuelles) sont en fait déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-aveux-de-la-chair/#i_5517

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Dans le chapitre « Convention ou croyance ? »  : […] Aristote est traditionnellement considéré comme le premier théoricien du merveilleux. Et en effet il a employé, dans trois passages de la Poétique , le mot thaumaston , qui signifie à la fois étonnant et admirable  ; on l'a donc traduit par mirabile (en latin), puis par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merveilleux/#i_5517

MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain

  • Écrit par 
  • John SCHEID, 
  • Giulia SISSA, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  • , Universalis
  •  • 4 799 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les autres dieux du panthéon »  : […] D'autres dieux accompagnent ces puissances majeures : Gê ou Gaia, la Terre, Mère universelle par son union avec Ouranos, le Ciel, et Pontos, le Flot marin ; sa fille, l'ouranide Rhéa, qui engendre dans le lit de son frère Cronos toute la lignée des olympiens ; deux sœurs de Rhéa (Thémis, principe de stabilité et d'ordre, dans la nature et dans la vie sociale ; Téthys, l'épouse d'Océan, aussi ondo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-le-monde-greco-romain/#i_5517

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mythologie balte »  : […] Peut-être les Baltes formaient-ils, à l'origine, une communauté avec les Slaves, ce qui rendrait compte de nombreux détails de leurs croyances. Mais, qu'il s'agisse des Pruthènes, établis en Prusse, de l'embouchure de la Vistule à l'actuelle Russie blanche ; des Lituaniens, installés plus à l'est-nord-est, jusqu'au Niemen et au-delà, ou des Lettons, fixés au nord de la Dvina, nous disposons de tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-des-peuples-barbares/#i_5517

PATRIMOINE, art et culture

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LENIAUD
  •  • 10 147 mots

Dans le chapitre « Tri, critères de tri désignification »  : […] Le triomphe du christianisme sur le paganisme à la fin du iv e  siècle met en place un nouveau processus patrimonial. Que faire d'un passé qui, religieusement et culturellement, paraît en total désaccord avec la religion nouvelle ? Que faire des temples et des lieux sacrés antérieurs ? Les détruire, les abandonner, les réutiliser comme églises chr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-art-et-culture/#i_5517

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 742 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Corps saints et reliques »  : […] Le culte des corps saints compose l'une des catégories les plus nombreuses des lieux de pèlerinage. Historiques encore sont ceux-ci, comme le fut l'existence temporelle du corps vénéré, rayonnant désormais de puissance sacrale. Au centre du pèlerinage de Jérusalem et au cœur même de la certitude chrétienne se trouve le tombeau du Christ, ce tombeau dont il a été dit : «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerinages-et-lieux-sacres/#i_5517

PÉTRA

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 8 198 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les dieux et leurs représentations »  : […] Les Nabatéens honoraient plusieurs divinités, certaines appartenant au fonds arabe et d'autres au domaine syrien. Parmi les premières figurent Dūsharā, dieu masculin le plus souvent invoqué, dont le nom signifie sans doute « celui du Sharā », al-Kutbā, le dieu de l'écriture et de la divination, al-'Uzzā, « la très forte », Allāt, « la déesse », et Manawāt, la déesse du destin (il faut noter cepend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petra/#i_5517

POLYTHÉISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 4 132 mots

Dans le chapitre « Présupposés très chrétiens »  : […] En matière de paganisme et de polythéisme, la référence à la Grèce est souvent contraignante : celle-ci n'est-elle pas le lieu privilégié où la raison bénéficie du désistement de la mythologie et où, dans le même temps, la religion, portée par l'exigence morale, se sépare du déraisonnable et du scandaleux de la fable ? Si bien que, face à ces dieux païens si contigus à la culture chrétienne, deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polytheisme/#i_5517

PROHIBITION DES CULTES PAÏENS

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

En 313, l'édit de Milan de l'empereur Constantin avait accordé la liberté de culte à tous les habitants de l'Empire. Au fur et à mesure que le christianisme devient majoritaire dans les villes, la législation devient de plus en plus défavorable aux anciennes religions dont les tenants sont qualifiés de païens ( pagani , habitants des campagnes restés fidèles aux religions tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prohibition-des-cultes-paiens/#i_5517

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 5 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Constance, premier empereur byzantin, et Julien dit l'Apostat »  : […] À la mort de Constantin régnèrent ensemble, chacun dans une préfecture, ses trois fils. Dès 340 l'Empire était de nouveau partagé en deux, l'Occident sous Constant, l'Orient sous Constance. Constant fut victime, en 350, de l'usurpateur Magnence, éliminé lui-même en 353 par Constance, qui resta seul empereur. Il nomma deux Césars successivement, des cousins chargés de l'aider en sous-ordre, l'un e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-antiquite-tardive/#i_5517

SACREMENTS

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean TROUILLARD
  • , Universalis
  •  • 3 801 mots

Dans le chapitre « La théurgie païenne »  : […] Si on l'abstrait du contexte théologique dans lequel elle s'est développée pendant les derniers siècles du paganisme antique, la notion de théurgie rejoint celle de sacrement. C'est une structure élémentaire de la vie religieuse, et, comme telle, elle peut s'insérer dans des ensembles hétérogènes. Car, conformément à l'étymologie ( théou-ourgia ), elle se définit comme une ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrements/#i_5517

SALLUSTE ou SALLOUSTIOS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 393 mots

Né en Gaule au début du iv e siècle, nommé préfet d'Orient en 361, Saturninus Sallustius Secundus joue un grand rôle politique pendant les règnes de l'empereur Julien l'Apostat (qui lui dédie son Discours sur Hélios-Roi ) et de ses successeurs, Jovien et Valentinien. Il meurt probablement en 372. C'est dans le cadre du mouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salluste-salloustios/#i_5517

SEZNEC JEAN (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Richard FARGHER
  •  • 1 016 mots

Le professeur Jean Seznec, mort à Oxford en novembre 1983, a mené presque toute sa carrière à l'étranger. L'université Harvard lui avait proposé un poste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, mais il fut mobilisé en septembre 1939 comme lieutenant de chasseurs alpins et ce n'est qu'en 1941 qu'il rejoignit Harvard. En 1949, il était président du département des langues et littératur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-seznec/#i_5517

SYMMAQUE, lat. QUINTUS AURELIUS SYMMACHUS (340 env.-env. 402)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 219 mots

Orateur romain appartenant à une famille de noblesse récente mais en ascension rapide, Symmaque doit à une éloquence remarquable d'accéder aux plus hauts honneurs civiques. Il est à Rome le champion de la résistance païenne au christianisme triomphant. Malgré des tentatives répétées, il ne parvient pas à obtenir la réinstallation dans la curie de l'autel de la Victoire déplacé par Gratien en 382 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symmaque-lat-quintus-aurelius-symmachus/#i_5517

VIE DE L'EMPEREUR JULIEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 370 mots

331-332 Naissance de Julien à Constantinople. Il est issu du remariage de Jules Constance, demi-frère de Constantin. 337 Constantin meurt le 22 mai : aucun des cinq césars associés au pouvoir n'ose s'imposer. Le 9 septembre, les fils de Constantin (Constantin II, Constance II et Constant I er ) font massacrer la branc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie-de-l-empereur-julien-reperes-chronologiques/#i_5517

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « PAGANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paganisme/