IMAGERIE MÉDICALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lecture et interprétation : le radiodiagnostic

Rien ne s'oppose en théorie à ce qu'un jour l'œil du robot soit capable de lire et d'interpréter en expert, parfois, l'image médicale. Le savoir est de plus en plus « informatisé » et divisé, mais il est peu probable que la synthèse des maux dont souffre un homme puisse être faite par la machine. Le maître mot de l'imagerie demeure en effet son « interprétation », autour de laquelle gravitent les connaissances du « lecteur » aussi bien que les hypothèses particulières issues du patient examiné.

La réflexion clinique relie les symptômes, et doit compter avec une problématique de l'intégral, quitte à gommer abusivement parfois les particularismes. À l'objectivité excessive d'une lecture automatique risque ainsi de s'opposer, dans certains cas, une interprétation orientée.

L'imagerie nouvelle aggrave encore la difficulté : depuis une dizaine d'années, les différences d'opacité (du noir au transparent) sont codées sur 500 à 4 000 niveaux de « gris » (de 9 à 12 bits) alors que l'œil ne peut observer avec un bon contraste que de 60 à 100 niveaux (de 6 à 7 bits). On ne peut plus parler d'une image de scanner ou d'I.R.M., mais d'une pile de structures qu'il faut explorer l'une après l'autre au moyen d'une fenêtre acceptable. On parle constamment en scanographie de « fenêtre os », de « fenêtre pulmonaire », etc., correspondant chacune à un réglage différent de la console de visualisation.

Réglage scannographique

Photographie : Réglage scannographique

Photographie

La «fenêtre os» révèle ici (flèche) une destruction métastasique vertébrale invisible au fenêtrage «parties molles». 

Crédits : M. Laval-Jeantet

Afficher

Prenons un exemple simple : un homme de cinquante ans a mal au dos. La radiographie conventionnelle réalisée sur un film de dynamique limitée (100 niveaux de gris) ne montre que le squelette mais peut être « lue » devant une quelconque source lumineuse : négatoscope médical, lampe, voire lumière du jour. Le scanner de la vertèbre douloureuse doit être lu sur la console avec plusieurs fenêtrages (fig. 5). Un examen en fenêtre « tissus mous » peut montrer l'absence de hernie discale et effacer l'image d'une métastase cancéreuse qu'aurait révélée un fenêtrage différent.

Ainsi, à la pléthore des images, s'ajoute leur extrême complexité. La nouvelle im [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Imagerie médicale : de 1896 à 1920

Imagerie médicale : de 1896 à 1920
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Imagerie médicale : de 1920 à 1960

Imagerie médicale : de 1920 à 1960
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Radiographie

Radiographie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 31 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur, maître de conférences agrégé, chef du service de radiologie à l'hôpital Saint-Louis, Paris

Classification

Autres références

«  IMAGERIE MÉDICALE  » est également traité dans :

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tomographie par émission de positons »  : […] L'utilisation des positons dans le domaine médical est sans doute l'application la plus spectaculaire de l'antimatière. La tomographie par émission de positons (T.E.P.) permet d'observer in vivo et de façon quantitative des processus biochimiques et physiologiques divers. On peut ainsi étudier le cerveau humain en cours de fonctionnement au niveau de trois fonctions métaboliques essentielles : l […] Lire la suite

BÉCLÈRE ANTOINE (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Guy PALLARDY
  •  • 965 mots
  •  • 3 médias

Bachelier à dix-sept ans après de brillantes études au lycée Bonaparte (l'actuel lycée Condorcet), Antoine Béclère envisage l'École normale supérieure, puis se dirige vers les études de médecine, encouragé par l'exemple de son père, Claude Béclère, descendant de cultivateurs bourguignons, qui exerçait la médecine à Paris. Reçu externe en 1875, Antoine Béclère réussit à vingt et un ans l'internat […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'imagerie médicale »  : […] L' imagerie médicale a été révolutionnée par les ordinateurs. À la radiologie classique, devenue plus performante, sont venus s'ajouter grâce à eux le scanner, la résonance magnétique , les ultrasons (échographie), la scintigraphie avec isotopes radioactifs, notamment avec les isotopes émetteurs de positons (en particulier ceux de l'oxygène, du carbone, du fluor) qui ont fait faire depuis 2000 […] Lire la suite

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nouveaux outils pour l'exploration fonctionnelle et la thérapeutique »  : […] D'autres technologies ont vu le jour depuis lors, et ont contribué à faire de la cardiologie l'une des disciplines, sinon la discipline médicale, ayant fait preuve de la plus riche vitalité : – avant tout, l'échocardiographie. En 1960, quelques pionniers ont commencé à s'intéresser à l'application des techniques ultrasonores en cardiologie dans une ambiance de très grand scepticisme entretenue p […] Lire la suite

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 640 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution de la vidéo médico-chirurgicale »  : […] À partir de 1960, l'imagerie médicale s'est trouvée renouvelée et transformée selon un rythme décennal : d'abord avec l'irruption de l'échographie, puis avec la métamorphose du radiodiagnostic consécutive à l'invention du scanner, et enfin avec la naissance de l'imagerie I.R.M. qui se fonde sur la résonance magnétique. Ces techniques, complémentaires sur le plan clinique, diffèrent par le principe […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Exploration isotopique »  : […] La scintigraphie myocardique réalisée par injection dans une veine de thallium 201 (gamma-angiographie), couplée à une épreuve d'effort, a permis d'améliorer le diagnostic de l'insuffisance coronarienne. Le thallium 201 a une grande affinité pour les fibres musculaires, et le degré de sa fixation permet de reconnaître si l'irrigation du myocarde est normale ou déficitaire en permanence (infarct […] Lire la suite

CORMACK ALLAN MACLEOD (1924-1998)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 434 mots

Physicien américain d'origine sud-africaine, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1979 (conjointement à Godfrey Hounsfield), pour le développement de la tomodensitométrie (ou scanner), examen qui a enrichi les méthodes d'exploration d'une nouvelle technique de diagnostic très performante. Allan Cormack fait figure d'exception parmi les lauréats du prix Nobel, dans la mesure où il est le seul […] Lire la suite

ÉCHOGRAPHIE MÉDICALE

  • Écrit par 
  • Guy PALLARDY
  •  • 185 mots

Les phénomènes de piézo-électricité, générateurs d'ultrasons, ont été découverts en 1880 par Pierre Curie et son frère Jacques. En 1916, leurs élèves Constantin Chilowski et Paul Langevin inventent un dispositif à la fois émetteur et récepteur destiné à détecter les sous-marins mais la réalisation pratique ne suit pas. Cette conception voit le jour pendant la Seconde Guerre mondiale sous le nom de […] Lire la suite

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 14 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  L'électronique médicale »  : […] L 'électronique médicale comprend l'imagerie médicale d'aide au diagnostic, les équipements de soins que sont les irradiateurs (par rayons X, par neutrons, etc.), les équipements destinés à pallier des insuffisances cardiaques tels que les cardiostimulateurs ou les équipements utilisés pour combattre d'autres problèmes du muscle cardiaque tels que les défibrillateurs. Les premiers cardiostimulate […] Lire la suite

ENDOMÉTRIOSE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 2 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un diagnostic difficile et souvent tardif »  : […] L’endométriose se manifeste le plus souvent par des symptômes douloureux et(ou) une altération de la fertilité. En réalité, la symptomatologie est assez individuelle et il n’existe pas une, mais des endométrioses, avec des traductions cliniques, des localisations et des évolutions très diverses. Les douleurs surviennent en général lors des règles ou des rapports sexuels. Cependant, les femmes peu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice LAVAL-JEANTET, « IMAGERIE MÉDICALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-medicale/