IMAGERIE MÉDICALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Imagerie médicale : de 1896 à 1920

Imagerie médicale : de 1896 à 1920
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Imagerie médicale : de 1920 à 1960

Imagerie médicale : de 1920 à 1960
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Radiographie

Radiographie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Échographie et Doppler : le stéthoscope de demain ?

Sans danger, indolore, peu coûteux, l'emploi des ultrasons a connu une expansion fantastique depuis les premiers essais des années 1960. Aucune femme enceinte n'y échappe. L'échographie donne d'excellentes images du foie, de la rate, des reins, de la thyroïde, de la prostate et des organes génitaux. Pourtant, le tube digestif, le poumon et l'os ne peuvent être explorés, en raison surtout des lois physiques de formation auxquelles obéit ce type d'image. Les ondes ultrasonores ont une fréquence élevée : de 3 à 10 MHz en échographie médicale (le son est limité à 25-30 kHz). Elles se propagent aisément dans les liquides ou dans les demi-solides constitués par les parenchymes. Toute discontinuité tissulaire provoque un écho partiel que l'on peut localiser dans l'organe exploré par son temps de retour à la « sonde » émettrice et réceptrice (fig. 2). Le principe est le même que celui de l'évaluation de distance d'une montagne « échogène » par mesure du temps de retour de l'écho (la vitesse du son dans l'air, comme dans les tissus, est connue).

Si l'on représente alors chaque écho par un point sur la ligne correspondant à la direction de l'émission, il suffit d'émettre selon des directions multiples pour reconstituer les contours et la structure de l'organe exploré. Les échographes actuels donnent en temps réel des images obtenues par sonde rotative (lignes divergentes) ou à partir de barrettes faites de cristaux multiples juxtaposés. On voit aujourd'hui les organes, leurs mouvements, leurs battements au moyen d'appareils très faciles à manipuler puisqu'il suffit de poser sur le ventre, le cou ou les membres une plaquette ou un petit cylindre que l'on peut déplacer et orienter à sa guise. La définition de l'image augmente avec la fréquence, mais l'atténuation du faisceau est très rapide pour les fréquences supérieures à 5 MHz.

La limite de ce merveilleux outil apparaît lorsque le faisceau d'ultrasons se réfléchit en totalité sur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur, maître de conférences agrégé, chef du service de radiologie à l'hôpital Saint-Louis, Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice LAVAL-JEANTET, « IMAGERIE MÉDICALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-medicale/