IMAGERIE MÉDICALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Échographie et Doppler : le stéthoscope de demain ?

Sans danger, indolore, peu coûteux, l'emploi des ultrasons a connu une expansion fantastique depuis les premiers essais des années 1960. Aucune femme enceinte n'y échappe. L'échographie donne d'excellentes images du foie, de la rate, des reins, de la thyroïde, de la prostate et des organes génitaux. Pourtant, le tube digestif, le poumon et l'os ne peuvent être explorés, en raison surtout des lois physiques de formation auxquelles obéit ce type d'image. Les ondes ultrasonores ont une fréquence élevée : de 3 à 10 MHz en échographie médicale (le son est limité à 25-30 kHz). Elles se propagent aisément dans les liquides ou dans les demi-solides constitués par les parenchymes. Toute discontinuité tissulaire provoque un écho partiel que l'on peut localiser dans l'organe exploré par son temps de retour à la « sonde » émettrice et réceptrice (fig. 2). Le principe est le même que celui de l'évaluation de distance d'une montagne « échogène » par mesure du temps de retour de l'écho (la vitesse du son dans l'air, comme dans les tissus, est connue).

Si l'on représente alors chaque écho par un point sur la ligne correspondant à la direction de l'émission, il suffit d'émettre selon des directions multiples pour reconstituer les contours et la structure de l'organe exploré. Les échographes actuels donnent en temps réel des images obtenues par sonde rotative (lignes divergentes) ou à partir de barrettes faites de cristaux multiples juxtaposés. On voit aujourd'hui les organes, leurs mouvements, leurs battements au moyen d'appareils très faciles à manipuler puisqu'il suffit de poser sur le ventre, le cou ou les membres une plaquette ou un petit cylindre que l'on peut déplacer et orienter à sa guise. La définition de l'image augmente avec la fréquence, mais l'atténuation du faisceau est très rapide pour les fréquences supérieures à 5 MHz.

La limite de ce merveilleux outil apparaît lorsque le faisceau d'ultrasons se réfléchit en totalité sur le squelette ou les gaz (air pulmonaire, gaz intestinaux), ce qui explique qu'il soit impossible d'explorer le crâne de l'adulte ou les poumons. L'autre limite est liée à l'interprétation des coupes obliques ou de secteurs complexes, où une parfaite connaissance de l'anatomie est indispensable.

Une forte tendance se développe en faveur d'un accès de tous les médecins à cette technologie : échographes per-opératoires des chirurgiens, échographes endoscopiques des gastro-entérologues, échographes cardio-vasculaires de plus en plus perfectionnés. Les spécialistes de l'imagerie sont aujourd'hui divisés sur cette prolifération. Deux attitudes se distinguent : les uns souhaitent restreindre à des spécialistes très entraînés une technique d'interprétation souvent délicate et qui nécessite un bon apprentissage ; les autres voient dans ces appareils d'emploi simple un « stéthoscope ultrasonore » que tout médecin devrait employer au cours d'un examen médical, quitte à s'adresser à un spécialiste de l'imagerie si une difficulté d'interprétation survient.

Voici quelles sont les principales applications médicales de l'échographie B :

– crâne-cerveau : uniquement chez l'enfant, à travers les fontanelles ; le faisceau ne traverse pas le crâne chez l'adulte ;

– cou : thyroïde, parathyroïde, vaisseaux du cou ;

– thorax : surtout le cœur, l'air pulmonaire masquant les autres structures ;

– abdomen : tous les organes (foie, rate, vésicule, pancréas, reins. etc.) ;

– pelvis : utérus, ovaires, testicules, prostate, vessie ; surveillance obstétricale ;

– membres : tendons, hématomes, vaisseaux ;

– sein : recherche de kystes ou de certaines tumeurs.

L'échographie Doppler apporte un complément très efficace à l'imagerie en évaluant les flux vasculaires. Chacun sait que le son émis par un objet en mouvement (sifflement d'un train par exemple) devient de plus en plus aigu lorsqu'il se rapproche et de plus en plus grave lorsqu'il s'éloigne. Le changement de fréquence des ultrasons réfléchis par des globules sanguins en mouvement permet d'évaluer leur vitesse. Des progrès très spectaculaires permettent aujourd'hui de superposer à l'image échographique d'un vaisseau une représentation colorée des vitesses qui autorise la détection directe sur l'image des sténoses (rétrécissements) ou des thromboses (occlusions vasculaires).

Imagerie doppler associée à l'échographie du foie

Photographie : Imagerie doppler associée à l'échographie du foie

Le vaisseau coloré en bleu est la veine sus-hépatique. Cette méthode non invasive, sans ponction, montre les vaisseaux et permet aussi d'évaluer le flux sanguin. 

Crédits : M. Laval-Jeantet

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Imagerie médicale : de 1896 à 1920

Imagerie médicale : de 1896 à 1920
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Imagerie médicale : de 1920 à 1960

Imagerie médicale : de 1920 à 1960
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Radiographie

Radiographie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 31 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur, maître de conférences agrégé, chef du service de radiologie à l'hôpital Saint-Louis, Paris

Classification

Autres références

«  IMAGERIE MÉDICALE  » est également traité dans :

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 914 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tomographie par émission de positons »  : […] L'utilisation des positons dans le domaine médical est sans doute l'application la plus spectaculaire de l'antimatière. La tomographie par émission de positons (T.E.P.) permet d'observer in vivo et de façon quantitative des processus biochimiques et physiologiques divers. On peut ainsi étudier le cerveau humain en cours de fonctionnement au niveau de trois fonctions métaboliques essentielles : l […] Lire la suite

BÉCLÈRE ANTOINE (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Guy PALLARDY
  •  • 966 mots
  •  • 3 médias

Bachelier à dix-sept ans après de brillantes études au lycée Bonaparte (l'actuel lycée Condorcet), Antoine Béclère envisage l'École normale supérieure, puis se dirige vers les études de médecine, encouragé par l'exemple de son père, Claude Béclère, descendant de cultivateurs bourguignons, qui exerçait la médecine à Paris. Reçu externe en 1875, Antoine Béclère réussit à vingt et un ans l'internat […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 713 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'imagerie médicale »  : […] L' imagerie médicale a été révolutionnée par les ordinateurs. À la radiologie classique, devenue plus performante, sont venus s'ajouter grâce à eux le scanner, la résonance magnétique , les ultrasons (échographie), la scintigraphie avec isotopes radioactifs, notamment avec les isotopes émetteurs de positons (en particulier ceux de l'oxygène, du carbone, du fluor) qui ont fait faire depuis 2000 […] Lire la suite

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 118 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nouveaux outils pour l'exploration fonctionnelle et la thérapeutique »  : […] D'autres technologies ont vu le jour depuis lors, et ont contribué à faire de la cardiologie l'une des disciplines, sinon la discipline médicale, ayant fait preuve de la plus riche vitalité : – avant tout, l'échocardiographie. En 1960, quelques pionniers ont commencé à s'intéresser à l'application des techniques ultrasonores en cardiologie dans une ambiance de très grand scepticisme entretenue p […] Lire la suite

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution de la vidéo médico-chirurgicale »  : […] À partir de 1960, l'imagerie médicale s'est trouvée renouvelée et transformée selon un rythme décennal : d'abord avec l'irruption de l'échographie, puis avec la métamorphose du radiodiagnostic consécutive à l'invention du scanner, et enfin avec la naissance de l'imagerie I.R.M. qui se fonde sur la résonance magnétique. Ces techniques, complémentaires sur le plan clinique, diffèrent par le principe […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 127 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Exploration isotopique »  : […] La scintigraphie myocardique réalisée par injection dans une veine de thallium 201 (gamma-angiographie), couplée à une épreuve d'effort, a permis d'améliorer le diagnostic de l'insuffisance coronarienne. Le thallium 201 a une grande affinité pour les fibres musculaires, et le degré de sa fixation permet de reconnaître si l'irrigation du myocarde est normale ou déficitaire en permanence (infarct […] Lire la suite

CORMACK ALLAN MACLEOD (1924-1998)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 434 mots

Physicien américain d'origine sud-africaine, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1979 (conjointement à Godfrey Hounsfield), pour le développement de la tomodensitométrie (ou scanner), examen qui a enrichi les méthodes d'exploration d'une nouvelle technique de diagnostic très performante. Allan Cormack fait figure d'exception parmi les lauréats du prix Nobel, dans la mesure où il est le seul […] Lire la suite

ÉCHOGRAPHIE MÉDICALE

  • Écrit par 
  • Guy PALLARDY
  •  • 185 mots

Les phénomènes de piézo-électricité, générateurs d'ultrasons, ont été découverts en 1880 par Pierre Curie et son frère Jacques. En 1916, leurs élèves Constantin Chilowski et Paul Langevin inventent un dispositif à la fois émetteur et récepteur destiné à détecter les sous-marins mais la réalisation pratique ne suit pas. Cette conception voit le jour pendant la Seconde Guerre mondiale sous le nom de […] Lire la suite

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 14 324 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  L'électronique médicale »  : […] L 'électronique médicale comprend l'imagerie médicale d'aide au diagnostic, les équipements de soins que sont les irradiateurs (par rayons X, par neutrons, etc.), les équipements destinés à pallier des insuffisances cardiaques tels que les cardiostimulateurs ou les équipements utilisés pour combattre d'autres problèmes du muscle cardiaque tels que les défibrillateurs. Les premiers cardiostimulate […] Lire la suite

ENDOMÉTRIOSE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 2 836 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un diagnostic difficile et souvent tardif »  : […] L’endométriose se manifeste le plus souvent par des symptômes douloureux et(ou) une altération de la fertilité. En réalité, la symptomatologie est assez individuelle et il n’existe pas une, mais des endométrioses, avec des traductions cliniques, des localisations et des évolutions très diverses. Les douleurs surviennent en général lors des règles ou des rapports sexuels. Cependant, les femmes peu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice LAVAL-JEANTET, « IMAGERIE MÉDICALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-medicale/