ILLUSION THÉÂTRALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés.

C'est au nom de cette idée que les Pères de l'Église, à la suite de Platon, condamnent le théâtre. Derrière l'illusion optique, ils dénoncent l'illusion métaphysique. Car la représentation théâtrale présente aux sens une image fausse. L'illusion devient donc synonyme de tromperie, et le théâtre un art de transformer le vrai en faux. Au xviie siècle, cette condamnation progresse en même temps que l'engouement du public pour le théâtre. Pierre Nicole, dans son Traité de la comédie (1667), affirme ainsi que « si toutes les choses temporelles ne sont que des figures et des ombres sans solidité, on peut dire que les comédies sont les ombres des ombres et les figures des figures, puisque ce ne sont que vaines images des choses temporelles, et souvent de choses fausses. »

Loin de détourner les auteurs de leur pratique, ces critiques semblent alors nourrir leur conception du théâtre, et de l'art en général. Au début du xviie siècle, les artistes s'ingénient à jouer précisément sur les faux-semblants, les apparences trompeuses. C'est l'âge des illusions optiques telles que l'anamorphose, qui construit une image projetée sur un plan oblique de telle sorte qu'elle demeure inintelligible ou bien simule une image différente, si on ne la regarde pas du point de vue excentrique adopté pour la projection. Comme l'a montré Jurgis Baltrušaitis dans son grand livre, Anamorphoses, les perspectives dépravées (1984), l'archétype [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteure en lettres modernes et en arts du spectacle

Classification


Autres références

«  ILLUSION THÉÂTRALE  » est également traité dans :

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Naissance du comédien »  : […] L'édition en français de la Poétique d'Aristote en 1555 fait fleurir une kyrielle de lectures exégétiques et de réflexions sur le théâtre grec, dont les textes sont, après la chute de Constantinople et l'arrivée en Occident de nombreux Grecs en exil, enfin disponibles. L'art de l'acteur baroque puis classique, étayé par le savoir antique et celui de la commedia dell'arte ita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acteur/#i_2771

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « Déformation de la réalité »  : […] Dans la longue histoire du théâtre de boulevard, les modes, les esthétiques, très diverses, ont souvent changé. Un point commun cependant les rassemble : le faux-semblant. C'est un théâtre qui ne doit à aucun prix déranger, ni choquer. Le public n'y trouve qu'un divertissement facile, une émotion complice au spectacle de passions inoffensives, comme aseptisées par l'adhésion commune à une morale c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_2771

BRECHT BERTOLT

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 5 503 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La théorie du théâtre épique »  : […] On résistera à la tentation d'enclore le théâtre épique dans un système définitif. Cette théorie historique est elle-même dans l'histoire. Brecht a mis au point progressivement, avec l'aide de ses collaborateurs, les procédés techniques et les moyens scéniques, de caractère anti-illusionniste, qui étayent concrètement cette théorie : les décors suggérés, qui ne sont pas exclusifs d'un réalisme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertolt-brecht/#i_2771

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La scène »  : […] La présentation du spectacle sur une scène exiguë, entourée de trois côtés par le public, sans décors, sans jeux de lumière, sans rideau, situe déjà la pièce dans un domaine théâtral différent. Il faut avoir recours à d'autres artifices que ceux du « réalisme ». L'absence de décor facilite les changements de lieu, qu'on peut indiquer par des accessoires, des écriteaux ou des allusions dans le text […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_2771

L'ILLUSION COMIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 517 mots

Comment défendre le théâtre et les comédiens au moyen du théâtre ? Comment, lorsqu'on est Pierre Corneille ( 1606-1684), poète dramatique de bientôt trente ans, déjà assez connu à Paris, auteur d'une tragi-comédie ( Clitandre , 1631), de quatre comédies ( Mélite , 1629-1630 ; La Veuve , 1632 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-illusion-comique/#i_2771

LA TEMPÊTE, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 063 mots

Comptant parmi les dernières pièces de William Shakespeare (1564-1616), La Tempête , qui fut jouée pour la première fois en 1611, est une tragi-comédie romanesque, comme Pericles (1609) ou Le Conte d'hiver (1623). Ce genre dramatique est caractérisé par un dénouement heureux succédant à des événements dramatiques, et accorde au su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tempete/#i_2771

QU'EST-CE QUE LE THÉÂTRE ? (C. Biet et C. Triau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 998 mots

Les polémiques qui agitèrent le festival d'Avignon 2005 sans s'y éteindre témoignent de l'importance que revêtent les définitions. C'est, en effet, au nom de ce qu'est ou de ce que n'est pas le théâtre (trop de corps ? pas assez de texte ?) qu'une partie de la critique s'est alors déchaînée – oblitérant par ailleurs un débat qui aurait pu être plus stimulant sur ce que les œuvres incriminées produ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-le-theatre/#i_2771

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 522 mots
  •  • 2 médias

Créer l'espace nécessaire à la représentation dramatique, évoquer les lieux de son action ou en prolonger le sens, par la voie de l'illusion, de l'illustration, du symbolisme, du naturalisme ou de l'abstraction. Déterminer une spatialité nécessaire au jeu du comédien et à son rapport avec les spectateurs. Autant d'entreprises qui relèvent de la fonction majeure de la scénographie. À partir du thé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_2771

SIMMONS PIP (1942- )

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 750 mots

Metteur en scène anglais, Pip Simmons est l'animateur du Pip Simmons Theatre Group, fondé en 1968. En ces années-là, à l'exemple du jeune théâtre américain, plusieurs groupes tentent de créer à Londres un théâtre différent, qu'ils appellent un « théâtre alternatif ». Le Pip Simmons Theatre Group est un des rares survivants de ce mouvement. Il a su se maintenir, s'affirmer et pousser très loin ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pip-simmons/#i_2771

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Le théâtre est d'abord un spectacle, une performance, un travail corporel, un exercice vocal et gestuel, le plus souvent dans un décor particulier. Il est aussi une représentation, autrement dit un moyen esthétique d'offrir au spectateur l'illusion que les corps, les décors, les voix et les gestes sont autre chose que ce qu'il voit directement et que cet ensemble est le simulacre d'une autre réal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_2771

THÉÂTRE OCCIDENTAL - De la salle de spectacle au monument urbain

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 5 080 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Illusions scéniques et vie urbaine »  : […] « Nous sommes accoutumés aujourd'hui à connaître des distractions régulières et tarifées qui prennent place entre le travail, le sommeil et la nourriture en des temps et des lieux habituels. Il en allait tout autrement jadis pour la célébration des fêtes. Celles-ci ne représentaient pas comme pour nous un élément nécessaire et hebdomadaire de l'organisation sociale » (P. Sonrel). C'est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-de-la-salle-de-spectacle-au-monument-urbain/#i_2771

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] Dès 1876, dans son récent Festspielhaus de Bayreuth, Wagner demeure prisonnier de la peinture académique. En éteignant la salle pour concentrer l'attention du public, il va dans le sens des modernes, mais le décor de ses opéras n'a pas renoncé à la surcharge, plus proche de Meissonnier que de Manet. Antoine fut le premier à comprendre la nouveauté révolutionnaire de l'éclairage électrique, capable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_2771

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Corneille, enjeu majeur »  : […] C'est autour de la figure de Corneille que se sont concentrés les enjeux majeurs en matière de répertoire classique, avant même d'entraîner les auteurs baroques, puis Racine, dans son sillage. Depuis les premiers festivals d'Avignon, et grâce à Vilar, les comédies de Corneille sont régulièrement revisitées alors que, parallèlement, la critique littéraire des années 1960-1970 insiste sur la premièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-interpretation-des-classiques/#i_2771

UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 516 mots

Observées dans certaines tragédies du xvi e  siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre baroque fait triompher l'irrégularité dans la tragi-comédie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-des-trois-unites-histoire-litteraire/#i_2771

VRAISEMBLABLE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 647 mots

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la vraisemblance. » Le vrai est l'objet de l'historien, le possible, celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vraisemblable-esthetique/#i_2771

Pour citer l’article

Elsa MARPEAU, « ILLUSION THÉÂTRALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusion-theatrale/