ANTOINE ANDRÉ (1858-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cet homme de théâtre né, qui croyait avec ferveur à la « vérité » de la scène – exigeant de ses comédiens un jeu « naturel », dans des vêtements faits pour la ville et la rue – n'a pas seulement balayé les conventions devenues fossiles qui régnaient dans les théâtres de son temps. La révolution qu'il a opérée concerne aussi les rapports à établir entre la scène et la salle.

Enfin, le grand besoin de renouvellement qui a inspiré son entreprise – bien loin de révéler une docilité servile au nouveau mouvement du naturalisme, comme on a cru pouvoir le lui reprocher – manifestait, plus profondément, une exigence d'authenticité : la preuve en est qu'à la fin de sa carrière il pouvait tendre la main à un Jacques Copeau, chez qui l'amour de la vérité s'exprimait dans des formes souvent radicalement opposées à celles qu'Antoine avait lui-même introduites au Théâtre-Libre. C'est que cet homme d'action se doublait d'un critique lucide, attentif à tout ce qui pouvait enrichir ou exalter son art.

Du bureau à la scène

Né à Limoges le 31 janvier 1858, André Antoine doit dès 1872 gagner sa vie : d'abord petit clerc chez un agent d'affaires, puis employé au bureau du Bottin chez Firmin-Didot, il devient en 1877 employé auxiliaire à la Compagnie du gaz. Il s'intéresse déjà au théâtre, fréquente le Gymnase de la Parole, fait de la figuration et essuie un échec au concours d'entrée au Conservatoire en 1878. Au retour de quatre années de service militaire, en 1883, il adhère au Cercle Gaulois, 37, passage de l'Élysée-des-Beaux-Arts : il y joue et y monte des spectacles. C'est là qu'il fonde, avec des camarades de ce Cercle, des membres du Cercle Pigalle et de la Butte, le Théâtre-Libre. Les 29 et 30 mars 1887, le Théâtre-Libre y présente son premier spectacle. Une des quatre pièces figurant au programme, Jacques Damour, tirée par Léon Hennique d'une nouvelle de Zola, impose Antoine à l'attention du public parisien.

De 1887 à 1894, sous la direction d'Antoine, le Théâtre-Libre donne environ huit spec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle (études théâtrales), professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique (dramaturgie)

Classification


Autres références

«  ANTOINE ANDRÉ (1858-1943)  » est également traité dans :

BERNSTEIN HENRY (1876-1953)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 387 mots

Auteur dramatique français, fils d'un banquier israélite, Henry Bernstein connut un très vif succès dans la décennie qui précéda la Première Guerre mondiale. Découvert par Antoine, directeur du Théâtre-Libre, il débute avec une comédie : Le Marché (1905). Avec beaucoup de brutalité et une puissance d'effets qui est de toute évidence l'objet premier de sa recherche, il peint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-bernstein/#i_4699

BRIEUX EUGÈNE (1858-1932)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 182 mots

En des œuvres quelque peu didactiques, Brieux s'est attaqué aux plaies sociales de son époque. Les pièces de Brieux appartenaient au répertoire du célèbre Théâtre-Libre d'Antoine, qui eut une grande influence sur le développement du nouveau style naturaliste. La réputation de Brieux a cependant bien baissé depuis l'époque où G. B. Shaw disait de lui qu'il était dans son genre « incomparablement le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-brieux/#i_4699

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Naissance d'un cinéma d'auteur »  : […] On a longtemps mis en avant un cinéma de lettrés, né d'une réflexion dominée par l'œuvre écrite de Louis Delluc. Ce cinéma, quelques dizaines de films réalisés par Delluc lui-même ( Fièvres en 1921, La Femme de nulle part en 1922), par Germaine Dulac ( La Fête espagnole en 1919, d'après un scénario de Delluc), par Jean Epstein ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-le-cinema/#i_4699

GÉMIER FIRMIN (1869-1933)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 452 mots

En 1903, Péguy publie dans ses Cahiers une série d'articles de Romain Rolland sous le titre : « Le théâtre du peuple, essai d'esthétique d'un théâtre nouveau ». C'est le temps de Gémier. Ancien comédien d'Antoine et de Lugné-Poe, grand animateur qui se situe entre Antoine et Copeau, il rêve, en précurseur, d'un théâtre populaire dont la réalisation sera le but de sa vie. Refu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/firmin-gemier/#i_4699

ILLUSION THÉÂTRALE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 943 mots

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés. C'est au nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusion-theatrale/#i_4699

NATURALISME, notion de

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 541 mots

Dans le chapitre « Une diffusion européenne »  : […] Autour de Zola, un cénacle se constitue, dont les membres publient en 1880 un recueil-manifeste, Les Soirées de Médan . Les principaux membres en sont les journalistes Henry Céard ( Une belle journée , 1881) et Paul Alexis, ainsi que Léon Hennique ( Pœuf , 1887) et Guy de Maupassant ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naturalisme-notion-de/#i_4699

ODÉON-THÉÂTRE DE L'EUROPE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 122 mots

Construit à l'initiative de Louis XVI, ce théâtre inauguré le 9 avril 1782 était à l'origine destiné à la troupe de la Comédie-Française. À son emplacement actuel, près du palais du Luxembourg, le projet de théâtre des architectes De Wailly et Peyre s'inscrivait dans une importante opération d'urbanisme du quartier. Sur une nouvelle place semi-circulaire, s'érige le bâtiment bordé sur trois côtés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odeon-theatre-de-l-europe/#i_4699

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La dramaturgie à l'épreuve de la crise du drame »  : […] De ses héritiers directs, Lessing, Beaumarchais ou Mercier, aux auteurs qui fondent le drame moderne au tournant des xix e et xx e  siècles, Diderot influence durablement la pensée dramaturgique. Ainsi la conception naturaliste du théâtre défendue par Zola est-elle issue d'une esthétique réalist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_4699

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les débuts »  : […] Dès 1876, dans son récent Festspielhaus de Bayreuth, Wagner demeure prisonnier de la peinture académique. En éteignant la salle pour concentrer l'attention du public, il va dans le sens des modernes, mais le décor de ses opéras n'a pas renoncé à la surcharge, plus proche de Meissonnier que de Manet. Antoine fut le premier à comprendre la nouveauté révolutionnaire de l'éclairage électrique, capable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_4699

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard DORT, « ANTOINE ANDRÉ - (1858-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-antoine/