IDÉAL DU MOI, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expression utilisée en psychanalyse pour désigner une instance psychique. C'est en 1923 que Freud, dans l'article Le Moi et le Ça, présente une organisation de l'appareil psychique qui se divise en trois instances : le ça, le moi et le surmoi. Ce dernier comprend l'idéal du moi. Dans cet article, Freud n'établit pas de nette distinction entre l'idéal du moi et le surmoi. Toutefois, la fonction de l'idéal du moi avait été détaillée antérieurement dans l'article Pour introduire le narcissisme (1914) ; qui plus est, le statut de l'idéal du moi dans la formation d'une foule avait fait l'objet d'un autre article : Psychologie des foules et analyse du moi (1921).

L'organisation de 1923, appelée « seconde topique », apporte un regard très fécond pour la perspective clinique. Elle fait une large place aux relations objectales — c'est-à-dire aux relations à autrui — comme fondement du moi : « le caractère du moi résulte de la sédimentation des investissements d'objets abandonnés » (Le Moi et le Ça). Les processus d'identification sont au centre de la compréhension de l'histoire d'un sujet. Ainsi l'idéal du moi d'un sujet est un conglomérat de modèles pris à l'extérieur, dans le milieu familial d'abord, dans l'environnement socio-culturel ensuite. L'idéal du moi se construit à partir de relations d'objets, c'est-à-dire de personnes aimées. Par identification à celles-ci s'élabore dans le moi une forme à réaliser. Suivant Le Moi et le Ça, « les effets des premières identifications, qui ont lieu au tout premier âge, garderont un caractère général et durable. Cela nous amène à la naissance de l'idéal du moi, car derrière se cache la première et la plus importante identification de l'individu : l'identification au père de la préhistoire personnelle. »

Deux voies distinctes de recherche ont amené Freud à l'élaboration de l'idéal du moi. La première est le narcissisme. Le moi propre se prend pour objet d'amour. Freud découvre qu'il s'exerce un constant va-et-vient entre libido d'objet et libido narcissique : l'objet aimé contribue à la formation de l'idéal du moi et, réciproquement, le moi, qui tend à acquérir les qualités de l'idéal, renforce son narcissisme. La distinction entre idéal du moi et surmoi peut se comprendre ainsi : le surmoi se forme à partir d'interdits intériorisés (« tu ne dois pas être comme... ») et l'idéal du moi à partir d'exigences intériorisées (« tu dois être comme... »). Un trop grand écart entre le moi et l'idéal du moi provoque un sentiment de honte, alors que le sentiment de culpabilité est le résultat d'une transgression, imaginaire ou réelle, des interdits intériorisés. Freud assigne trois fonctions à l'idéal du moi et au surmoi : celle d'auto-observation, celle de censure et celle de conscience morale.

La seconde voie est la tentative de compréhension des liens unissant entre eux les membres d'une foule. En effet, Freud fournit une explication à cette étonnante modification du comportement individuel : les membres d'une foule ont subitement, et d'une façon le plus souvent éphémère, le même idéal. Ils ont en réalité échangé leur idéal du moi propre pour l'idéal du moi incarné par le meneur ou par une idéologie. C'est le rapprochement entre cet idéal du moi collectif et le moi (réalisations potentielles et effectives de la foule) qui engendre ce sentiment de toute-puissance et cette absence d'esprit critique pouvant conduire dans les pires cas à des actes de fanatisme. Cette substitution aux idéaux individuels d'un idéal collectif s'accompagne nécessairement d'une identification des membres les uns aux autres, par amour du meneur. Pour Freud, le meneur représente le père de la horde primitive. Et le premier homme à franchir le pas de l'individualité serait le poète épique, auteur du mythe héroïque. Le héros qui supplante ainsi le père devient le premier idéal du moi. C'est donc dans l'intériorisation authentique d'un idéal que se situe l'ess [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IDÉAL DU MOI, psychanalyse  » est également traité dans :

INFÉRIORITÉ SENTIMENT D'

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 884 mots
  •  • 1 média

Expression qui fut surtout employée par Alfred Adler ( Minderwertigkeitsgefühl ) et qu'on pourrait rapprocher de celle de « sentiments d'incomplétude » de Pierre Janet. Pour Adler, le sentiment d'infériorité est fondé sur la réalité : la personne qui l'éprouve est effectivement dans une situation d'infériorité organique ou fonctionnelle. Dans le sentiment ou complexe d'infériorité, l'individu ess […] Lire la suite

MOTIVATION

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 062 mots

Dans le chapitre « Approche psychanalytique et constitution historique des motivations »  : […] Telle est bien, en effet, une des difficultés essentielles à la psychanalyse : comprendre comment la destinée pulsionnelle forme un mode de défense contre la pulsion. Il faut donc saisir dans un premier temps les avatars de la sexualité, qui se constitue par étayage sur les pulsions du moi et traverse successivement des phases d'évolution déterminées dont chacune laissera une « trace » indélébile […] Lire la suite

SOI (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Delphine MARTINOT
  •  • 914 mots

Le soi correspond à ce que nous voulons signifier en disant « je ». Les informations accumulées par l’individu sur lui-même sont si nombreuses et diverses qu’elles font de ce concept un objet complexe à étudier. Depuis la fin des années 1970, de très nombreuses recherches menées en psychologie sociale ont eu pour objectif de comprendre le soi en étudiant principalement son organisation, sa constru […] Lire la suite

SUBLIMATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sublimation, vérité de l'expérience amoureuse »  : […] Dans son essai Le Moi et le Ça (1923), Freud décrit, en effet, la sublimation comme l'œuvre du moi soulageant le ça de ses premiers investissements d'objets. Rappelons que le ça représente ici le rôle de l'hérédité, et l'ensemble de ce que l'être apporte en naissant, tandis que le moi est déterminé par ce qu'il a lui-même vécu. L'objet des pulsions sexuelles du ça peut être abandonné au profit d […] Lire la suite

SURMOI

  • Écrit par 
  • Jean-Michel VAPPEREAU
  •  • 5 140 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'élaboration de la notion »  : […] L'introduction du surmoi n'est pas en 1923 chose nouvelle sous la plume de Freud, qui a très tôt situé la censure comme étant ce qui commande le refoulement. Le surmoi sera bien cette instance qui surveille et critique. Il est annoncé, sans être encore désigné de ce nom, en 1914, dans l'essai Pour introduire le narcissisme , où il est dit « qu'il ne serait pas étonnant que nous trouvions une insta […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie METAIS, « IDÉAL DU MOI, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ideal-du-moi-psychanalyse/