HYPOTHALAMUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éléments neurosécréteurs et neurosécrétion

C'est Scharrer, en 1933, qui introduisit la notion de neurosécrétion en montrant que certains neurones de l'hypothalamus des poissons paraissaient sécréter des gouttelettes d'une substance inconnue dont Bergman un peu plus tard allait faciliter la caractérisation par l'emploi d'une coloration histologique spéciale dite de Gomori. À l'époque, cette observation souleva des discussions passionnées car les neurones apparaissaient alors voués à ne produire que des phénomènes électriques. Leur donner un rôle sécrétoire les rapprochant d'une cellule glandulaire bouleversait des données bien établies. Il fallut attendre la démonstration définitive de la production de neuromédiateurs variés par les terminaisons nerveuses et la découverte du transport intra-axonique pour banaliser l'idée de neurosécrétion.

Les éléments neurosécréteurs hypothalamiques

Les corps cellulaires de très nombreux neurones hypothalamiques produisent de très petites sphérules de substances chimiques variées appartenant toutes au groupe des neuropeptides. Celles-ci, transportées par le flux axonique, s'engagent dans la fibre nerveuse, se condensant en gouttelettes plus grosses et parviennent jusqu'aux ramifications terminales où elles s'accumulent pour être finalement excrétées, pénétrer à travers la paroi des capillaires environnants et se trouver ainsi déversées dans le sang qui y circule. Ces phénomènes complexes impliquent d'ailleurs toute une série de processus de synthèse, de destruction, de libération et de recapture.

Les éléments neurosécréteurs de l'hypothalamus sont organisés en deux systèmes principaux, dits magnocellulaire et parvocellulaire. Le premier est localisé dans les noyaux paraventriculaire et supra-optique et les fibres qui en sont originaires gagnent le lobe postérieur de l'hypophyse par le faisceau supra-optico-hypophysaire empruntant la tige pinéale.

Le second système a une répartition beaucoup plus diffuse ; cependant, un grand nombre de ses neurones est concentré dans le noyau arqué. Les axones qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Diencéphale de rat

Diencéphale de rat
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Noyaux

Noyaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Connexions de l'hypothalamus chez le chat

Connexions de l'hypothalamus chez le chat
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Irrigation hypothalamo-hypophysaire

Irrigation hypothalamo-hypophysaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de psychophysiologie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  HYPOTHALAMUS  » est également traité dans :

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Le substrat nerveux »  : […] Les neurophysiologistes et les physiologistes du comportement sont parvenus à localiser les substrats nerveux de l'agression au niveau de structures sous-corticales et diencéphaliques : amygdale et hippocampe dans le système limbique (cf.  système limbique ), hypothalamus latéral dans le diencéphale. Une stimulation électrique des noyaux amygdaliens fait apparaître des comportements de menace et […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Régulation par l'organisme de la prise alimentaire  »  : […] Son but est de maintenir l'équilibre énergétique et le poids à moyen et long terme. Elle est périphérique et centrale. Les variations de la concentration des nutriments énergétiques circulants (glucose, acides aminés, acides gras libres), les signaux mécaniques provenant de la distension du tube digestif, les sécrétions hormonales issues directement ou indirectement du système digestif (insuline, […] Lire la suite

AMÉNORRHÉE

  • Écrit par 
  • Jules SCEMLA
  •  • 441 mots

Absence de flux menstruel qui peut se présenter dans des circonstances cliniques fort différentes. Physiologique pendant la grossesse et à la ménopause, l'aménorrhée peut être primaire ou secondaire. Dans les deux cas, elle nécessite une enquête méthodique très poussée pour en connaître la cause et lui opposer un traitement approprié. L'aménorrhée primaire, qui se manifeste chez la jeune fille pas […] Lire la suite

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les techniques dans l’assistance médicale à la procréation »  : […] L’ovulation survient au milieu du cycle menstruel normal, elle est précédée par une phase de maturation des ovocytes pendant la phase folliculaire et suivie par une phase de préparation de l’endomètre appelée phase lutéale. Ce cycle est très précisément contrôlé par des hormones d’origine hypophysaire, une glande de la base du cerveau : la GnRH ( g onadotrophine releasing horm o ne ) produit par l […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 12 726 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le diencéphale : un cerveau à la fois végétatif et affectif »  : […] De haut en bas, le diencéphale est subdivisé en deux parties : le thalamus et l' hypothalamus (cf. fig. 1). Situé dans la partie dorsale du diencéphale, le thalamus (du grec thalamos , « chambre intérieure ») est un véritable portail contrôlant les entrées et les sorties du néocortex. Toutes les afférences sensorielles (à l'exception notoire du système olfactif) transitent par le thalamus avant […] Lire la suite

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle de la reproduction chez les vertébrés »  : […] Au niveau central, les neurones de l’hypothalamus (sécréteurs de kisspeptine, à dopamine, de dopamine, etc.) forment un réseau fonctionnel contrôlant la sécrétion de la neurohormone GnRH, qui atteint l’hypophyse où elle stimule, via son récepteur à sept passages transmembranaires, la sécrétion dans le sang des gonadotropines LH et FSH. Ces dernières se lient à leurs récepteurs spécifiques, égale […] Lire la suite

CONTRACEPTION HORMONALE

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 6 129 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le mode d'action des pilules contraceptives »  : […] Tous les contraceptifs hormonaux agissent en modifiant le cycle hormonal de la femme. Normalement, de la puberté à la ménopause, les ovaires sont en interaction constante avec deux structures situées dans le cerveau –  l'hypophyse et l'hypothalamus –, par l'intermédiaire des hormones qu'ils sécrètent : œstrogènes et progestérone pour les ovaires, FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone […] Lire la suite

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déroulement du cycle menstruel »  : […] La LHRH (gonadoréline), décapeptide qui stimule les gonadotrophines hypophysaires, est sécrétée à l'étage hypothalamique (noyau arqué). Cette substance est sécrétée de manière pulsatile : une décharge de LHRH se produit environ toutes les quatre-vingt-dix minutes. Les cellules gonadotropes de l'hypophyse répondent à cette stimulation par la fabrication pulsatile des gonadotrophines : la FSH et la […] Lire la suite

ENDOCRINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 3 846 mots

Dans le chapitre « Relations des hormones et du système nerveux »  : […] Pendant longtemps l'appareil endocrinien parut constituer un système clos, assez autonome. La faible innervation de la plupart des glandes endocrines, le maintien de leurs capacités sécrétoires après leur énervation, leur transplantation, ou même en culture, semblait affirmer leur indépendance fonctionnelle et leur réglage purement humoral, dans lequel l'antéhypophyse, par ses stimulines, jouait l […] Lire la suite

FRÖLICH SYNDROME DE ou SYNDROME DE BABINSKI-FRÖLICH ou SYNDROME ADIPOSO-GÉNITAL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 150 mots

Maladie métabolique rare de l'enfant, caractérisée par une obésité, un retard de croissance et un hypogonadisme (retard de développement des organes génitaux). Le syndrome de Frölich est souvent associé à une tumeur de l'hypothalamus, responsable d'une augmentation de l'appétit et d'une diminution de la sécrétion des gonadotrophines. La maladie porte le nom d'Alfred Frölich, le neurologue autrich […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul LAGET, « HYPOTHALAMUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothalamus/