AMÉNORRHÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Absence de flux menstruel qui peut se présenter dans des circonstances cliniques fort différentes. Physiologique pendant la grossesse et à la ménopause, l'aménorrhée peut être primaire ou secondaire. Dans les deux cas, elle nécessite une enquête méthodique très poussée pour en connaître la cause et lui opposer un traitement approprié.

L'aménorrhée primaire, qui se manifeste chez la jeune fille passé l'âge normal de la puberté, nécessite, avant de conclure à un simple retard pubertaire, une exploration clinique pour écarter toute possibilité de grossesse et s'assurer surtout de l'intégrité anatomique de tout l'arbre génital. On pourra trouver : une imperforation de l'hymen avec rétention sanguine (hématocolpos), une absence congénitale du vagin, une atrophie utéro-ovarienne révélée par la cœlioscopie. Ces dystrophies étant toujours sous la dépendance d'un dysfonctionnement hormonal des complexes ovario-hypophysaire, surrénalien, thyroïdien et hypothalamique, il importe — outre l'examen clinique portant sur la morphologie générale et l'aspect des caractères sexuels secondaires — de procéder à des explorations radiologiques de la selle turcique, à des épreuves de laboratoire et à la cœlioscopie. On a individualisé de nombreux syndromes dont l'aménorrhée primaire n'est qu'un élément : syndrome de Rokitansky-Kuster (absence congénitale du vagin), syndrome de Turner-Albright (infantilisme lié à une aplasie ovarienne)...

Dans le cas d'aménorrhée secondaire, le premier réflexe du praticien est d'écarter toute possibilité de grossesse. En l'absence de celle-ci, les causes de ces aménorrhées sont nombreuses ; les plus fréquentes sont les causes hypothalamiques qui succèdent à un changement de vie, de climat ou à un choc affectif. Viennent ensuite les causes hypophysaires (adénome chromatophobe de l'hypophyse, syndrome de Sheehan dû à une nécrose du lobe antérieur de l'hypophyse). Restent enfin les causes locales : utérines tuberculeuses (synéchies), ovariennes (tumeurs de la granulosa), syndrome de Stein-Leventhal qui donne plus souvent des spanioménorrhées, ménopauses précoces familiales, enfin aménorrhées après consommation de « pilules » par atrophie de la muqueuse utérine. L'apparition de médicaments, tels que les gonadotrophines humaines, le clomifène et le cyclophényl, a transformé l'évolution de certaines de ces aménorrhées que l'on peut cependant parfois aussi guérir par la psychothérapie.

—  Jules SCEMLA

Écrit par :

  • : gynécologue-accoucheur des hôpitaux, chef de service honoraire de la maternité de Tunis

Classification


Autres références

«  AMÉNORRHÉE  » est également traité dans :

ANOREXIE

  • Écrit par 
  • Bernard BRUSSET
  •  • 2 783 mots

Dans le chapitre « Des facteurs neuro-endocriniens aux causes psychologiques »  : […] Généralement défini par l'association, d'une part, d'une perte de poids de plus de 10 p. 100 du fait d'une conduite de restriction alimentaire, d'autre part, d'une aménorrhée de plus de six mois, le syndrome de l'anorexie mentale des adolescentes est maintenant très connu dans sa spécificité et sa gravité. Mais il a eu, et a toujours, tendance à disparaître par dissolution dans un ensemble sympto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anorexie/#i_30046

BROMOCRIPTINE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 720 mots

Autre nom du mésylate de 2-bromo-α-ergocryptine, la bromocriptine est un alcaloïde semi-synthétique de la série des 9-10 ergopeptides, c'est-à-dire des peptides de l'ergot de seigle, inscrite au tableau A. L'introduction d'un atome de brome en position 2 sur l'acide lysergique a ajouté aux propriétés pharmacologiques de la molécule celle d'inhiber la sécrétion de prolactine, ce qui a pour conséque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bromocriptine/#i_30046

HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Universalis
  •  • 6 568 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Insuffisances antéhypophysaires dissociées »  : […] Avant la puberté, tout aussi bien que chez l'adulte, l'insuffisance antéhypophysaire peut se présenter sous un aspect dissocié, n'affectant qu'une ou deux fonctions de la glande, alors que les autres sont conservées, ou même augmentées. Tel est par exemple le cas de l' eunuchoïdisme hypogonadotrophique , qui représente un défaut isolé d'hormones gonadotropes, avec conservati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypophyse-glande-pituitaire/#i_30046

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Biologie sexuelle et reproduction »  : […] L'âge de la maturité sexuelle, la durée de l'intervalle entre les naissances constituent, avec d'autres, les paramètres des « profils biodémographiques » ( life history des Anglo-Saxons). La saisonnalité des naissances traduit celle des accouplements. Celle-ci est le plus souvent liée à des facteurs de l'environnement, et c'est pourquoi les cycles ovulatoires, saisonniers da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates/#i_30046

RÈGLES ou MENSTRUATION

  • Écrit par 
  • Paul-François LEROLLE
  •  • 607 mots

Élimination cyclique de la muqueuse utérine chez la femme (et chez certains Primates), de la puberté à la ménopause, en l'absence de fécondation, les règles (ou menstruation) durent normalement de trois à six jours, se produisent environ tous les vingt-huit jours et l'écoulement menstruel est de 20 à 100 millilitres, selon les personnes. Il s'agit d'un liquide hématique, incoagulable normalement, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regles-menstruation/#i_30046

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aménorrhées hypothalamiques »  : […] La plupart des aménorrhées secondaires sont d'origine hypophysaire ou neurohypophysaire. Elles peuvent résulter de lésions organiques telles que tumeurs hypophysaires ou juxtahypophysaires, traumatismes crâniens, lésions infectieuses diverses, dont l'étude n'a pas sa place ici. Mais le plus souvent ce sont des aménorrhées d'origine psychique , dont la f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_30046

Pour citer l’article

Jules SCEMLA, « AMÉNORRHÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amenorrhee/