POUSSEUR HENRI (1929-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aléatoire et « Votre Faust »

En 1957 et 1958, Pousseur compose Mobile, pour deux pianos, dédié à Pierre Boulez, et qui répond à la fois aux Structures pour deux pianos de ce dernier et au Klavierstück XI de Stockhausen, pièces dans lesquelles ces deux compositeurs, chacun à leur manière, laissaient à l'interprète certaines possibilités de choix dans l'exécution de l'œuvre. Dès cette époque, Pousseur se préoccupe en effet lui aussi de l'intégration de l'aléatoire au sein d'une écriture sérielle. Et, s'il ne fut sans doute pas insensible aux conférences de John Cage telle que « Indeterminacy » (prononcée en 1958 à Bruxelles), sa réflexion, très personnelle, prendra un tout autre tour que celles de ses collègues. De 1958 à 1962, l'activité de Pousseur est intense : il compose Rimes, « pour différentes sources sonores » et bande magnétique, « diffusée autour du public, l'orchestre étant également distribué à plusieurs endroits » (1958-1959), Ode, pour quatuor à cordes (1960-1961), Madrigal II, « pour quatre instruments anciens » (1961), Trois Visages de Liège, pour bande magnétique à deux pistes (1961), Madrigal III, pour clarinette et cinq instruments (violon, violoncelle, piano et deux percussions, 1962). Dans le même temps, il crée le Studio de Bruxelles (1958), puis, avec Pierre Bartholomée, Jean-Louis Robert et Philippe Boesmans, l'association Musiques nouvelles, qui donnera naissance en 1961 à l'ensemble du même nom où Bartholomée s'illustrera en tant que chef, directeur musical, et défenseur de sa musique. C'est avec cet ensemble que sera créée son œuvre Répons (version fixe de 1960, version mobile de 1962), dédiée à John Cage, et sous-titrée « mobile pour sept musiciens » ; il s'agit de sa première partition à rompre véritablement avec le radicalisme de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  POUSSEUR HENRI (1929-2009)  » est également traité dans :

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 114 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Improvisation et aléa »  : […] Dans les années cinquante, en Amérique, Earle Brown, Morton Feldman, John Cage brisent le concept d'œuvre envisagée comme objet d'art « fini », déterminée par le contrôle « absolu » du compositeur sur l'écriture. L'indétermination va contaminer jusqu'à l'acte même de création. Ainsi, la responsabilité face au résultat sonore, face à la partition écrite se voit remise en question et, avec elle, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/improvisation-musicale/#i_35090

ROBERT JEAN-LOUIS (1948-1979)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 013 mots

Pianiste, compositeur et pédagogue belge, Jean-Louis Robert, né en 1948 à Haine-Saint-Pierre (Hainaut), mort en mai 1979 dans un accident de voiture, s'est efforcé de modifier profondément les relations entre le compositeur, l'interprète et le public. Il est, en octobre 1971, l'un des premiers inscrits dans la classe de composition que vient d'ouvrir Henri Pousseur au Conservatoire de Liège. Il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-robert/#i_35090

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « POUSSEUR HENRI - (1929-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-pousseur/