POUSSEUR HENRI (1929-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les musiques du monde

En 1981, La Seconde Apothéose de Rameau, pour un ensemble de 21 musiciens, reflète la maestria à laquelle Pousseur est parvenu dans le maniement de l'harmonie et de la périodicité généralisées : on y trouve des matériaux venus de ses œuvres antérieures (notamment de Vue sur les Jardins interdits), mais aussi nombre de références musicales prises tant chez ses amis (Boulez, Stockhausen, Berio, Bartholomée) que chez Debussy, Webern et Stravinski. Dans ces années 1980, son travail de réflexion sur la musique occidentale va déborder sur les « musiques du monde », qu'il va dès lors brasser et interroger afin d'entamer un dialogue transversal lui permettant de réfléchir notamment sur la mondialisation. Dès 1979, il confronte, dans Chevelures du Temps, des bruiteurs à des voix et à des instrumentistes professionnels aussi bien qu'amateurs (« éléments étrangers ad libitum »). Dans Les Îles déchaînées (1980, en collaboration avec son fils Denis), un orchestre symphonique est confronté à un ensemble de synthétiseurs et à une formation de jazz. Dans La Rose des Voix (1982), huit instrumentistes improvisateurs accompagnent quatre récitants, quatre quatuors vocaux, quatre chorales amateurs mélangeant leurs origines culturelles et leurs langues. Pour le compositeur, ce processus permet de s'ouvrir aux émotions que ces musiques venues du monde entier portent ou ont portées. L'écoute de At Moonlight, Dowland's Shadow passes along Ginkaku-Ji, pour trois instruments traditionnels japonais (shakuhachi, shamisen et koto, 1989), révèle que l'appropriation du Japon se fait au niveau de la poétique musicale et non à l'aune de l'exotisme, que l'écriture est bien celle de Pousseur et non pas un placage orientalisant, que l'émotion y est vécue à travers une écriture occidentale singulière mais qui ne renie aucunement ses racines ; restent les « couleurs du Temps » que la sonorité de ces instruments instille en nous. La plus avancée et la plus riche de toutes les œuvres placées sous le signe de l'exploration-intégration de ces univer [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  POUSSEUR HENRI (1929-2009)  » est également traité dans :

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 114 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Improvisation et aléa »  : […] Dans les années cinquante, en Amérique, Earle Brown, Morton Feldman, John Cage brisent le concept d'œuvre envisagée comme objet d'art « fini », déterminée par le contrôle « absolu » du compositeur sur l'écriture. L'indétermination va contaminer jusqu'à l'acte même de création. Ainsi, la responsabilité face au résultat sonore, face à la partition écrite se voit remise en question et, avec elle, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/improvisation-musicale/#i_35090

ROBERT JEAN-LOUIS (1948-1979)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 013 mots

Pianiste, compositeur et pédagogue belge, Jean-Louis Robert, né en 1948 à Haine-Saint-Pierre (Hainaut), mort en mai 1979 dans un accident de voiture, s'est efforcé de modifier profondément les relations entre le compositeur, l'interprète et le public. Il est, en octobre 1971, l'un des premiers inscrits dans la classe de composition que vient d'ouvrir Henri Pousseur au Conservatoire de Liège. Il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-robert/#i_35090

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « POUSSEUR HENRI - (1929-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-pousseur/