POUSSEUR HENRI (1929-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poids de l'histoire

En 1970, Pousseur signe Crosses of Crossed Colors, « in memoriam Martin Luther King », où une voix de femme, sous la trame sonore de deux à cinq pianos, fait entendre le discours d'un chef indien, des textes sur l'esclavage et sur la discrimination raciale. Des paroles et une musique qui se voient elles-mêmes superposées à six sources sonores réelles (deux magnétophones, deux tourne-disques et deux récepteurs radio qui diffusent notamment diverses musiques populaires). Ce réquisitoire contre le racisme – où l'émotion et la signifiance du propos humaniste entrent pleinement en adéquation avec l'organisation sonore – est une ré-élaboration de Couleurs croisées.

Pousseur est maintenant en pleine possession des deux concepts fondamentaux de son écriture, théorisés au début des années 1960 : l'harmonie et la périodicité « généralisées » (dans laquelle les différents niveaux structurels d'une forme musicale subissent une évolution analogue à une onde, sinusoïdale ou non), qui s'appuient sur une pensée sérielle et usent de l'aléatoire sans renier la maîtrise du matériau ni celui de la composition. Il applique ces théories à l'ossature de ses Éphémérides d'Icare 2, pour soliste et ensemble (1970), où il tisse des réseaux harmoniques variables laissant les figures spécifiques qui en constituent la « surface auditive » à l'initiative des instrumentistes ; cette partition remarquable révèle de nombreuses facettes de la personnalité de Pousseur : l'aspect fondamentalement trans-historique de sa pensée musicale, le dialogue que celle-ci fait naître dans son écriture, l'importance qui est accordée aux interprètes : les processus de composition employés confèrent de nombreuses libertés à l'expression et à l'invention, les instrumentistes ayant la faculté de procéder à des extensions et insertions musicales, grâce à un système singulier d'improvisation. Cette ouverture, qui manifeste la volonté d'abolir les frontières entre créateur et interprètes, repose sur une pensée politique et sociologique : elle suscite une réflexion sur les hiérarchies et les inégalit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  POUSSEUR HENRI (1929-2009)  » est également traité dans :

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 114 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Improvisation et aléa »  : […] Dans les années cinquante, en Amérique, Earle Brown, Morton Feldman, John Cage brisent le concept d'œuvre envisagée comme objet d'art « fini », déterminée par le contrôle « absolu » du compositeur sur l'écriture. L'indétermination va contaminer jusqu'à l'acte même de création. Ainsi, la responsabilité face au résultat sonore, face à la partition écrite se voit remise en question et, avec elle, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/improvisation-musicale/#i_35090

ROBERT JEAN-LOUIS (1948-1979)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 013 mots

Pianiste, compositeur et pédagogue belge, Jean-Louis Robert, né en 1948 à Haine-Saint-Pierre (Hainaut), mort en mai 1979 dans un accident de voiture, s'est efforcé de modifier profondément les relations entre le compositeur, l'interprète et le public. Il est, en octobre 1971, l'un des premiers inscrits dans la classe de composition que vient d'ouvrir Henri Pousseur au Conservatoire de Liège. Il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-robert/#i_35090

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « POUSSEUR HENRI - (1929-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-pousseur/