POUSSEUR HENRI (1929-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Citations et collages

Une autre particularité va devenir comme la signature de Pousseur : l'emprunt du matériau de certaines de ses pièces, qu'il développe de façon nouvelle ; cette démarche (proche du work in progress) induit le terme « œuvres satellites » pour qualifier ces partitions reliées entre elles par un noyau commun originel. Ainsi en est-il, à partir de Votre Faust, de Miroir de Votre Faust, pour piano et soprano ad libitum (1964-1965), de Portail de Votre Faust (1960-1966 ; extraits de Votre Faust exécutés en concert), de Jeux de miroirs de Votre Faust (1966-1967), d'Échos de Votre Faust, pour voix de femme, flûte, violoncelle et piano (1969), de Parade de Votre Faust, pour orchestre (1974), des Ruines de Jeruzona, pour chœur mixte et « section rythmique » (1978), de La Passion selon Guignol, pour quatuor vocal électrifié et orchestre (1981), d'Aiguillages au carrefour des Immortels, pour 16 ou 17 instruments solistes (2002), d'Il sogno di Leporello (Leporellos Traum), pour orchestre (2005).

De 1964 à 1966, Pousseur compose Apostrophe et six Réflexions, pour piano, et, en 1967, toujours avec Butor, Couleurs croisées, pour grand orchestre. Cette dernière page, immense fresque sonore se développant à partir du chant intégrationniste américain We Shall Overcome, emblématique des mouvements pour les droits civiques, consacre (et cela, avant l'achèvement définitif de Votre Faust) l'éclatante viabilité de son concept d'harmonie généralisée : son langage harmonique évolue du chromatisme à la consonance grâce à des transformations qui mettent en jeu la monodie, l'homophonie, l'antiphonie et la polyphonie. Mnémosyne, « monodie pour voix ou instrument solo ou chœur à l'unisson » (1968), tirera de ce singulier concept un système d'improvisation conçu afin d'articuler et de développer une... mélodie. Pousseur développera ce système d'improvisation dans Mnémosyne II, pour effectif variable (1969), sous-titré « système d'improvisation individuelle ou collective sur la base de Mnémosyne », [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  POUSSEUR HENRI (1929-2009)  » est également traité dans :

IMPROVISATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD, 
  • Alain FÉRON, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 114 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Improvisation et aléa »  : […] Dans les années cinquante, en Amérique, Earle Brown, Morton Feldman, John Cage brisent le concept d'œuvre envisagée comme objet d'art « fini », déterminée par le contrôle « absolu » du compositeur sur l'écriture. L'indétermination va contaminer jusqu'à l'acte même de création. Ainsi, la responsabilité face au résultat sonore, face à la partition écrite se voit remise en question et, avec elle, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/improvisation-musicale/#i_35090

ROBERT JEAN-LOUIS (1948-1979)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 013 mots

Pianiste, compositeur et pédagogue belge, Jean-Louis Robert, né en 1948 à Haine-Saint-Pierre (Hainaut), mort en mai 1979 dans un accident de voiture, s'est efforcé de modifier profondément les relations entre le compositeur, l'interprète et le public. Il est, en octobre 1971, l'un des premiers inscrits dans la classe de composition que vient d'ouvrir Henri Pousseur au Conservatoire de Liège. Il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-robert/#i_35090

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « POUSSEUR HENRI - (1929-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-pousseur/