Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HENRI III (1551-1589) roi de France (1574-1589)

Ayant d'abord reçu le titre de duc d'Angoulême et les prénoms d'Alexandre-Édouard, auxquels sa mère Catherine de Médicis substitua en 1565 celui d'Henri, en souvenir de son père Henri II, Henri fut duc d'Orléans (1560) puis d'Anjou (1566) avant de succéder sous le nom d'Henri III à son frère, Charles IX, décédé le 31 mai 1574.

Celui qui devait être le dernier des rois Valois grandit à Amboise, avec Jacques Amyot et François de Carnavalet pour précepteurs. Nommé lieutenant général en novembre 1567, il remporte, sur les protestants avec le maréchal de Tavannes, les batailles de Jarnac (15 avr. 1569) où le prince de Condé trouve la mort, et de Moncontour (3 oct. 1569) où l'amiral de Coligny est blessé. Chef du parti catholique, il est aux côtés de Catherine de Médicis quand se prépare le massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572). Il conduisait le siège de La Rochelle où s'étaient réfugiés les huguenots lorsqu'il apprit qu'il venait d'être élu roi de Pologne le 10 mai 1573, sa candidature ayant été soutenue auprès de la Diète par l'évêque de Valence, Jean de Monluc et, en sous main, par les Turcs. Parti de Fontainebleau au début d'octobre 1573, il est couronné (21 févr. 1574) au château du Wawel à Cracovie, qu'il quitte en secret le 18 juin pour regagner la France par l'Autriche, Venise et la Savoie. Sacré à Reims le 13 février 1575, il y épouse, le 15, Louise de Vaudémont dont il n'aura pas d'enfant.

Assassinat de Henri III - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Assassinat de Henri III

Pendant les quinze ans de son règne, Henri III, fils préféré de Catherine, doué de l'intelligence la plus vive, eut au plus haut point le sens de l'État, mais s'est trouvé confronté aux pires difficultés, multipliant les efforts pour rétablir la paix, à Beaulieu (1576) et, après la première Ligue, dont il a pris la tête, et les premiers états généraux de Blois (1576-1577), à Bergerac (1577) et à Fleix (1580). Il crée l'ordre du Saint-Esprit (31 déc. 1578) mais après la mort de François, duc d'Alençon puis d'Anjou, son frère et son mauvais génie (1584), il doit faire front contre Henri, roi de Navarre et, après la journée des Barricades (12 mai 1588), contre Henri, duc de Guise, qu'il fait assassiner à Blois (23 déc. 1588). Réconcilié avec Henri de Navarre, il tentait avec lui de reprendre Paris, alors aux mains des ligueurs, lorsqu'il fut assassiné par le dominicain Jacques Clément, à Saint-Cloud, le 1er août 1589.

— Michel FRANÇOIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, directeur de l'École nationale des chartes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Assassinat de Henri III - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Assassinat de Henri III

Autres références

  • CATHERINE DE MÉDICIS (1519-1589) reine de France

    • Écrit par Michel FRANÇOIS
    • 777 mots
    • 2 médias

    Née à Florence, Catherine de Médicis n'avait pas deux mois lorsqu'elle perdit successivement sa mère, Madeleine de La Tour d'Auvergne, comtesse de Boulogne, et son père Laurent II de Médicis, duc d'Urbino. Elle passe ses premières années à Rome sous la protection de son cousin le cardinal Jules...

  • CODIFICATION

    • Écrit par Guy BRAIBANT
    • 6 903 mots
    • 1 média
    ...furent ainsi élaborés et publiés. Au siècle suivant, selon des demandes formulées lors des états généraux d'Orléans en 1560 et de Blois en 1576, Henri III décidait, par une ordonnance de Blois de 1579, qu'un recueil complet des édits et ordonnances – ce qui correspondrait aujourd'hui aux...
  • GUISE LES

    • Écrit par Jean MEYER
    • 753 mots
    • 2 médias

    Issus de la branche cadette de la maison ducale de Lorraine, dont ils se sont détachés avec Claude Ier, fils du duc René II, au début du xvie siècle, les Guise dominent la vie politique française du milieu et de la seconde partie du xvie siècle avec les deux frères : François Ier de...

  • MARGUERITE DE VALOIS, dite LA REINE MARGOT (1553-1615) reine de France

    • Écrit par Michel FRANÇOIS
    • 361 mots
    • 1 média

    Il est peu de princesses de France qui aient autant défrayé la chronique de leur époque et alimenté si généreusement une littérature prétendument historique que Marguerite de Valois, restée célèbre sous le nom de « reine Margot ». Fille d'Henri II et de Catherine de Médicis,...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi