SAINT-BARTHÉLEMY (1572)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par son retentissement européen, en particulier sur l'opinion protestante, que l'événement secoue plus encore que la nouvelle du massacre des garnisons françaises de Floride par les Espagnols (1565), par sa valeur de test sur la morale politique des siècles ultérieurs, le massacre de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572, constitue l'une des grandes dates de l'histoire européenne du xvie siècle. Il concrétise, et l'on comprend dès lors la satisfaction de Philippe II, le fait que la monarchie française se démarque du protestantisme mais aussi que la France sombre irrévocablement dans une inexpiable guerre civile.

Saint-Barthélemy, 24 août 1572

Saint-Barthélemy, 24 août 1572

Photographie

François Dubois (1790-1871), Le Massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572). Détail. Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

On peut pourtant se demander si la partie n'était pas déjà jouée au cours de la décennie précédente. Beaucoup d'historiens tendent, en effet, à croire que l'apogée du protestantisme français se situe entre 1550 et 1570. Dès lors, les guerres de religion ne seraient, du côté protestant, que le moyen de pallier les effets d'une influence sur son déclin. Quoi qu'il en soit, la paix de Saint-Germain en 1570 a permis à l'amiral de Coligny d'entrer au Conseil royal et d'acquérir un ascendant de plus en plus marqué sur l'esprit de Charles IX, qui échappe ainsi à la double influence des Guise et de la reine mère. Or la politique de Coligny vise à la réconciliation des Français par la guerre anti-espagnole, en vue de les engager dans une lutte commune pour soutenir les Pays-Bas insurgés. Il en résulte une alliance de fait entre Catherine de Médicis et les Guise contre l'amiral. Les mobiles de la Florentine sont complexes : outre son désir de dominer son fils et son goût invétéré pour le pouvoir, il faut peut-être aussi faire entrer en ligne de compte, au-delà du jeu des combinazioni successives, la raison d'État, fondée sur le sentiment que le roi ne peut mener une politique qui ne s'appuierait pas sur [...]


Médias de l’article

Saint-Barthélemy, 24 août 1572

Saint-Barthélemy, 24 août 1572
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Henri de Guise

Henri de Guise
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  SAINT-BARTHÉLEMY (1572)  » est également traité dans :

COLIGNY GASPARD DE CHÂTILLON sire de (1519-1572) amiral français

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 515 mots

Fils de Gaspard de Coligny, seigneur de Châtillon, et de Louise de Montmorency, Gaspard de Coligny a pour frère aîné le cardinal Odet de Coligny (1517-1571) et pour frère cadet François, dit d'Andelot (1521-1569). C'est, vers 1560, avant sa conversion au protestantisme, un homme de guerre célèbre. Il participe en 1544 à la victoire de Cérisoles et se jette en 1557 dans Saint-Quentin assiégé. En 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaspard-de-coligny/#i_21547

GRÉGOIRE XIII UGO BONCOMPAGNI (1502-1585) pape (1572-1585)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 506 mots

Né le 7 juin 1502 à Bologne, Ugo Boncompagni fait ses études à l'université de la ville, où il enseigne la jurisprudence de 1531 à 1539. Expert en droit canon, il est envoyé par Pie IV au concile de Trente en 1561 et y reste jusqu'en 1563. Pie IV le nomme cardinal en 1565 et l'envoie comme légat en Espagne. À la mort de Pie V, Boncompagni est élu pape le 14 mai 1572 et prend le nom de Grégoire X […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ugo-gregoire-xiii/#i_21547

GUERRES DE RELIGION EN FRANCE, en bref

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 220 mots
  •  • 1 média

L'essor du calvinisme durant le règne de Henri II aboutit à une crise pour la monarchie, dès lors qu'une large part de la noblesse rejoint le camp réformé et que la politique d'apaisement et de compromis religieux menée par la reine mère Catherine de Médicis et le chancelier Michel de L'Hospital échoue, au concile national de Poissy (1561). Après le massacre de villageois protestants à Wassy en 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion-en-france-en-bref/#i_21547

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 619 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Catholiques et protestants en France »  : […] Au cours des guerres de religion de la seconde moitié du xvi e  siècle, gueux et réformés français s'entraidèrent souvent, la France étant, elle aussi, désolée par les troubles intérieures. Dans le royaume, les conflits armés commencèrent officiellement avec le massacre, par les gens de François de Guise, de soixante-quatorze protestants qui assistaient à un prêche à Vassy (mars 1562). Au vrai, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_21547

Pour citer l’article

Jean MEYER, « SAINT-BARTHÉLEMY (1572) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-barthelemy/