SAINT-ESPRIT ORDRE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Henri III, roi de France et de Pologne, fonda l'ordre et milice du benoît Saint-Esprit en décembre 1578. L'ordre était destiné à fortifier la foi et la religion catholique, à restaurer le royaume déchiré dans sa splendeur ; le roi voulait raffermir ses liens avec une noblesse turbulente et pallier la décadence de l'ordre de Saint-Michel. Le Saint-Esprit fut choisi comme patron car Henri III avait été élu roi de Pologne et était devenu roi de France le jour de la Pentecôte.

Premier ordre du royaume, le Saint-Esprit était réservé à cent membres catholiques nommés par le roi. À leur baptême, les fils de France (et même les infants d'Espagne) recevaient cordon et plaque (les colliers de Saint-Michel et du Saint-Esprit autour de l'écu aussi), mais n'étaient reçus chevaliers qu'après leur première communion. Chef et souverain, grand maître des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit, le roi n'avait le droit de conférer le Saint-Esprit qu'après son sacre, mais Henri IV, Louis XIV et Louis XV, ainsi que Louis XVIII passèrent outre. Le siège de l'ordre était l'église des Grands-Augustins de Paris, mais les chapitres eurent lieu à Versailles à partir du règne de Louis XIV et aux Tuileries sous la Restauration. En or émaillé, le collier remis aux nouveaux chevaliers était orné de langues de feu rappelant la Pentecôte et d'H rappelant son fondateur ; la croix d'or, à huit pointes et cantonnée de fleurs de lys, portait à son avers une colombe rayonnante et à son revers l'effigie de Saint-Michel. La Révolution abolit les ordres sauf celui de Saint-Louis qui devint décoration militaire (30 juill.-6 août 1791, confirmée par le préambule de la Constitution du 3 sept. 1791) ; ses biens furent aliénés (17-28 mars 1792). Louis XVIII donna les ordres en exil autant que sur le trône, parfois à des souverains orthodoxes et même protestants, ne réclamant plus aucune preuve [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-ESPRIT ORDRE DU  » est également traité dans :

VALOIS

  • Écrit par 
  • Michel FRANÇOIS
  •  • 3 964 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un nouvel art de vivre »  : […] Avant d'être entraînés dans le malheur, les Valois de Louis XII à Henri II ont eu cette chance de pouvoir attacher leur nom à la Renaissance, au développement de laquelle ils ont puissamment et personnellement contribué ; en s'entourant, au-delà des hommes de gouvernement, d'un cortège de lettrés et d'artistes, ils ont créé cette véritable institution qu'est la cour, dont Clément Marot dira qu'ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valois/#i_45374

Pour citer l’article

Hervé PINOTEAU, « SAINT-ESPRIT ORDRE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-du-saint-esprit/