ANJOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancienne province de France dont l'essentiel a formé le département du Maine-et-Loire (chef-lieu : Angers). Riche en vestiges néolithiques, l'Anjou était peuplé par les Andes au temps de César. Dans la seconde moitié du ixe siècle, il souffre particulièrement des pillards normands installés à l'entrée de la Loire et contre qui s'illustre Robert le Fort, comte d'Angers. Le fils de Robert, devenu roi de France, nomme un vicomte dont le fils, Foulque le Roux, prend le titre de comte d'Anjou en 929 ; c'est le fondateur de la première dynastie angevine. La figure la plus remarquable est ensuite celle de Foulque Nerra (987-1040). Rude conquérant, il annexe à l'Anjou les Mauges et le Saumurois au sud de la Loire. Il établit sa domination sur la Touraine, et son fils, Geoffroy Martel (1040-1060), obtient le Maine. Ensuite, après une éclipse, due surtout à l'anarchie de ses vassaux, la maison d'Anjou réorganise le comté. En même temps, les défrichements, origine du bocage dans l'Ouest, l'essor des foires, les nouveaux bourgs, la croissance d'Angers sont autant de signes de prospérité. Vers le milieu du xiie siècle, l'Anjou est un puissant État féodal.

Mais la fortune de ses comtes devait détruire son autonomie. On sait qu'Henri Plantagenêt, fils de Mathilde d'Angleterre et mari d'Aliénor d'Aquitaine, étendit son empire de l'Écosse aux Pyrénées. L'Anjou n'en demeurait pas moins fief de la couronne de France : Philippe Auguste le confisque à Jean sans Terre en 1202, puis l'occupe. Il est donné en apanage en 1246 à Charles, frère de Saint Louis, et fait partie d'un deuxième empire angevin centré sur la Méditerranée. Réuni à la couronne à l'avènement des Valois (1328), il est érigé en duché en 1360 pour Louis, fondateur des Valois-Anjou qui s'éteindront avec le roi René (1480). Malgré les misères atroces accumulées par la guerre de Cent Ans et malgré les difficultés du roi de Sicile, l'Anjou connaît à la fin du Moyen Âge sa période la plus brillante : la prospérité renaît, les libertés locales sont défendues, en particulier contre la fiscalité royale, par l'administration du bon roi René. Celui-ci, ami des arts et des lettres, s'entoure d'une cour fastueuse à Angers et, bientôt imité, embellit ses châteaux du Val de Loire. L'université d'Angers atteint son apogée.

Après l'annexion à la Couronne en 1480, le mouvement se poursuit. L'Anjou, illustré par Joachim du Bellay et Jean Bodin, est l'un des fiefs français de la Renaissance et de l'humanisme. Mais bientôt il est déchiré par les guerres de religion. La Saint-Barthélemy a ses prolongements à Angers et à Saumur « tellement que les huguenotz n'eurent du bon à la nopce » selon le mot d'un catholique. Aux xviie et xviiie siècles, le particularisme provincial semble avoir disparu, si l'on excepte la révolte d'Angers pendant la Fronde. Dès 1618, l'Anjou est rattaché à la généralité de Tours. Il participe comme tout l'Ouest aux expéditions au Canada ou aux « Îles à sucre ». Il est connu pour ses vins, ses toiles de lin, ses cordages et ses voiles de chanvre, ses ardoisières. Mais à l'ouest, les bocages des Mauges et du Craonnais restent très isolés, leur hostilité aux interventions du gouvernement en font une pépinière de faux sauniers puis, en 1793, le plus actif foyer de la Contre-Révolution. Ils sont le théâtre de la tragique épopée de l'armée catholique et royale, suivie par les hauts faits, auréolés de légende, des insaisissables chouans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification

Autres références

«  ANJOU  » est également traité dans :

ANGERS

  • Écrit par 
  • François MADORÉ
  •  • 652 mots
  •  • 1 média

Angers est le chef-lieu du département du Maine-et-Loire. C'est la deuxième aire urbaine ligérienne, avec 403 765 habitants (recensement de 2012), au vingt-deuxième rang national ; la commune elle-même compte 153 472 habitants. Après un accroissement rapide entre 1990 et 1999, sa population décline lentement depuis quelques années. La ville est installée sur la rive gauche de la Maine, à proximité […] Lire la suite

ANGEVIN EMPIRE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 508 mots
  •  • 4 médias

De 1154 au début du xiii e siècle, sous l'égide des rois d' Angleterre issus de la maison d' Anjou, un « empire », fait en réalité de la juxtaposition de terres de pleine souveraineté et de fiefs tenus de princes étrangers, paraît dominer l'ouest de l'Europe . Ce Channel State est aussi remarquable par sa puissance d'un moment que par la relative rapidité de son érosion. […] Lire la suite

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Les succès et leurs causes »  : […] Au milieu de terribles épreuves, la lutte contre l'étranger a apporté à la monarchie un soutien inappréciable, celui du sentiment national. La remontée démographique et économique qui s'amorçait permit alors à Charles VII et à son fils et successeur Louis XI (1461-1483) d'accélérer le retour aux progrès monarchiques. L'unité territoriale de la France et l'agrandissement du domaine royal s'accompli […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel LLOBET, « ANJOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anjou/