MEMLING HANS (1435 env.-1494)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les étapes d'une floraison

Les premières années, les plus décisives, de Memling à Bruges demeurent obscures malgré les tentatives des critiques d'y reléguer les compositions encore trop symétriques ou anguleuses (Crucifixion, Vicence ; Vierge trônant, Kansas City ; Martyre de saint Sébastien, Bruxelles, où perce une influence passagère de Thierry Bouts) ou trop denses (Diptyque, Munich). Et cependant, lorsque son œuvre émerge soudain, en 1470, dans la pleine clarté d'une chronologie précise, elle manifeste d'emblée une totale maîtrise des moyens d'expression. Après la Passion synoptique de Turin (1470), surgit le monumental Jugement dernier de Dantzig, chef-d'œuvre complet, d'une force dramatique encore inégalée. Quelques années plus tard sans doute se place le Triptyque Donne (Londres) où s'affirment déjà le rythme assoupli et la maîtrise de l'expression de l'espace qui caractériseront la période d'apogée, dominée par le Retable des saints Jean, dit Mariage mystique de sainte Catherine (1479, Bruges), le Retable de Jean Floreins (1479, Bruges), Les Joies de la Vierge (1478-1480, Munich), l'Annonciation Lehman (1482, New York), le Retable Moreel (1484, Bruges), où s'épanouit un style sûr, ample et d'une harmonie que l'on peut qualifier de classique. Il ne semble pas que Memling soit allé plus loin, si ce n'est dans le portrait. Un évident souci de plaire édulcore quelque peu ses ultimes compositions religieuses, conçues comme des enluminures (Châsse de sainte Ursule ; Diptyque de Jean du Celier, Paris) ou enjolivées de motifs décoratifs du Quattrocento, dont elles sont la première apparition en Flandre (Vierge au trône, Vienne et Florence ; Résurrection, Paris). L'artiste apparaît un peu à court de souffle lorsqu'il aborde le grand Retable de la Passion de Lübeck (1491), où l'on soupçonne d'ailleurs la collaboration d'assistants.

Le Mariage mystique de sainte Catherine, H. Memling

Le Mariage mystique de sainte Catherine, H. Memling

Photographie

Hans Memling (1435 env.-1494), Le Mariage mystique de sainte Catherine,ou Retable des deux saints Jean, triptyque, 1479. Musée Memling, Bruges, Belgique. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les Saintes Femmes et saint Jean-Baptiste, H. Memling

Les Saintes Femmes et saint Jean-Baptiste, H. Memling

Photographie

Hans Memling, «Les Saintes Femmes et saint Jean-Baptiste», panneau de droite du diptyque «La Descente de Croix», vers 1475. Huile sur bois, 53,8 cm × 38,3 cm. Capilla Real, Grenade. 

Crédits : J. Martin/ AKG

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

La Châsse de sainte Ursule, H. Memling

La Châsse de sainte Ursule, H. Memling
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Mariage mystique de sainte Catherine, H. Memling

Le Mariage mystique de sainte Catherine, H. Memling
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les Saintes Femmes et saint Jean-Baptiste, H. Memling

Les Saintes Femmes et saint Jean-Baptiste, H. Memling
Crédits : J. Martin/ AKG

photographie

Portrait de Sibylla Sambetha, H. Memling

Portrait de Sibylla Sambetha, H. Memling
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie





Écrit par :

  • : chef de travaux à l'Institut royal du patrimoine artistique, Bruxelles, Belgique

Classification


Autres références

«  MEMLING HANS (1435 env.-1494)  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La peinture flamande »  : […] L'auteur des tapisseries d'Angers est originaire de Bruges. Quelques années plus tard, on assiste dans cette ville à la somptueuse éclosion de la peinture flamande, qui rivalise avec l'art de la première Renaissance italienne. Les deux frères Hubert et Jean van Eyck, peintres de la cour de Philippe le Bon, s'inspirent de l'Apocalypse pour composer le Retable de l'Agneau mystique , entre 1420 et 14 […] Lire la suite

DAVID GÉRARD (entre 1450 et 1460-1523)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 081 mots

L'un des principaux peintres de Bruges après Memling (mort en 1494), Gérard David est pour tout dire le dernier grand primitif flamand. Reçu franc maître dans la gilde des peintres de Bruges dès 1484, il reste, à l'égal d'un Memling, étroitement lié au renom et à l'histoire de cette ville, au point que sa peinture, sédative et si gravement mûrie, nous paraît typique d'un certain goût brugeois pour […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réapparaît dès les années 1380 dans toutes les cours europ […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline FOLIE, « MEMLING HANS (1435 env.-1494) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-memling/