MEMLING HANS (1435 env.-1494)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La conquête de l'harmonie

Toute approche quelque peu attentive de l'art de Memling en révèle à la fois la permanence et la profonde originalité. Dès le début se dégage une symbiose étonnante entre sa vision et celle de l'école dans laquelle il va se fondre. L'assimilation des formes créées par ses devanciers lui est même d'autant plus aisée qu'il demeure étranger à l'esprit qui les anime si différemment. Son art apparaît dès lors surtout comme l'aboutissement des conquêtes formelles de son siècle. Le style harmonieux et en apparence facile dans lequel il les intègre fait parfois passer Memling pour un aimable éclectique impuissant à se libérer de la tradition. Et cependant son œuvre montre à l'évidence l'originalité de sa vision et des solutions qu'il propose aux problèmes de l'espace et de la lumière.

Le portrait, genre dans lequel il rejoint les plus grands, est aussi celui où il est le plus progressiste. Dégagé peu à peu du fond sombre dont il était jusqu'alors inséparable (Bruges, Florence, Londres, New York), le modèle est placé près d'une fenêtre (Bruges, Chicago, Francfort, Lugano, New York) ou dans une galerie (Berlin, Paris, Bruxelles, Florence) pour ne plus se détacher bientôt que sur un paysage libre (Anvers, Bâle, Bruxelles, Copenhague, Florence, La Haye, Montréal, Venise) comme on commençait à le faire en Italie. Des thèmes peu traités par ses aînés et apparemment d'inspiration italienne deviennent l'objet de sa prédilection : Saintes Conversations, Vierges en majesté entourées d'anges, Vierges en buste sur fond de paysage. Il humanise jusqu'aux thèmes les plus usés (Annonciation Lehman ; Vierge au donateur, Ottawa), et certaines de ses œuvres comptent parmi les plus insolites de l'école (polyptyque portatif, Strasbourg ; Bethsabée, Stuttgart ; volets de fiançailles, New York-Rotterdam). Les plans du tableau s'articulent avec une aisance accrue, et l'espace s'amplifie dans une lumière diffuse favorisée par un éclaircissement des couleurs. Cette nouvelle dimension spatiale, surtout évidente dans les Saintes Conversations, situées dans une galerie ouverte de toutes parts sur un vaste paysage, et dans les portraits, a pour effet d'atténuer la tension des scènes et des personnages en les intégrant dans un espace qui les prolonge.

Portrait de Sibylla Sambetha, H. Memling

Photographie : Portrait de Sibylla Sambetha, H. Memling

Hans Memling, «Portrait d'une jeune femme», dit «Portrait de Sibylla Sambetha», 1480. Huile sur bois, 46,5 cm × 35,2 cm. Memlingmuseum, Bruges. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

L'harmonie à laquelle Memling a accédé très tôt est l'effet d'une épuration constante qu'il s'impose en artiste en pleine possession des ressources de son art. Cette obsession de la perfection formelle le porte à atténuer les arêtes vives, les contours trop nets, les lignes tourmentées, les gestes trop violents, dans une incessante recherche d'élégance et de clarté. Mais cette démarche est loin d'être purement intellectuelle. Le dessin préparatoire du Jugement dernier de Dantzig, par exemple, apparu aux rayons infrarouges, révèle un Memling insoupçonné, aux ressources inventives innombrables, étonnamment libre dans l'exécution de formes et de mouvements qu'il étudie par approches successives avant de choisir la plus expressive et la plus harmonieuse. Ce Memling-là ne doit rien qu'à lui-même ; il est le plus attachant, parce que dégagé du mythe d'une perfection toute faite.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

La Châsse de sainte Ursule, H. Memling

La Châsse de sainte Ursule, H. Memling
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Mariage mystique de sainte Catherine, H. Memling

Le Mariage mystique de sainte Catherine, H. Memling
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les Saintes Femmes et saint Jean-Baptiste, H. Memling

Les Saintes Femmes et saint Jean-Baptiste, H. Memling
Crédits : J. Martin/ AKG

photographie

Portrait de Sibylla Sambetha, H. Memling

Portrait de Sibylla Sambetha, H. Memling
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef de travaux à l'Institut royal du patrimoine artistique, Bruxelles, Belgique

Classification

Autres références

«  MEMLING HANS (1435 env.-1494)  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La peinture flamande »  : […] L'auteur des tapisseries d'Angers est originaire de Bruges. Quelques années plus tard, on assiste dans cette ville à la somptueuse éclosion de la peinture flamande, qui rivalise avec l'art de la première Renaissance italienne. Les deux frères Hubert et Jean van Eyck, peintres de la cour de Philippe le Bon, s'inspirent de l'Apocalypse pour composer le Retable de l'Agneau mystique , entre 1420 et 14 […] Lire la suite

DAVID GÉRARD (entre 1450 et 1460-1523)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 081 mots

L'un des principaux peintres de Bruges après Memling (mort en 1494), Gérard David est pour tout dire le dernier grand primitif flamand. Reçu franc maître dans la gilde des peintres de Bruges dès 1484, il reste, à l'égal d'un Memling, étroitement lié au renom et à l'histoire de cette ville, au point que sa peinture, sédative et si gravement mûrie, nous paraît typique d'un certain goût brugeois pour […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 852 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réapparaît dès les années 1380 dans toutes les cours europ […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 710 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline FOLIE, « MEMLING HANS (1435 env.-1494) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-memling/