BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les séjours à Strasbourg et à Fribourg-en-Brisgau

En 1509, Baldung s'établit à Strasbourg. En peu de temps, il s'est fait un nom comme peintre ; estimé comme citoyen, il devint même plus tard membre du conseil de la ville.

Son tempérament fougueux, sa fantaisie et son imagination sont inépuisables. Presque chaque année, il exécute des gravures sur bois et des illustrations de livres. À côté des sujets religieux, son attention se concentre de plus en plus sur des thèmes profanes. Les allégories, pleines de spiritualité ainsi que de diabolisme, révèlent le cercle d'humanistes avec lequel il était lié. Les Trois Âges de la femme et la Mort (Kunsthistorisches Museum, Vienne), vers 1510, en est un exemple. La beauté du corps humain y est confrontée avec l'image effroyable de la Mort, représentée comme un cadavre qui rappelle l'allégorie de la Vanitas, inspirée des danses macabres du Moyen Âge.

Les Trois Âges de la femme et la Mort, H. Baldung Grien

Photographie : Les Trois Âges de la femme et la Mort, H. Baldung Grien

Hans Baldung Grien (1484 env.-1545) : Les Trois Âges de la femme et la Mort. Triptyque, 198 cm X 147 cm chaque panneau. Version du musée du Prado, Madrid, Espagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Mais il reste également le peintre des thèmes religieux. À peu près à la même époque, il peint deux Crucifixion (Berlin et Bâle), une Messe de saint Grégoire (Museum of Arts, Cleveland, Ohio), une Nativité (Bâle) et plusieurs versions du Repos pendant la fuite en Égypte (Vienne et Nuremberg). Là encore, on remarque l'influence de Dürer, bien que chez Baldung la composition, maintenant claire, s'unit avec l'expression d'une spiritualité toute personnelle.

De 1512 à 1516, Baldung travaille à Fribourg-en-Brisgau. C'est là qu'il exécute son chef-d'œuvre, le retable du maître-autel de la cathédrale : au centre, le Couronnement de la Vierge, et sur les volets, Les Apôtres ; à l'extérieur se trouvent des scènes de la vie de la Vierge, L'Annonciation, La Visitation, La Nativité et la Fuite en Égypte ; au revers, la Crucifixion, quatre Saints et Les Donateurs.

C'est un des rares exemples de retable monumental conservé intact à l'emplacement original. La composition, et surtout la hardiesse des effets de lumière s'inspirent de Grünewald qui travaille à cette époque à Issenheim. Les mêmes tendances expressives se retrouvent dans La Déploration du Christ (Berlin), exécutée vers 1516. Toujours pour la cathédrale de Fribourg, il peignit, vers 1514-1515, les deux volets du retable Schnewlin : Le Baptême du Christ et Saint Jean à Patmos (Fribourg).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Le Chevalier, la Jeune Fille et la Mort, H. Baldung Grien

Le Chevalier, la Jeune Fille et la Mort, H. Baldung Grien
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Portrait d'homme jeune, H. Baldung Grien

Portrait d'homme jeune, H. Baldung Grien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Ève, H. Baldung Grien

Ève, H. Baldung Grien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Adam, H. Baldung Grien

Adam, H. Baldung Grien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545)  » est également traité dans :

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 082 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le fantastique insinué »  : […] Les récits des mythologies et les mystères des religions ne sont pas en eux-mêmes sources suffisantes de l'intrusion fantastique, et cela précisément parce que le merveilleux y est installé de droit divin et que tout y est par principe prodige ou miracle. Il semble pourtant injuste et, en fait, inexact de ne pas admettre qu'un élément étranger ou rebelle peut venir s'y greffer et réussir en quelqu […] Lire la suite

HOLBEIN LES

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 608 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les composantes d'un style »  : […] Hans Holbein le Jeune a certainement reçu sa formation initiale auprès de son père. L'abondance des éléments d'architecture italienne dans ses premières œuvres a fait supposer un voyage à Côme ou à Milan, mais il aurait pu se familiariser avec ces motifs à Augsbourg, un voyage en Italie plus tardif restant toutefois probable. Par le rôle qu'il leur assigne, par exemple dans le Diptyque du Christ […] Lire la suite

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 004 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les artistes et la physiognomonie »  : […] La physiognomonie s'est constituée à l'origine en dehors de tout rapport avec les arts plastiques. Mais à partir du moment où les auteurs décidèrent d'illustrer leurs traités, ils devinrent étroitement tributaires des artistes. Certaines des têtes de Cocles et d'Indagine sont manifestement tirées de tableaux et de gravures. Della Porta a reproduit des bustes antiques et des portraits modernes (Pic […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thomas Wolfgang GAEHTGENS, « BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-baldung-grien/