HABITATL'habitation africaine au sud du Sahara

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Habitat et société ; habitation, confort et beauté

En Afrique, les « cubes » de construction varient, en taille et en nombre, en fonction de nombreux paramètres sociaux : le cliché de la « case ronde de 2 mètres de diamètre » est inexact, tant sont fortes les variations locales de plan et parfois d'élévation. Partout, cependant, les « cubes » de vie individuelle – il faut entendre par ce mot la plus petite cellule de vie concevable dans un organisme d'ensemble : deux, trois personnes le plus souvent – se regroupent en concessions (compounds en anglais) qui reflètent à la fois la parenté, le goût et la nécessité d'une vie conviviale entre parents, les formes diverses du mariage, d'héritage, des activités économiques très différentes. Dans ces concessions, la vie du groupe s'organise autour de quelques centres forts : la demeure de l'homme dominant, la cour centrale, l'enclos de protection du gros bétail ; autour de ceux-ci et selon les cas, tous les autres « cubes » sont implantés selon des dispositifs très variables : demeures « individuelles » hiérarchisées, greniers, poulaillers, etc. La concession est réaménagée régulièrement, en fonction des besoins du groupe qui l'a créée ; elle cesse d'être utilisable en cas de trop forte croissance démographique et entraîne la segmentation en d'autres groupes créateurs de nouvelles concessions ; elle peut aussi, par bourgeonnements proximaux, si l'espace ne lui est pas compté, constituer des ensembles, séparés par des cloisons, mais gardant une forme quelconque de parenté. Ce mode d'agencement est grand consommateur de superficies ; d'autant plus qu'on ajoute aux lieux de la vie quotidienne des humains ceux de leur production – jardins, terrains de parcours du bétail –, les points symboliques consacrés au religieux, les lieux de sépulture, les espaces réservés au passage des ancêtres – zones de contact avec l'invisible –, les lieux de réunion des vieillards ou des jeunes à initier ; ou encore un morceau, géré avec prudence, de forêt plus ou moins dense où ont lieu des activités essentielles à la vie du groupe. L'allure plus ou moins « éclatée », très étendue en superficie, des agglomérations africaines s'explique par là ; cet éclatement peut aller jusqu'à la dispersion des petits groupes de base – Lobi de Côte-d'Ivoire et du Burkina Faso ; Somba du Bénin et du Togo, habitants du Rwanda et du Burundi. Ces concessions peuvent aussi constituer des villes fortifiées – Yoruba du Nigeria – sans que changent fondamentalement, jusqu'à l'apparition des contraintes modernes – voirie, distribution d'électricité, d'eau –, des traditions longtemps satisfaisantes.

Toits sur bâtiments de plan rectangulaire (1)

Dessin : Toits sur bâtiments de plan rectangulaire (1)

Exemples de tressage de matériaux végétaux pour les parois extérieures des demeures : exemples pris dans l'ensemble de l'Afrique noire, d'après S. Denyer, « African Traditional Architecture », Londres, 1978. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Toits sur bâtiments de plan rectangulaire (2)

Dessin : Toits sur bâtiments de plan rectangulaire (2)

Exemples de tressage de matériaux végétaux pour les parois extérieures des demeures : exemples pris dans l'ensemble de l'Afrique noire, d'après S. Denyer, « African Traditional Architecture », Londres, 1978. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Architecture de terre, Mauritanie

Photographie : Architecture de terre, Mauritanie

Encadrement décoratif des niches et baie d'une maison mauritanienne en terre. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Les concessions ont des traits communs, plus ou moins développés en fonction de leur richesse et de leur puissance. L'un de ces traits consiste en une entrée unique, lieu de stationnement obligatoire pour les étrangers, située en fonction d'une symbolique de l'espace et prétexte à monumentalité et à décoration. La demeure « individuelle » est, elle-même, en situation symbolique et hiérarchique par rapport aux autres habitations, par rapport au corps humain, par rapport au monde invisible.

La beauté de la décoration externe et interne des demeures africaines est reconnue largement : lignes architecturales soulignées par des moulures de terre séparant des registres, à décor gravé dans la terre et peint, et des zones sans décor (Burkina Faso), peintures aux couleurs vives longtemps obtenues à partir de végétaux ou de minéraux locaux (de la Mauritanie à la Nubie, du Sénégal au Nigeria), décors de terre géométriques (Hausa) ou naturalistes (Côte-d'Ivoire), peints ou non, tressage des végétaux, mosaïques de coquillages, sculptures sur bois pour les linteaux, les portes et serrures, statues d'honneur entourant l'entrée des maisons nobles sont les témoignages variés de l'inventivité des constructeurs africains. Mais l'archéologie montre qu'il ne s'agit pas d'un goût récent ; elle montre aussi que le soin apporté dans toutes les demeures, aujourd'hui, à l'aménagement de sols damés et sains a été accompagné, dès le xie siècle, de la constitution de pavements de sol remarquables en pierres, tessons de poteries, coquillages, etc., dont il faudrait faire un inventaire complet.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Armatures de bois sur plan circulaire

Armatures de bois sur plan circulaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Armatures de tentes

Armatures de tentes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Toits sur bâtiments de plan circulaire (1)

Toits sur bâtiments de plan circulaire (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Toits sur bâtiments de plan circulaire (2)

Toits sur bâtiments de plan circulaire (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HABITAT  » est également traité dans :

HABITAT

  • Écrit par 
  • Pierre CENTLIVRES
  •  • 2 773 mots
  •  • 1 média

Il sera question ici de l'habitant autant que de l'habitation, des relations qui les unissent autant que des unités elles-mêmes. Il faut noter tout d'abord l'universalité du phénomène maison, compris non pas comme abri construit mais comme espace organisé, vécu et symboliquement marqué. Le type et l'organisation de la maison étant liés à la structure politique et économique […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat contemporain

  • Écrit par 
  • Georges CANDILIS, 
  • Pierre PIGANIOL
  •  • 8 146 mots
  •  • 1 média

Les besoins en logements neufs ont atteint, en France comme dans de nombreux autres pays, un niveau très élevé, en raison de la convergence de plusieurs facteurs : la vague démographique, le nombre des immeubles vétustes que l'on ne peut plus conserver, le ralentissement de la construction entre les deux guerres mondiales, les priorités accordées à juste titre à la reconstruction de l'appareil de […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat gréco-romain

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 6 563 mots
  •  • 16 médias

L'étude de l'architecture gréco-romaine s'est longtemps bornée aux bâtiments, surtout sacrés, que leur caractère monumental et leurs matériaux choisis avaient mieux conservés que les habitations, premières victimes de toutes les vicissitudes historiques. En dépit des découvertes faites depuis le milieu du xviiie siècle à Herculanum et […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat rural en Occident (XIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean CHAPELOT
  •  • 4 318 mots

Au Moyen Âge et dans l'Ancien Régime, le village a été le cadre habituel de vie de l'immense majorité de la population européenne. La maison rurale, quels que soient sa forme, ses matériaux, ses fonctions, a fortement marqué, non seulement la mentalité des populations contemporaines, mais aussi le paysage. Consciemment ou non, de manières différentes s […] Lire la suite

ABSALON ESHER MEIR dit (1964-1993)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc HUITOREL
  •  • 1 018 mots

L'artiste Esher Meir, dit Absalon, est né en 1964 à Ashdod en Israël. Il est mort à Paris en 1993. Sa carrière fulgurante aura duré à peine six années. Très vite connu et reconnu, il a produit une œuvre homogène et d'emblée identifiable, à la fois représentative de l'art au tournant des années 1980 et 1990, et très singulière, dont la forme essentielle touche à l'habitat. Ni architecte, ni design […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] La devise poétique des ancêtres fondateurs les appelle « Équilibreurs de degrés », en hommage à leur travail titanesque d'aménagement de ces chaos de rochers. Les grandioses constructions des Tellem, greniers en forme d'obus ou maisons flanquées de petites tours carrées, protégées par les auvents de la falaise, ont subsisté jusqu'à nos jours et sont réutilisées par les Dogon. Quant aux villages a […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Des densités différenciées avec une urbanisation renforcée »  : […] Si, en 1966, la densité moyenne était de 5 habitants/km 2 , elle atteignait 14 habitants/km 2 en 2008. Elle a augmenté avec des évolutions très contrastées : les wilayas sahariennes, qui regroupent près de 11 p. 100 de la population en 2008 sur 84 p. 100 du territoire, ont une densité moyenne de 1,86 habitants/km 2 . Celles qui affichent les plus fortes densités sont Biskra (34), Laghouat (18) et […] Lire la suite

ANDO TADAO (1941- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 1 852 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Géométrie, élégance, sérénité »  : […] Parmi ses premières œuvres, celle qui lui valut sa réputation et que l'on peut considérer comme inaugurale (restée d'ailleurs à ce jour peut-être la plus forte) consiste en une petite maison privée, de deux niveaux, bâtie en 1976 à Ōsaka dans le quartier de Sumiyoshi. Serrée sur un terrain de 3 mètres de largeur autour d'une courette d'un total dépouillement, elle est pourvue d'une façade plate, a […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 882 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Archéologie du paysage et histoire de l’habitat rural »  : […] Témoignage le plus visible de l’emprise humaine, la trame des champs et des chemins, d’abord abordée à partir de plans et de photographies aériennes par l’archéogéographie, a été progressivement documentée par des fouilles qui s’attachent à l’étude des parcellaires et des pratiques culturales (fosses de plantations de vignes, drainages, rotation des cultures, etc.). Polarisant ces espaces arpentés […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « Distribution »  : […] La réflexion sur les usages est aussi ancienne que l'art de bâtir. Toutefois, les recommandations qui en résultent sont restées longtemps sommaires. Qu'il s'agisse des temples, des basiliques ou des villas, Vitruve se contente par exemple de donner quelques conseils généraux, sans jamais entrer dans le détail de la disposition des espaces les uns par rapport aux autres. Les traités d'architecture […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DEVISSE, « HABITAT - L'habitation africaine au sud du Sahara », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/habitat-l-habitation-africaine-au-sud-du-sahara/