KLIMT GUSTAV (1862-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art de cultiver son jardin

Nombreux sont les critiques qui estiment que, dans la dernière période de sa vie, à partir de 1909-1910, la peinture de Klimt serait devenue purement hédoniste. Le jugement mérite d'être nuancé. Si l'artiste quitte la Sécession et abandonne ses illusions concernant la capacité de l'art à transformer la société, il ne renonce pas pour autant aux recherches picturales. Il peint essentiellement des paysages et des portraits, dans une palette plus riche et plus éclatante, jouant de la saturation colorée de l'espace et de la vibration de la touche, ou encore de l'alignement de la figure et du décor. Parallèlement, il dessine énormément. Ce ne sont plus simplement des esquisses préparatoires mais des nus d'une grande liberté, saisis dans une pose rapide, rendus avec un trait fébrile.

Klimt a peint des paysages dès 1901, sur des toiles de format carré et selon un cadrage inusité : fragment de forêt, surface d'un lac perçu en vision rapprochée, qui donnent au spectateur l'impression d'être de plain-pied dans le motif. À partir de 1905, et surtout 1909, il subit l'influence de la peinture française, s'inspirant de Monet, Seurat, Van Gogh et Bonnard. À côté de paysages plus construits (Attersee, son lieu de résidence estivale, ou les lacs italiens), il expérimente une nouvelle version du néo-impressionnisme en recourant à une touche fragmentée, dispersée et rapide afin de restituer le vitalisme de la nature. Cette technique très particulière le conduira aux confins de l'abstraction avec Le Parc, (1910, MoMA, New York), anticipant ainsi sur les recherches menées par les artistes américains du colour field et du all over.

Si, à la fin de sa vie, Klimt préférait le spectacle de la nature à l'agitation des hommes et des idées, il n'avait perdu ni son sens de l'humour ni son goût de la dérision. Ainsi, en 1916, en pleine guerre, il peignit le portrait de Friedericke Maria Beer (Museum of Art, Tel Aviv). Le modèle, immobile dans un costume bariolé, semble une figurine de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

L'Attente, G. Klimt

L'Attente, G. Klimt
Crédits : MAK-Österreichisches Museum für angewandte Kunst, Vienne

photographie

Portrait d'Émilie Flöge, G. Klimt

Portrait d'Émilie Flöge, G. Klimt
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Baiser, G. Klimt

Le Baiser, G. Klimt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Accomplissement, G. Klimt

L'Accomplissement, G. Klimt
Crédits : MAK-Österreichisches Museum für angewandte Kunst, Vienne

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  KLIMT GUSTAV (1862-1918)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Vienne »  : […] En 1897, le conseil municipal de Vienne accorde un terrain à la nouvelle association d'artistes, connue sous le nom de Sécession, présidée par le peintre Gustav Klimt et née de la scission du Kunstlerhaus. Dans le pavillon d'exposition à édifier, J. M. Olbrich voulait transmettre un sentiment de pure dignité évoquant la Grèce antique, en rupture avec les lourds bâtiments construits sur le Ri […] Lire la suite

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 066 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse , la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une grande variété de contextes (vases, monnaies, inta […] Lire la suite

HODLER FERDINAND (1853-1918)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  • , Universalis
  •  • 1 626 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un art composite »  : […] Les premières œuvres de Hodler marquent l'influence de Corot, notamment ses paysages, ou se situent dans la tradition des romantiques allemands quand elles privilégient des scènes d'intérieur à l'intimité silencieuse et baignée de lumière. Vers 1885, l'artiste trouve sa voie : « Clarté formelle, simplicité des représentations, répétition des motifs. » Ainsi que bon nombre de ses contemporains, en […] Lire la suite

KOKOSCHKA OSKAR (1886-1980)

  • Écrit par 
  • Marina VANCI-PERAHIM
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Une œuvre littéraire et plastique »  : […] Kokoschka est né à Pöchlarn (Autriche) en 1886 ; il a fait ses études à l'École d'arts et métiers de Vienne. À Vienne, en cette première décennie du xx e  siècle, Schönberg élabore son système dodécaphonique ; Freud, la psychanalyse ; Adolf Loos, la théorie du rationalisme fonctionnaliste dans l'architecture. Le monde de la peinture est alors marqué par la sécession de Klimt et du groupe qui l'en […] Lire la suite

MOSER KOLOMAN (1868-1918)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 2 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des années de formation à l'émergence du club des Sept »  : […] Attiré très tôt par le dessin, Koloman Moser suit quelque temps le souhait de ses parents de le voir se former pour le commerce, avant de passer outre, en entrant en 1885 à l'Akademie der Bildenden Künste (Académie de formation artistique). Sa formation, fort longue, ne s'achève qu'en 1895, ce qui le conduit à mener parallèlement une activité professionnelle. En 1894, il participe au Siebener Clu […] Lire la suite

SCHIELE EGON (1890-1918)

  • Écrit par 
  • Yves KOBRY
  •  • 1 589 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Une saison en enfer » »  : […] Egon Schiele naît le 22 juin 1890 à Tulln, petite ville située sur les bords du Danube à quarante kilomètres de Vienne, dans une famille modeste dont le père est chef de gare. À la mort précoce de ce dernier, en 1905, son oncle Leopold Czihaczek devient son tuteur. Élève médiocre, l'adolescent passe tout son temps à dessiner, si bien que sur les conseils de son professeur, la famille finit par co […] Lire la suite

SÉCESSION, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 226 mots
  •  • 4 médias

Né tardivement par rapport à ses homologues européens, le style sécession, version autrichienne de l'Art nouveau, se cristallise autour d'une vingtaine d'artistes (J. Engelhart, J. Hoffmann, G. Klimt, M. Kurzweil, C. Moll, K. Moser, F. von Myrbach, J. Olbrich et A. Roller entre autres), qui unissent leurs forces contre le Künstlerhaus — vaste association d'artistes à caractère officiel, fief de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves KOBRY, « KLIMT GUSTAV - (1862-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-klimt/