HODLER FERDINAND (1853-1918)

Médias de l’article

La Nuit, F. Hodler

La Nuit, F. Hodler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Lac de Thoune et la chaîne du Stockhorn, F. Hodler

Le Lac de Thoune et la chaîne du Stockhorn, F. Hodler
Crédits : AKG

photographie

L'Amour, F. Hodler

L'Amour, F. Hodler
Crédits : AKG

photographie


Né à Berne et mort à Genève, Ferdinand Hodler peut être considéré comme le Puvis de Chavannes helvétique. Comme ce dernier, il est un des grands rénovateurs de la peinture décorative monumentale et son art est fortement symbolique, mais il possède une tendance expressionniste proprement allemande, qui transparaît notamment dans la part autobiographique de son œuvre.

La période symboliste

Hodler est d'abord apprenti chez son beau-père, peintre d'enseignes, et ensuite chez un peintre de vues alpestres pour touristes – à une époque où n'existaient pas encore les cartes postales. Il gagne l'amitié de personnages influents dans le monde artistique et intellectuel, avec des poètes, des critiques et des journalistes. Ainsi de Louis Duchosal, Mathias Morhardt, Edouard Rod, admirateurs de Wagner, Mallarmé et Verlaine, et qui font partie des premiers cercles symbolistes de Genève, auxquels Hodler participe étroitement. Il se lie également avec le peintre Barthélemy Menn, qui fut élève d’Ingres et un ami de Delacroix, Corot, Daubigny. Les cours de Menn, qu'il va suivre de 1872 à 1877 à l'École des beaux-arts de Genève, alors le principal centre artistique en Suisse, vont le libérer du pittoresque de convention et lui permettre de fonder la peinture de paysage sur l'observation du motif. C'est par son intermédiaire qu'il va connaître la tradition classique française. Grâce à Marcellin Desboutin – artiste et collectionneur français, fixé à Genève depuis 1870 – Hodler découvre l'œuvre d'artistes contemporains ou presque contemporains : Courbet, Manet, Renoir, mais surtout Degas et Puvis. Comme Courbet dans L'Atelier, Hodler, dans un tableau autobiographique, La Nuit (1890, Kunstmuseum, Berne), fait le bilan d'une période de sa vie en la portant aux dimensions d'une peinture d'histoire. La composition du tableau est essentiellement due à l'agencement symétrique des corps entrelacés dans un décor sans profondeur, où le peintre s'est représenté arraché à son sommeil par le fantôme de la mort. Avec La Nuit, qui marque ses débuts dans la peinture monumentale et symboliste, Hodler atteint une ré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « HODLER FERDINAND - (1853-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-hodler/